Apprendre


Vous êtes
nouveau sur
Oniromancie?

Visite guidée
du site


Découvrir
RPG Maker

RM 95
RM 2000/2003
RM XP
RM VX/VX Ace
RM MV

Apprendre
RPG Maker

Guides
Tutoriels
Making-of

Dans le
Forum

Section Entraide

Jeux: Where the Moon Goes at Night / News: Un haricot dans la tete, des (...) / Jeux: Cure Seekers / Jeux: Princesse Emmentale / Interviews: Ccd-Tof / Chat

Bienvenue
visiteur !





Désactiver
la neige


publicité RPG Maker!

Statistiques

Liste des
membres


Contact

Mentions légales

144 connectés actuellement

10850002 visiteurs
depuis l'ouverture

968 visiteurs
aujourd'hui



Barre de séparation

Partenaires

Indiexpo

Akademiya RPG Maker

Hellsoft

Planète Glutko

Lumen

Le Comptoir Du clickeur

Le Temple de Valor

Level Up!

ConsoleFun

Tous nos partenaires

Devenir
partenaire



Liste des messages insérés dans des blogs

Aller à la page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17


Alkanédon - posté le 02/12/2020 à 02:05:53 (7764 messages postés)

❤ 3

Citoyen d'Alent

Love machine présente...

image
image



Et ouais mon gars, nous on n'est pas des tapettes, on est des vrais makers, qui faisons des vrais jeux avec rpg maker !!

Speech:
Jimmy Burne, le chef du gang Love Machine veut en finir personnellement avec le gang des PROUTs. Ce groupe terroriste pollue la ville en lâchant des pets immondes partout.
Avec son gun, Jimmy va les dégommer.

A quoi ressemblent réellement les membres de PROUT ? QUI sont-ils réellement ??
Des questions qui font flipper, sauf pour Jimmy qui a des couilles en béton.

Alors maintenant si t'es pas une mauviette, tu vas toi aussi prendre tes bolox et faire la peau aux PROUTs.

Y a quoi là-dedans ?

-100% custom
-voix doublées par des acteurs dignes d'hollywood
-des meufs
-des connards
-un putain de gameplay

Screens

Spoiler (cliquez pour afficher)


Spoiler (cliquez pour afficher)



Allez salut vous êtes cools image

Rejoignez la LOVE MACHINE

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Tyroine - posté le 30/11/2020 à 18:21:42 (9675 messages postés)

❤ 1

Il n'y a rien dans l'armoire.

The Pathless






The Pathless est de ces jeux qui me rappellent pourquoi j'aime autant le jeu-vidéo à une époque où je finis un peu les jeux en mode pilotage automatique sans trop m'émouvoir. A l'instar d'ABZÛ, leur précédent jeu qui m'avait tiré la larme à l'oeil tellement la fin était un parfait équilibre en musique intense, direction artistique merveilleuse et un rythme parfaitement équilibré manette en main, j'ai eu les yeux légèrement humides pendant le combat de fin :F

Alors oui je sais, il y a probablement de meilleurs moments pour se laisser submerger par l'émotion, mais à ce moment précis je me suis rendu compte à quel point le jeu était BEAU, mais BEAU putain. Parce que "le jeu est beau", je l'ai dit au moins 20 fois sur discord pendant mes sessions de jeu, screens à l'appui. Mais le dernier rush de fin est vraiment épique, les effets pyrotechniques et l'animations sont incroyables, le tout soutenu par une bande originale franchement excellente.. ça m'a frappé. Le jeu-vidéo peut encore me faire ressentir ce genre de truc. Cette admiration pour une œuvre artistique qui est en train de me faire vivre un truc incroyable.

Finalement le dernier jeu qui m'avait autant touché, c'était Ori 2. Que je considère aussi beau et aussi touchant que ce jeu-ci, même si les deux propositions sont extrêmement différentes.

The Pathless, terminé en 11h, est mon GOTY sur un pied d'égalité avec Ori 2.

Et c'est vraiment LE jeu qui a révélé toute la magie immersive de mon nouvel écran ultrawide. Le jeu est déjà magnifique en 16/9, mais alors dans cette configuration là, c'était un putain de régal.

image

J'attendais le jeu depuis sa première annonce, et pourtant je savais pas trop à quoi m'attendre. Finalement c'est un peu comme Kenetec l'a dit, c'est un mélange de plusieurs influences, principalement Zelda.

L'histoire est relativement en retrait, mais si on s'affaire à lire tous les dialogues des fantômes de ceux qui ont trépassé (ainsi que des stèles çà et là), on peut facilement reconstituer l'histoire et l'univers, qui ressemble pas mal à la génèse du monde de Ocarina of Time, je trouve. Le méchant a un masque qui rappelle directement Majora's Mask, le gameplay se base énormément sur la capacité à planer grâce à l'aigle dans des environnements gigantesques, un peu comme dans Breath of The Wild, il y a de petites énigmes environnementales un peu partout ce qui rappelle, encore une fois, les petites énigmes Korogu dans BOTW.

