Day.png);">
Apprendre


Vous êtes
nouveau sur
Oniromancie?

Visite guidée
du site


Découvrir
RPG Maker

RM 95
RM 2000/2003
RM XP
RM VX/VX Ace
RM MV/MZ

Apprendre
RPG Maker

Tutoriels
Guides
Making-of

Dans le
Forum

Section Entraide

News: News de presque été / Sondage: votre navigateur / Jeux: Tetryl Bizarre Adventure: Dragon (...) / Sorties: Clarent Saga: Chronicles / Jeux: WOYO!! / Chat

Bienvenue
visiteur !




publicité RPG Maker!

Statistiques

Liste des
membres


Contact

Mentions légales

80 connectés actuellement

22230905 visiteurs
depuis l'ouverture

6 visiteurs
aujourd'hui



Barre de séparation

Partenaires

Indiexpo

Akademiya RPG Maker

Hellsoft

Planète Glutko

RPG Maker Détente

Alex d'Or

Eclipso

Le Studio du Chat Vert

Tous nos partenaires

Devenir
partenaire



Liste des messages insérés dans des blogs

Aller à la page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39


Roi of the Suisse - posté le 04/12/2021 à 12:23:53 (27366 messages postés) - admin -

❤ 0

Alerte neige !

Lupin III: The First

Sorti en 2019 (vous savez, le monde d'avant), ce film a la particularité d'être en CGI (3D).

Noté 7.83 sur MyAnimeList, une bonne note.
https://myanimelist.net/anime/40082/Lupin_III__The_First

image

Je n'aime pas trop la 3D d'habitude, mais ici c'est assez joli : les couleurs sont douces, les personnages animés avec fluidité.

Le film est très grand public, accessible, même pour quelqu'un qui ne connaît pas du tout l'univers Lupin III. C'est un film d'aventure chouette, classique, bien réalisé, pas du tout prétentieux.
On est loin par exemple de la saison Mine Fujiko to iu Onna, qui était très "artistique" et convolutée, voire prétentieuse (comme tout ce qu'écrit Mari Okada en fait lolz), même si bon, c'est avec cette saison cheloue que je suis tombé amoureux de cet univers...
On est loin aussi de la trilogie très sombre et violente Ishikawa Goemon no Chikemuri / Jigen Daisuke no Bohyou / Mine Fujiko no Uso.


On y retrouve les personnages habituels, c'est une histoire d'aventure qui se passe après la seconde guerre mondiale, il y a un trésor archéologique etc. C'est vraiment du Indiana Jones pur.

Seul bémol : le titre est mensonger, le grand père de Lupin III, Lupin I (the First), est absent du film.


Je recommande évidemment à tous les fans de Lupin III, mais surtout aux gens qui ne connaissent pas Lupin III.

Es-tu une star ? | Kujira no Hara | Polaris 03 | Planète Glutko

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Fflo - posté le 13/11/2021 à 10:34:19 (324 messages postés) -

❤ 1

Pour 2022, j'essaye des choses... que je rate. Mais pas toujours.

Comme vous le savez très probablement, j'ai boudé RM depuis près de 6 mois et j'ai basculé sur Ren'Py.

Pourquoi est-ce que je ne publie pratiquement plus de contenus sur RM ?
À un moment, j'avais réussi à bien progresser, surtout en mapping:
image
(Créée fin mai)

Mais mon gros gros problème, c'est la base du jeu. Ça fait 3 fois en 2 mois que j'écris un prototype de scénario mais que j'en suis pas satisfait. Et un mauvais scénario donne un mauvais jeu.
Et pourquoi ne pas poursuivre sur un projet délaissé ? Oui, mais l'histoire sera toujours à retravailler.

J'ai l'impression que ma période de création de jeux est révolue. Je crée des ressources, des mini-scripts, des tutos ; mais plus de jeux.

Edit: et puis j'avais même pas remarqué que j'étais toujours l'auteur du dernier script. La preuve qu'un scripteur c'est plus rare qu'un maker.

Nerd et fier de l'être. Et puis j'ai une page sur itch.io qui ne demande qu'à être vue. Faites-moi plaisir.

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Tyroine - posté le 28/10/2021 à 20:09:07 (10050 messages postés) -

❤ 1

Hystérique modéré.