C'est un équilibre entre exploration et énigmes avec des combats de boss au souffle épique et à la mise en scène dantesque. Le jeu est, cela dit, assez facile et pour cause : je suis pas sûr qu'on puisse mourir. Et en fait on s'en fout. Le jeu est clairement poétique, contemplatif, tu sens que tout est au service du propos artistique au détriment de toute forme de difficulté. Paradoxalement il y a toutes ces cibles sur lesquelles tirer pour gagner des boosts de sprint qui jurent un peu avec l'aspect immersif. J'imagine qu'ils ont pas trouvé d'autre alternative.

J'ai apprécié que les énigmes soient constamment très accessibles et organiques ce qui fait qu'on n'a jamais vraiment le temps de s'ennuyer ou de rester bloqué pendant un quart d'heure, ce qui me fait généralement quitter les jeux "à énigme" au bout de 10 minutes :F

La relation entre la chasseuse et l'aigle est vraiment super choupi, notamment aux travers du travail d'animation.

Bref ce jeu est doux, ce jeu est beau, le feeling de l'exploration à grande vitesse est réussi. Maintenant je peux concevoir qu'on n'accroche pas... qu'on juge ça trop "vide" ou "trop répétitif", finalement une fois qu'on a complété le premier plateau, on refait plus ou moins la même chose sur les trois autres. Et personnellement j'ai visé le 100 % au fur à mesure que j'avançais pour finir tous les lieux uniques avec des énigmes, donc peut-être que les moins patients se seraient lassés, je ne sais pas.

Je m'attendais à un jeu plus court, genre 6-8h, au final ça en fait plutôt une dizaine d'heures. C'est une durée de vie honnête, ni trop court ni trop long, mais ça dépend à quel point vous êtes immergé dans le jeu. Sinon vous pouvez "rush" sans que ça gêne vraiment votre expérience si vous avez peur de vous lasser.

Par contre l'absence de mode photo et d'option pour désactiver le HUD sur un jeu pareil est criminelle image

~ Ma chaîne youtube sur les jeux-vidéos divers zévariés.

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Sylvanor - posté le 28/11/2020 à 12:20:13 (22493 messages postés) - webmaster

❤ 1

Le gars chiant qui rigole jamais (il paraît)

J'ai fini Detroit: Become Human.
Je l'avais commencé au début de l'été mais je l'avais mis en pause.

C'était... Absolument formidable.
Un des meilleurs jeux auxquels j'ai pu jouer de ma vie.

image

C'est un Mass Effect Andromeda en négatif, en creux! Un FF7 Remake en négatif! Un Last Guardian en négatif!

Tout y est parfaitement soigné, pensé avec attention, soin et amour. Les dialogues sont parfaits, l'écriture est irréprochable, les personnages sont bien "joués" (merci la motion capture), superbement doublés, la mise en scène est impeccable, tout est fin, intelligent, sensible, rien n'est en trop.

Le jeu aborde la question des androïdes, objets qui se mettent à "dévier", à penser, à se comporter comme des humains, et certains ici savent que c'est un sujet qui me parle, en souvenir de nos longues conversations sur le matérialisme et le dualisme.
Or j'ai beau me situer dans le camp du dualisme, ce jeu il est vrai, est très émouvant et nous invite à prendre le camp de androïdes. Il faut dire qu'il nous met directement dans leur peau, et le regard est assez partisan. Mais je me suis laissé faire.

Certains dialogues et scènes laisseront une empreinte indélébile, comme cette scène à débloquer où Chloé, le premier androïde à avoir réussi le test de Turing selon l'histoire du jeu, précise "Je suis certes plus intelligente que mes créateurs, mais il y a une chose qu'ils ont et que je n'aurai jamais" "Quoi donc?" "Une âme", avec un petit rire gêné.
On n'oubliera pas non plus les scènes de révolution de Markus, que l'on pourra traiter de manière pacifique ou non, avec les terribles conséquences que cela implique, le stress des scènes d'enquête de Connor, le passage au détecteur thermique des trois androïdes lors de la frontière au Canada qui m'aura donné quelques sueurs froides, le moment où Connor doit tirer sur une androïde désarmée pour obtenir des infos sur son enquête, la scène à débloquer où Kara prend conscience de qui elle est sur la chaîne de montage, et panique lorsque le monteur décide de la démonter car elle ne devrait pas avoir cette réaction...