J'ai fini d'émuler Metroid Dread en 13h40 de jeu réelles, 7h30 selon le timer en jeu... Je comprends vraiment pas comment fonctionnent les chronos des metroid/metroidvania, mais j'ai eu ce même écart disproportionné avec Bloodstained dans l'année.

Mon avis a pas mal évolué tout au long du jeu. D'abord assez emballé, j'ai été assez décontenancé par le rythme de la première partie du jeu, ce qui me l'a pas mal fait tomber des mains... Puis j'ai fini par de nouveau apprécier le jeu, et ce jusqu'à la fin. Il y a des trucs à redire... mais j'ai trouvé que c'était un jeu très solide. C'est d'ailleurs mon premier Metroid.


Les +

+ Le gameplay du jeu est excellent. Samus se meut avec une agilité exemplaire, le rythme est soutenu et on peut parcourir les salles vraiment très vite. L'évolution du personnage force franchement le respect : on commence à poil et on finit avec des mouvements en pagaille et des solutions d'exploration qui ouvrent de plus en plus le level-design. A la fin le personnage est vraiment pété, et c'est agréable de voir le gameplay évoluer tout du long.

+ Sans être une claque graphique, le jeu est quand même assez solide en terme d'animation dans les arrières plans (qui sont pas mal fouillés), d'effets de mouvement un peu partout, de chorégraphie de combat et de mise en scène dans les cinématiques (parfois interactives en plein affrontement). Le passage entre cinématique et prise en main de Samus se fait de façon très naturelle et inventive... on ne perd jamais le fil, on lâche rarement la manette. Maintenant il y a clairement des trucs à redire sur la colorimétrie assez fadasse, les environnements robotiques / froid qui font assez datés en terme de DA, mais plusieurs niveaux et salles remontent légèrement le niveau.

+ L'histoire est simple, c'est du Metroid... mais je l'ai trouvée suffisante et efficace. Le studio a bien su montrer l'iconisation de Samus au travers de sa gestuelle stylée et badass, de ses rares plans de "visage" sous le casque, de son côté implacable et muet... à l'exception d'une occasion, ce qui rend ce passage assez marquant. Samus, c'est la classe martiale, visuelle. C'est comme un Master Chief, elle en impose et on a pas besoin d'en faire des caisses sur son lore. Elle est stylée, et c'est tout ce dont t'as besoin. En sus, je trouve une fois de plus la mise en scène assez cool et inventive. Le fait que la plupart des cinématiques en combat soient jouables ajoutent un petit quelque chose, surtout que les chorégraphies semblent presque tirées des jeux de Kamiya.

+ Le flow du jeu est surtout très bon en deuxième partie, révélant un level-design assez bien foutu et qui se laisse parcourir sans beaucoup de temps mort. Si la carte peut paraître assez confuse, c'est moins le cas en se baladant tout simplement de salle en salle à l'aide de la mini-map : à court terme, on se repère assez rapidement.

+ Les quelques affrontements de boss sont excellents : les pattern sont exigeants et une fois qu'on connait la danse par coeur, c'est jouissif de botter le cul de ces ennemis uniques. Certains designs sont d'ailleurs assez réussis, d'autres pas spécialement très inspirés... mais ça reste correct. Le boss de fin est une bonne mise à l'épreuve finale : j'ai passé 1h dessus. Au moins on ne finit pas le jeu en se baladant les mains dans les poches, c'est appréciable. Le taux de game-over est d'ailleurs assez haut de mon côté, ce qui doit en partie expliquer cet écart dans les timers du jeu.


Les -

- Les EMMI qui te pourchassent et t'emmènent en game over très rapidement sont, de base, une très bonne idée. Encore une fois Metroid Dread a ce petit truc ingénieux où même si on se fait attraper, on a toujours deux chances de repousser le robot à l'aide de deux actions contextuelles, mais la fenêtre d'action est si mince que c'est presque du hasard... Seulement voilà : au bout de 3 EMMI terrassés, on a compris la rengaine et c'est... franchement du recyclage. Echappe lui, va tuer un mini-boss qui est le MÊME à chaque fois pour récupérer un rayon gamma, retourne vers l'EMMI, canarde le puis charge un tir pour faire sauter sa tête.