On retrouve les mécaniques des jeux Quantic Dream, avec les sortes de QTE, les choix nombreux, les embranchements scénaristiques... Et ça marche vraiment bien. Dans un jeu comme celui-ci où les décisions influent fortement sur la suite de l'histoire, où l'on ne peut pas perdre mais où les conséquences peuvent être terribles, tout l'intérêt se trouve dans les dilemmes, qui sont amenés de manière très naturelle (pas du tout comme dans ME: Andromeda), si bien qu'à chaque chapitre on vibre d'inquiétude, on se demande ce qui nous attend, à quelle sauce on va être mangé: le jeu est très éprouvant émotionnellement je trouve. On se retrouve dos au mur, comme dans la réalité: le mauvais choix n'arrête pas l'histoire, au contraire il nous entraîne. Et ça, c'est vraiment très fort, ça fait perdre pied. On se retrouve parfois à avoir peur de continuer à jouer.
Les QTE ne sont pas aussi superficiels que dans les autres jeux, car l'analogie des mouvements à faire à la manette avec les gestes des personnages contribue à l'identification avec les personnages.

Que dire d'autre? Ce jeu est immense. La quantité des embranchements scénaristiques donne le vertige (on en a un aperçu à la fin de chaque chapitre).
C'est absolument délirant.
Quant aux personnages, ils sont nuancés, intéressants, attachants, tellement vivants. Mention spéciale à Hank ce brave homme, mais aussi à Kara et à la petite (je suis amoureux de Kara), à Luther, à Connor... Une belle galerie de caractères et d'histoires, de personnages si crédibles et si humains, même les robots.
Tout ça sans parler du réalisme des visages et des expressions faciales qui est absolument éblouissant et contribue à cette épaisseur, et cette vérité des personnages.

image

Les choix à faire, les dilemmes, sont souvent vraiment délicats, et fonctionnent mieux que dans la plupart des RPG, car l'implication émotionnelle est plus forte du fait de la faiblesse de nos personnages: ici on ne contrôle pas une équipe de guerriers armés jusqu'aux dents, qui peuvent s'en tirer par les armes et n'ont à sauver qu'un PNJ rencontré quelques minutes avant grâce à une quête annexe. Non, ici nous sommes faibles, de simples individus pris dans la masse, dans l'hostilité du monde, nous sommes fragiles, le jeu nous renvoie à la réalité de la vie, et les choix qu'il nous amène à faire sont bien plus vraisemblables que ceux de n'importe quel RPG. Sans compter le fait que les choix doivent être faits dans un temps limité, ce qui ajoute à la pression et à l'implication.

image

Sinon c'est très, très beau, et on retrouve le soin de Quantic Dream pour chaque décor, chaque pièce, chaque personnage: tout est raisonné, rien n'est laissé au hasard, tous les environnements ont quelque chose à raconter, rien n'est générique. Les efforts faits pour penser la vie quotidienne dans ce monde d'anticipation sont appréciables, et on se plaît à découvrir les objets du quotidien, les véhicules, les boutiques... dans une version futuriste tout à fait crédible. Tout l'inverse de ce que fait Bioware.

Pas de durée de vie étirée, pas d'environnements gigantesques inutilement, le jeu se concentre sur le nécessaire et fait tout ce qu'il y a à faire avec panache. Rien n'est procédural, rien n'est répétitif, rien n'est gratuit, rien ne semble avoir été mis là pour allonger la sauce, choisi par défaut, par manque d'idées.

Deux petits reproches seulement: on a l'impression que "libérer" les androïdes se fait trop facilement, lorsque l'on joue Markus: en quelques instants seulement, et même à distance à la fin, on se met à libérer des foules entières qui deviennent contestataires, c'est vraiment étrange et on a du mal à comprendre comment ça peut marcher.
Et puis, il y a ces choix de dialogues qui sont trop peu explicites et amènent au même problème que Mass Effect: à trop vouloir synthétiser, on se retrouve dans des situations où le perso ne dit pas ce qu'on croyait qu'il allait dire, on se dit "mince, je voulais pas dire ça!" ce qui est très rageant.

Bref. J'avais bien aimé Heavy Rain, j'avais plus aimé encore Beyond Two Souls, mais Detroit... Dire que ce jeu est grand est un euphémisme.

2000/20.
C'est plus qu'un simple jeu vidéo, c'est une expérience à vivre, qui nous renvoie à nos angoisses, à nos certitudes, à notre identité et à celle du monde.
Il faut jouer à Detroit: Become Human.
A jamais dans mon coeur avec Outer Wilds, Planescape Torment, Fallout 2, FFVII (l'original) et Starcraft 1.

Les croissants croâssent en croix, s'ancrent ou à cent croîssent sans crocs à sang. Crois! Sens! ౡ

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Roi of the Suisse - posté le 22/11/2020 à 00:38:47 (24523 messages postés) - admin -

❤ 1

Si le Sylvanor se réveille, Omnirancie disparaîtra ! Hou hou !

Le risotto de butternut

image

Pour 1 repas de 4 personnes (ou bien 2 repas de 2 personnes, ou encore 4 repas de 1 personne).


Ingrédients

Huile : un peu
Eau : beaucoup
Poivre
Sel
Oignon : 1
Ail : 2-3 gousses
Riz : 2 louches
Courge butternut : 1

image
La butternut : légume automnal par excellence


Procédure

Dans une casserole qui n'attache pas (téflon cancérigène), mettre un peu d'huile, voire une goutte d'huile d'olive aussi. Chauffer à feu moyen-fort. Y mettre l'oignon coupé en tout petits morceaux. Bien touiller.

Quand l'oignon commence à dorer, mettre l'ail coupé en tout petits morceaux.

Quand l'ail commence à dorer aussi, mettre le riz et un volume équivalent en eau. Bien touiller. Rajouter régulièrement de l'eau pour ne pas que ça crame.

Éplucher la courge butternut. Retirer les pépins. La couper les petits dés de 8mm. Poser les dés sur une plaque avec papier sulfurisé dans le four à 180°C.

Quand les dés de butternut sont mous à la fourchette, et que leurs coins commencent à noircir, les retirer du four.

Quand le riz est enfin cuit (il n'est plus dur sous la dent), mélanger les dés de butternut au riz, qui n'a pas cramé puisque vous avez bien mis de l'eau régulièrement n'est-ce pas ?

Saler, poivrer. Les rigolos déposeront une feuille de romarin ou de sauge pour décorer le bouzin.

Plante 300 arbres et tu ne pollues plus ! | Es-tu une star ? | Kujira no Hara | Polaris 03 | Planète Glutko

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Sylvanor - posté le 21/11/2020 à 14:12:04 (22493 messages postés) - webmaster

❤ 2

Le gars chiant qui rigole jamais (il paraît)

J'ai enfin fini Mass Effect Andromeda.
C'était globalement complètement naze.

Bon, on avait tous vu passer les images et vidéos des expressions faciales foireuses et des bugs...

image
Je-je-je-je vois pas du t-t-t-tout de q-q-quoi tu parles...?

Mais ça avait été corrigé par les patchs successifs dont j'ai bénéficié.
Donc ce n'est pas à cause de ça que c'était complètement naze.

Les dialogues sont inintéressants et semblent avoir été écrits en mode automatique, aucune personnalité ne se dégage des PNJ, les réponses proposées ne se distinguent l'une de l'autre généralement que par quelques mots mais ne sont en réalité jamais différentes (vous avez le choix entre "oui" et "si tu veux", en gros), les quêtes annexes sont une insulte au bon goût, il n'y a que du Fedex sans intérêt, avec des quantités d'allers retours surréalistes (des fois vous venez de quitter une zone qu'on vous demande d'y retourner, et vous devez vous retaper les cut-scene d'atterrissage et décollage du vaisseau). Les "tâches" ont toujours été nulles dans les ME mais là ça bat tout les records, il y a de quoi se sentir insulté.

Tout est fini à la pisse, les Angaras ont tous la même tête, les Galariens aussi d'ailleurs, et les Krogans aussi d'ailleurs, il n'y a que les humains (et les Asari de façon plus timide) qui ont des têtes différentes. C'est juste un scandale.
La mise en scène avait déjà été pointée du doigt, il ne se passe rien, c'est l'encéphalogramme plat, champ contre champ avec les persos qui s'adressent un regard vide les bras ballants, ça va mieux dans la quête principale mais c'est pas fou.
Il y a quelques choix d'importance dans cette quête principale mais pas grand chose.

image
- Salut copain, t'es qui déjà, le prends pas mal mais j'ai du mal à te reconnaître?

On a encore un système complètement nul avec toutes les planètes de la galaxie à "analyser", aucun intérêt, long, plein de chargements déguisés par des travellings qui durent une heure, bon ME a toujours eu un système de ce genre assez raté mais celui-là fait partie des pires.

On a encore ce défaut des choix de dialogue qui annoncent mal leur contenu, on fait un choix et quand le perso le formule on se dit mince c'est pas du tout ça que je voulais dire! Déjà dans le 1 ça m'avait fait rater la romance avec Liara, ben c'est toujours un problème.
Maintenant les choix de dialogues sont accompagnés de petites icônes pour t'indiquer "tiens ça c'est un choix logique, ça c'est un choix gentil, ça c'est un choix basé sur l'émotion" (des fois qu'on soit trop bêtes pour comprendre le sens des mots) mais en fait ils reviennent tous à dire la même chose.

image
Ah, merci, j'avais un peu de mal avec les résumés en 3 mots de mes choix de dialogues, maintenant même avec un niveau CE2 je peux faire mes choix: je n'ai plus qu'à regarder les icônes, sans rien lire! Les RPG sont enfin accessibles aux dysdlexxyikues!
De toute façon, tous les choix reviennent au même, c'est ça la révolution de la next gen.


Moi euh moi je suis... Casual. Ouais, voilà, c'est ça mon roleplay, je suis casual. Quand on me demande ce que je suis, je réponds les mecs, pas de panique, je suis casual!

Certains choix de la quête principale ont leur importance (que l'on voit il me semble notamment vers la fin) mais ils sont rare, la plupart sont des illusions de choix.