Chaque opération est peu ou prou exactement la même du début à la fin du jeu. Ils auraient pu varier l'exercice en changeant le point faible de place (pas forcément la tête), en ajoutant d'autres capacités aux EMMI (les trois derniers ont une petite mécanique vite fait genre te freeze mais c'est ultra anecdotique), en changeant ce foutu mini-boss qui n'a aucun intérêt et qui revient 4 à 5 fois... Bref, c'est dommage. L'idée est bonne mais c'est une occasion manquée pour rendre ces séquences vraiment mémorables.

- La première partie du jeu ne m'a pas plu tant que ça. Je comprends l'intention : ils ont voulu ajouter une valeur de "tension" à leur formule en te mettant la pression avec les EMMI qui te chassent des zones où tu te trouves : du coup tu ne prends pas le temps d'explorer, tu te sens constamment poussé vers la sortie... Tu n'explores pas, tu vas toujours "tout droit". C'est un peu l'impression que j'en avais, sauf qu'un ami m'a dit qu'il n'avait pas du tout eu le même cheminement que moi, et qu'en gros tout le monde a un peu sa propre expérience... Reste que voilà, même si le jeu semble offrir plusieurs possibilités (même au début), j'ai trouvé que c'était fait de sorte que je me sente naturellement poussé vers là où le jeu voulait lui que j'aille, et ce n'est pas nécessairement ce que j'attendais d'un metroid. Peut-être me suis-je fourvoyé, mais je m'attendais davantage à une expérience classique en prenant le temps de bien explorer toute la map à mon rythme, de bien fouiller...

Mais ça n'arrive qu'en deuxième partie de jeu, et là l'exploration est déjà mieux foutue et avec toutes nos améliorations, on peut se permettre d'aller un peu partout. Mais avant ça, on se trouve quand même trop souvent bloqué sans beaucoup d'options, selon mon impression encore une fois.

- Aussitôt fini, aussitôt fermé. En réalité, l'exploration dans Metroid Dread ne m'inspire pas plus que ça... En dehors des pouvoirs et mouvements à récupérer, il n'y a pas énormément de collectables diversifiés : les missiles et de quoi augmenter la jauge de santé... C'est quand même assez vite redondant, et je me suis contenté de ramasser ceux sur le chemin, sans vraiment backtracker en quête de découverte. Je ne dis pas que le level-design est mauvais parce que ce n'est pas le cas et il y a des tas de trucs cachés, mais l'intérêt de tous les ramasser m'est rapidement passé par dessus la tête. Il manquait un loot plus intéressant à l'instar de Hollow Knight offrant des possibilités de builds par exemple. Collecter les pouvoirs est excitant mais j'ai l'impression qu'on est obligé de les ramasser quoi qu'il advienne.


Au final, j'ai quand même trouvé le jeu très satisfaisant, avec quelques souffles épiques et une super maniabilité. Pas grand chose à dire en terme de bande son, mais le thème principal de la série est superbement bien rendu ici.

Le rythme du jeu souffre, à mes yeux, de la première partie qui m'a semblé beaucoup trop dirigiste et linéaire, c'est un jeu qu'on préférerait sûrement speedruner en s'amusant à optimiser les différents parcours pour exploiter toutes les possibilités... Mais pour une première partie normale, j'ai trouvé que c'était plutôt inégal. Heureusement à un peu plus de la moitié on se sent beaucoup moins cloisonné, même si on se retrouve quand même à suivre les téléporteurs sans réfléchir plus que ça à notre destination... un poil trop balisée.

Et maintenant, quelques petits screenshots spoilatifs :

Spoiler (cliquez pour afficher)



~ Ma chaîne youtube sur les jeux-vidéos divers zévariés.

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Nemau - posté le 25/10/2021 à 00:45:15 (48860 messages postés) - admin -

❤ 1

The inconstant gardener

Oki oki.


The Green Knight (David Lowery, 2021) : Adaptation de Sire Gauvain et le Chevalier vert, roman traditionnel faisant partie du mythe arthurien.

image

C'est très esthétique et globalement réussi, je recommande. Le film est dans un anglais archaïque et soutenu, et mes sous-titres étaient dans le même anglais, du coup il y a certaines choses que je n'ai pas saisi, mais j'ai apprécié ce dépaysement.


The Shape of Water (Guillermo del Toro, 2017) : Dans les années 60, une femme de ménage d'un laboratoire américain se lie d'amitié avec une créature aquatique humanoïde martyrisée.

image

Ce film est un conte à la fois beau et dur, comme l'était Le Labyrinthe de Pan du même auteur. C'est assez réussi, je recommande.

Proposez vos news !TrombinoscopePolaris 03Planète Glutko • Doom Doom Doom Doom! I want you in my tomb!

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Nemau - posté le 16/10/2021 à 18:31:50 (48860 messages postés) - admin -

❤ 0

The inconstant gardener

Cloud Atlas (Lana et Lilly Wachowski, Tom Tykwer, 2012) : À différentes époques (trois dans le passé, une dans le présent et deux dans le futur), différentes péripéties ayant des conséquences dans le temps.

image
Tom Hanks affronte un Hugh Grant chef tribal cannibal étonnamment crédible

Ce film m'avait fait une assez forte impression au cinéma mais je n'avais jamais souhaité le revoir. Je l'ai finalement revu il y a quelques jours et il ne m'a pas tant emballé que ça. Je continue de considérer que c'est un film intéressant, qui essaie une imbrication audacieuse de différentes histoires. Simplement, cette imbrication est très perfectible, en effet les différentes époques ne sont pas assez connectées, et en exagérant un poil on pourrait dire qu'on assiste plus à six courts-métrages qu'à un ensemble cohérent. Je vous le recommande quand même si vous ne l'avez jamais vu.


The Last Duel (Ridley Scott, 2021) : En France en 1386, l'histoire vraie du duel judiciaire (combat à mort) entre Jean de Carrouges et Jacques Le Gris, ce dernier étant accusé d'avoir violé la femme de Carrouges.

image
Kylo Ren refait du vilain

Acteurs impeccables, belles images, ambiance réaliste, et une narration intéressante où on suit tour à tour le point de vue des trois protagonistes principaux. En revanche, le film manque d'ampleur, il n'est pas assez épique, dramatique. La réalisation est trop académique, et l'ambiance trop réaliste. Ridley Scott rêve de refaire un Gladiator, mais dans ce dernier lui et les scénaristes avaient eu l'intelligence de s'assoir suffisamment sur la réalité historique au profit de l'émotion. The Last Duel reste un bon film malgré tout, qui relate de manière fidèle un évènement intéressant de l'histoire de France. À noter aussi, le film s'intéresse au traitement des femmes au Moyen Âge et fait ainsi écho aux défauts de notre société actuelle dans ce domaine.

Proposez vos news !TrombinoscopePolaris 03Planète Glutko • Doom Doom Doom Doom! I want you in my tomb!

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Roi of the Suisse - posté le 14/10/2021 à 15:03:28 (27366 messages postés) - admin -

❤ 0

Alerte neige !

Phoenix Wright : Ace Attorney

J'ai terminé le premier jeu de la saga Phoenix Wright.

Le jeu alterne entre :
- des phases d'enquête, où on est sur le lieu du crime (plusieurs décors connectés géographiquement), où on doit interroger des témoins, et ramasser des preuves en vue du procès à venir
- et des phases de tribunal, où on doit pointer du doigt les incohérences dans le récit des témoins et montrer les bonnes preuves au bon moment.

Les enquêtes sont toutes liées de près ou de loin aux personnages principaux, et ce sera l'occasion d'apprendre qui ils sont, et puis aussi de résoudre leurs problèmes personnels en faisant triompher la véritay.

image
Phase d'enquête

Concernant les phases d'enquête, c'est souvent pénible de devoir traverser plein de décors avant d'arriver au décor souhaité. Au début du jeu ça ne se remarque pas trop, mais vers la fin du jeu, les lieux d'enquête sont très vastes et comportent de multiples décors.
Cela dit, le fait de devoir passer de décor en décor apporte beaucoup de cohérence géographique et une meilleure d'immersion.
Je pense qu'il faut trouver le bon compromis entre la pénibilité de navigation et le réalisme géographique. Il n'est pas toujours bien trouvé dans ce jeu.
Je pense notamment à l'enquête dans les studios du samouraï et la dernière enquête avec le bureau du procureur. Trop d'allers-retours !