Le jeu est long, long juqu'au dégoût, mais on passe son temps à courir après des objectifs sans intérêt sur la carte et à tuer en boucle des adversaires qui sont toujours les mêmes, le bestiaire est très limité. Les zones sont toujours très génériques avec des copiers-collers d'avant-postes et de salles, c'est presque plus procédural qu'un Assassin's Creed, c'est un fps mais sans la variété des niveaux nécessaire aux bons fps. Et toujours ces grandes salles à n'en plus finir, ces environnements gigantesques qui font qu'on ne croit pas aux lieux fermés que l'on visite (les lieux naturels ça va), ces intérieurs de logements auxquels on ne croit pas parce qu'ils se ressemblent tous, parce qu'il n'y a aucun objet personnel laissé en plan, juste deux bricoles sur des étagères vides, des tables vides, bref y a pas de vie, c'est creux.

La partie fps en elle-même n'a pas grand intérêt donc, ceci provenant d'un level design sans intérêt, d'objectifs et d'ennemis répétitifs. Et le jeu est tellement facile que le système de craft, qui permet de créer des centaines d'armes et d'équipements, se révèle complètement inutile, surtout qu'il n'y a en réalité pas vraiment une arme meilleure qu'une autre à niveau égal, chacune n'est qu'un équilibrage différent des autres. Donc quand on a fait son choix... C'est fini.

image
Non, moi je pense qu'il faut que vous arrêtiez de faire des jeux. Ca vous fatigue, déjà. Pis pour les autres, vous vous rendez pas compte de ce que c'est. Moi quand vous faites ça, ça me fout une angoisse...

Le jeu passe à côté de plein de choses qui auraient pu être intéressantes, les Angaras par exemple qui sont d'une autre galaxie ou les Kert auraient pu avoir une architecture totalement différentes, auraient pu ne pas être humanoïdes, mais non il n'y a aucune originalité, tout est banal, les installations Angaras auraient pu être humaines, ils ont les mêmes ordinateurs, les mêmes écrans, etc. Et bien sûr aucun problème pour communiquer tout va bien on se cause sans problème alors qu'on vient de deux galaxies différentes.

On a encore ce délire de tous les RPG occidentaux récents avec 3000 e-mails à lire dans les ordinateurs qui n'ont AUCUN intérêt, c'est genre "ouais salut mec merci pour la boîte de sardines que j'ai reçu hier", "t'inquiète poto on se voit jeudi pour la partie de poker".
Et bien sûr, comme dans Death Stranding, on a une boîte mail et TOUTE LA FOUTUE GALAXIE PASSE SON TEMPS A NOUS ECRIRE AAAAAAAH MAIS QUI A FILE MON MAIL A TOUT LE MONDE!??? QUE FAIT LA CNIL!?? ET LE RGPD!?

Et bien sûr comme pour tous les trucs écrits avec les pieds, on va passer du temps à collecter des "données", ah les données, les fameuses données, tout le monde collecte des données (ce qui fait un excellent prétexte pour aller partout et n'importe où) et résoudre les plus grandes questions de l'univers grâce à ces données, c'est magique la science.

Quant à l'ordinateur, "SAM", il est capable de tout faire, celui-là, c'est tellement pratique. Hacker des systèmes, décoder des langues inconnues en dix secondes, trouver des itinéraires de sortie instantanément, bref demandez-lui tout ce que vous voulez y a plus qu'à tirer dans le tas c'est bon.
Mais par contre il faudra réussir des Sudoku à la main pour activer les caveaux reliquats. SAM a ses failles: il n'est pas bon au Sudoku.

Le doublage, hormis pour certains compagnons, est franchement bas de gamme, mais bon les dialogues sont tellement mauvais que ça aurait été difficile de faire un chef d'oeuvre.

Même le scénario a de gros problèmes, comme les ennuis de santé du frère/de la soeur au début, qui sont un suspense gratuit puisqu'il finit par guérir et en fait ce sera comme s'il ne s'était rien passé, laissant le sentiment d'une intrigue avortée.

Quasiment rien à sauver dans ce jeu si ce n'est les beaux panoramas sauvages des différentes planètes, avec quelques plantes rigoulottes et du dépaysement, et quelques éléments du scénario pas trop mal (comme la raison cachée du départ vers Andromède).

image
- Plus jamais ça! Non! Plus jamais ça!

Les croissants croâssent en croix, s'ancrent ou à cent croîssent sans crocs à sang. Crois! Sens! ౡ

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Tyroine - posté le 21/11/2020 à 00:28:10 (9675 messages postés)

❤ 4

Il n'y a rien dans l'armoire.

J'ai fini Chrono Trigger





Et bien voilà... J'ai fini Chrono Trigger, un des J-RPG les plus cultes, en approximativement 23 heures sur la version Steam (patchée pour être au plus proche de l'expérience SNES / Nintendo DS).

J'avais initié cette partie en 2018, et je disais que c'était sympa mais que ça me transcendait pas après 8h de jeu. J'ai décidé de faire un effort et de le finir, je pensais en avoir pour 15h au total mais finalement je n'ai pas tout rush, j'ai fait la plupart des quêtes secondaires... et bon au final j'ai beaucoup aimé.

La partie 2 était vachement intéressante, peut-être même plus que la première. J'ai aimé la montée en puissance des personnages à la fin de chaque arc et j'avais même esquivé un spoil majeur pendant toutes ces années, j'aurais jamais cru lol. Ca reste globalement assez classique mais il y a pas mal de petits rebondissements et les voyages entre les différentes époques pour avancer les quêtes secondaires m'ont offert un bon sentiment d'exploration, un peu façon Zelda Oracle of Ages.

L'OST est une dinguerie, franchement. Y'a beaucoup de musiques cultes pour moi désormais, je retiens surtout le thème de Frog qui est super héroïque :wouah

Les combats m'avaient gonflé à mi-chemin, j'ai une patience assez aléatoire vis à vis des combats tour par tour des vieux J-RPG et si j'apprécie beaucoup l'absence de transition entre la map et le combat, les attaques combinées à deux / trois qui changent selon les persos, ça reste quand même assez répétitif. Heureusement les boss ont toujours une petite stratégie intéressante, j'ai même mangé quelques gamer over en étant mal préparé.

Techniquement pour de la SNES ça devait être franchement dingue, y'a des tas de passages où graphiquement en terme de mise en scène ça envoie du lourd. Le boss final par exemple avec cet espèce de vortex qui se remplit des images des décors du jeu... Bref y'a plein de petites idées çà et là qui rendent le jeu moins plat.

Je vais pas m'éterniser plus que ça, au final je suis content de l'avoir fait et j'ai pas spécialement envie de faire le NG+ donc je vais passer à autre chose avec un classique en plus dans ma besace :vieux

Quel jeu pour repasser derrière maintenant ? Et si on enchaînait avec la plus grande déception de ma vie répondant au nom de FF12 ? :F

Oui je retente l'aventure 14 ans après avoir ragequit le jeu au bout de 24h. Je sais pas, j'ai envie de lui relaisser une chance.

~ Ma chaîne youtube sur les jeux-vidéos divers zévariés.

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Roi of the Suisse - posté le 20/11/2020 à 13:54:17 (24523 messages postés) - admin -

❤ 0

Si le Sylvanor se réveille, Omnirancie disparaîtra ! Hou hou !

Fate/Kaleid Liner Prisma Illya: Oath Under Snow
(j'ai copié/collé le titre, en vrai je ne sais pas le réciter par coeur)

C'est un film de 1h30 paru en 2017.

Il constitue une histoire parallèle aux histoires Fate, Unlimited Blade Works, Heaven's Feel. Cependant, cette quatrième histoire n'est qu'un spin-off, elle ne fait pas partie du Visual Novel Fate/Stay Night originel. Pour être honnête, j'ai eu l'impression que le film tout entier était une publicité pour un jeu de cartes sur mobile... Mais ce film est en fait une préquelle de la série spin-off Fate/Kaleid Liner Prisma Illya (qui, on ne va pas se mentir, est un magical girl un peu louche dont je me demande qui est le public, enfin bon c'est pas mes oignons).

image

Il est correct, c'est pas le truc du siècle, mais ça se laisse regarder (on est clairement pas au même niveau que la trilogie Heaven's Feel). On a vraiment l'impression en le regardant qu'il est le résumé en 1h30 d'un manga ou d'un jeu de cartes sur mobile. Notamment parce que la partie centrale avec les différents adversaires combattus est passée en accéléré sur fond musical...

Les règles de la guerre du graal sont assez différentes : grosso modo les combattants se transforment temporairement en héros légendaire en utilisant sa carte magique. Je trouve ça moins intéressant, surtout qu'aucun aspect stratégique n'est développé dans le film autour de cette nouvelle règle. Cela dit, je pense que ce concept pourrait bien fonctionner dans un jeu vidéo.

L'intérêt n'est donc évidemment pas les combats ni les stratégies, mais uniquement de fonder scénaristiquement la timeline dans laquelle se déroulera la série animée Fate/Kaleid Liner Prisma Illya.
Dans cette timeline, Kiritsugu Emiya élève Shirô Emiya et sa petite soeur adoptée Miyu. C'est donc très différent des trois autres routes parallèles, dans lesquelles Kiritsugu est mort (et Shirô n'a pas de petite soeur lolz). Un aspect intéressant est que dans cette histoire, Shirô est beaucoup moins idéaliste et beaucoup plus égoïste. Il y a clairement une gradation de l'idéalisme suivant les routes : Fate > Unlimited Blade Works > Heaven's Feel > Oath under snow.

On voit vite fait Sakura Matô au début du film, de quoi la mettre en gros sur l'affiche du film et rameuter le chaland. Je pense que d'un point de vue marketing, le but de ce film est de capturer des fans de la série canonique en proposant une 4e route parallèle et en montrant des vieux personnages bien connus comme Shirô, Kiritsugu, Sakura... pour les amener vers la série Fate/Kaleid Liner Prisma Illya. C'est un pont entre les deux univers.

Bref, à regarder si on est fan de l'univers Fate, ou qu'on compte regarder la série Fate/Kaleid Liner Prisma Illya par la suite. Sinon, ce film est assez dispensable.

Plante 300 arbres et tu ne pollues plus ! | Es-tu une star ? | Kujira no Hara | Polaris 03 | Planète Glutko

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Roi of the Suisse - posté le 12/11/2020 à 23:06:01 (24523 messages postés) - admin -

❤ 2

Si le Sylvanor se réveille, Omnirancie disparaîtra ! Hou hou !

Danganronpa

J'ai continué à regarder le let's play de Danganronpa, et c'est plutôt cool. Je comprends qu'il soit considéré comme un des meilleurs Visual Novels.

Il est en fait, à ma grande surprise, très axé sur les enquêtes. Je pensais que ça allait juste être un Visual Novel avec des variantes scénaristiques dark et gores en fonction des choix pris. Il y a un meurtre en huis clos à chaque chapitre, puis il faut collecter des preuves, et enfin il y a un tribunal où il faut reconstituer le déroulement du crime.

image

Dans la vidéo ( https://www.youtube.com/watch?v=x0fPPuKMRwI ), les Youtubeurs ont trouvé ça un peu évident (c'était le premier meurtre du jeu, qui servait de tutoriel) et ont trouvé ça pénible d'expliquer tout le déroulement du crime. Les personnages ont l'air idiot à ne pas comprendre sans qu'on leur explique chaque détail méthodiquement. Mais l'auteur du jeu est obligé de passer par là pour 1) s'assurer que le joueur a bien résolu l'enquête 2) pour éviter toute contradiction possible. J'espère que les chapitres suivants comporteront des meurtres moins évidents à résoudre, et que donc la phase de reconstitution sera moins ridicule/ennuyeuse.
En tant que game designer, la leçon à retenir ici c'est qu'il faut vraiment éviter que la résolution de l'énigme dans le jeu soit plus lente que la résolution de l'énigme dans la tête du joueur : plus la différence est grande, plus le joueur s’ennuiera.


Il y a plusieurs mécaniques de gameplay utilisées lors du tribunal :
- on peut contredire une affirmation de la délibération avec une des preuves collectées ; ça ressemble beaucoup à Phoenix Wright
- il y a des questions et il faut répondre juste parmi 3 réponses possibles
- il faut retrouver un mot dont des lettres ont été retirées... mouais
- il y a un jeu de rythme à la fin du tribunal
:wtf

image
Contredire une affirmation

image
Collecte d'indices

image
Reconstitution du crime

On sent qu'ils se sont beaucoup creusé la tête pour que ça ne soit pas juste un Visual Novel où la seule interaction offerte soit les questions à choix multiples. Mais bon, le mot à trous et surtout le jeu de rythme c'est un petit peu ridicule. Le gameplay ne colle pas trop avec ce qui se passe vraiment. Il y a une dissonance ludonarrative.

Le jeu reprend le trope de la mascotte mignonne mais diabolique, je ne suis pas hyper fan de ça. Je comprends maintenant ce qu'a essayé de faire Virtue Last Reward (la suite de 9 gens, 9 heures, 9 portes) avec le lapinou, c'est sûrement une référence à Danganronpa.


Mais globalement le scénario est cool, les meurtres sont bien fichus, il y a des twists, le tribunal pourrait être parfait sans le jeu de rythme. Je pense que c'est un très bon matériau à étudier pour quiconque souhaite faire un Visual Novel, a fortiori un Visual Novel d'enquête ou de mystère, c'est un incontournable.

S'il était disponible sur Nintendo Switch j'y jouerais. Je n'aime pas trop jouer sur PC... Enfin, je vais y réfléchir quand même.

Plante 300 arbres et tu ne pollues plus ! | Es-tu une star ? | Kujira no Hara | Polaris 03 | Planète Glutko

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


harusame17 - posté le 30/04/2017 à 16:15:23 (671 messages postés)

❤ 1

Ludum Dare 38 : Small World
Bonjour tout le monde,
J'ai participé le WE dernier au Ludum Dare 38 (concours de création de jeux en 48h où tout doit être entièrement fait durant ce temps et en partant de zéro.)
Le thème de cette édition était "Small World".

Ça à donner un jeu où vous devez repoussé tous les envahisseurs de votre petit îlot sauvage en haut d'une montagne. Un peu comme d'ancien mini-jeux de mario party ou Crash, le but est tout simplement de pousser tout le monde dehors ^^

Divers objets apparaissent sur le sol (pelle, marteau, plume et potion de fer) pour vous aider a les repousser, mais attention, les slimes enemis peuvent aussi les ramasser.
Vous avez deja vu un slime avec une pelle ? :D

Des screens :
image

image


Comment jouer
- Flèches directionnelles : déplacements.
- Espace (ou Entrée) : valider dans le menu
- Echap : Pause

Techniquement
- Jeu créé avec LibGDX (framework de développement de jeux en Java),
- Bfxr pour les sons,
- CgMusic pour les 2 musiques
- Photoshop pour les graphismes.


Télécharger/Liens
Le jeu : https://jeremy-lebrun.fr/onepushman/LD38_OnePushMan_fixed.jar
La page sur le site du Ludum Dare : https://ldjam.com/events/ludum-dare/38/one-push-man
Lien vers les sources : https://jeremy-lebrun.fr/onepushman/LD38_OnePushMan_SOURCES.zip

« Close the World, Open the nExt »

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


harusame17 - posté le 12/12/2016 à 16:30:28 (671 messages postés)

❤ 1

Ludum Dare 37 : One Room
Bonjour tout le monde,
J'ai fini hier ma participation au Ludum Dare 37 (concours de création de jeux en 48h où tout doit être entièrement fait durant ce temps et en partant de zéro.)
Le thème de cette édition est "One Room".

Ça à donner un shoot them up où on joue un méchant sorcier qui doit défendre son donjon contre une armée d'aventurier venu chercher gloire et vengeance en tuant le boss que vous êtes.

Il y a un système d’expérience et de niveau. A chaque passage de niveau vous pouvez augmenter vos pouvoir. (Choix entre augmenter l'attaque ou un pouvoir utilitaire.)
Il y a également un système de 'loot', les ennemis lâchent des potions pour regagner de la vie, augmenter sa vitesse ou gagner définitivement de la vie/du mana supplémentaire.
Une potion spéciale est également présente et vous rend plus fort et plus rapide pour un temps limité.

Des screens :
image
image
image

Des chiffres :
- 5 type d’ennemis.
- 6 améliorations différentes. (+2 pour augmenter les statistiques)
- 15 vagues d'ennemis.
- Environ 20 minutes de durée de vie.
- Jeu entièrement fait en une 30 aine d'heures.

Comment jouer
- Flèches directionnelles (ou WASD/ZQSD) : déplacements.
- Espace (ou Entrée ou '1') : tir
- ALT (ou '2') : bouclier si débloqué
- Echap : Pause/menu d'amélioration

Techniquement
- Jeu créé avec LibGDX (framework de développement de jeux en Java),
- Bfxr pour les sons,
- CgMusic pour les 2 musiques
- Photoshop pour les graphismes.


Télécharger/Liens
Le jeu : https://www.jeremy-lebrun.fr/magicpanic/MagicPanic.jar
La page sur le site du Ludum Dare : https://www.ludumdare.com/compo/ludum-dare-37/?action=preview&uid=7308
Lien vers les sources : https://jeremy-lebrun.fr/magicpanic/
Topic du Ludum Dare 37 sur Oniro : https://www.rpg-maker.fr/index.php?page=forum&id=26310

« Close the World, Open the nExt »

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum

Aller à la page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17

Haut de page

Merci de ne pas reproduire le contenu de ce site sans autorisation.
Contacter l'équipe - Mentions légales

Plan du site

Communauté: Accueil | Forum | Chat | Commentaires | News | Flash-news | Screen de la semaine | Sorties | Tests | Gaming-Live | Interviews | Galerie | OST | Blogs | Articles perso | Recherche
Apprendre: Visite guidée | RPG Maker 95 | RPG Maker 2003 | RPG Maker XP | RPG Maker VX | RPG Maker MV | Tutoriels | Guides | Making-of
Télécharger: Programmes | Scripts | Packs de ressources | Midis | Eléments séparés | Sprites
Jeux: Au hasard | Notre sélection | Sélection des membres | Jeux complets | Tous les jeux | Le cimetière | RPG Maker 95 | RPG Maker 2000 | RPG Maker 2003 | RPG Maker XP | RPG Maker VX | RPG Maker VX Ace | RPG Maker MV | Autres | Proposer
Ressources RPG Maker 2000/2003: Chipsets | Charsets | Panoramas | Backdrops | Facesets | Battle anims | Battle charsets | Monstres | Systems | Templates
Ressources RPG Maker XP: Tilesets | Autotiles | Characters | Battlers | Window skins | Icônes | Transitions | Fogs | Templates
Ressources RPG Maker VX: Tilesets | Charsets | Facesets | Systèmes
Ressources RPG Maker MV: Tilesets | Characters | Faces | Systèmes | Title | Battlebacks | Animations | SV/Ennemis
Archives: Palmarès | L'Annuaire | Livre d'or | Le Wiki | Divers