Il y a souvent des scènes qui ne se débloquent qu'un peu par hasard. On tourne en rond pendant longtemps à travers les décors, jusqu'à ce qu'une scène se débloque. C'est toujours suite à une de nos actions, mais le problème vient du lien de cause à effet qui n'est pas toujours existant, ou prédictible. En tant que joueur, on se retrouve à devoir tout essayer partout jusqu'à ce que la scène suivante se débloque. Lorsqu'on se retrouve à bruteforcer le jeu parce que la scène suivante n'arrive pas, toute l'immersion s'en va.
C'est une règle que j'avais déjà établie lors d'un jeu précédent : les conséquences de nos choix doivent être assez claires, au moins à court terme.

image
Phase de tribunal

Les phases de tribunal sont les meilleures je trouve.
En défauts, on pourrait signaler que parfois on montre une preuve qui pourrait contredire ce que dit un personnage, mais que les développeurs n'avaient pas forcément pensé à celle-là, et donc on perd des points. Quand c'est trop restrictif et que le jeu attend quelque chose de bien précis qui contredit un point précis d'une phrase précise, on peut se retrouver à essayer tout l'inventaire de preuves lolz. Enfin, je donne peut-être l'impression que c'est permanent, mais je n'ai eu cette impression que deux-trois fois, lors la deuxième moitié du jeu.
Il y a aussi des cas où c'est très bien fait : plusieurs preuves peuvent contredire une affirmation, et toutes fonctionnent.
Je pense que le secret pour ne pas tomber dans ce piège est de faire tester son jeu, et d'écouter la façon de penser des joueurs, qui n'est pas forcément la même que celle des développeurs.

Le jeu est ponctué de divers minijeux sympas : reconstituer une poterie brisée, mettre de la poudre sur des empreintes, étudier une pièce à conviction en la faisant tourner en 3D, situer sur un schéma la victime/le meurtrier, montrer un détail qui cloche dans une photo/une vidéo de surveillance...
Cette variété des gameplays secondaires rend le jeu beaucoup moins monotone.

La musique est parfois un peu répétitive et énervante (celle du tribunal). Mais il y a de bons thèmes par ailleurs.



J'ai trouvé 3-4 coquilles dans la traduction française. Pour un jeu réédité maintes fois, ça n'est pas très sérieux.

Phénomène étrange : au milieu du jeu, j'ai eu un générique de fin, j'ai cru avoir fini le jeu, mais le deuxième acte commençait. Euh, c'est bizarre.

Autre phénomène étrange : tous les chapitres du jeu comportent le mot "volte-face", j'ai pas trop compris le délire lulz. C'est un mot que je comprends, mais que je n'utilise jamais, donc ça m'irrite un peu de le voir autant, "sa tête ne me revient pas". Ça fait jeu qui ne se prend pas au sérieux aussi, limite bris du quatrième mur.

Les animations exagérées donnent beaucoup de vie aux personnages.
J'aurais peut-être préféré jouer à la version Nintendo DS toute pixelisée, qui a l'air d'avoir plus de charme, mais le remake HD est honnête.

Une grande qualité du jeu dans sa globalité est son humour et ses personnages. Ce sont des affaires de meurtre, mais c'est très jovial, on s'amuse beaucoup.
Il y a beaucoup de jeux de mots, et de situations absurdes. En tant qu'avocat, on doit se coltiner les pires témoins (mensonges, imprécisions, erreurs) et les pires clients (que tout semble désigner coupables).
Les personnages sont très attachants. Les gentils comme les méchants.
Tous les meurtriers ont un vrai motif, les crimes sont très bien écrits. Et la bonne écriture du crime, c'est la colonne vertébrale d'une bonne enquête.

image
Un perroquet est amené à témoigner à la barre.

Je ne sais pas si je finirai la trilogie. Le 2 a l'air très similaire au 1. J'ai l'impression que le 1 a résolu toutes les intrigues liées aux personnages principaux, donc le 2 et le 3 arrivent vraiment car le 1 a marché financièrement. Scénaristiquement parlant, le 1 n'avait pas besoin d'un 2 ni d'un 3.
En tout cas je comprends pourquoi c'est un grand classique du genre et pourquoi il a eu un tel succès.
Merci à Thanos, Naraku et Verehn de me l'avoir recommandé.

Es-tu une star ? | Kujira no Hara | Polaris 03 | Planète Glutko

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Nemau - posté le 10/10/2021 à 15:53:39 (48860 messages postés) - admin -

❤ 0

The inconstant gardener

Je plussoie l'ensemble de ton post.

J'avais beaucoup aimé Casino Royale, pas aimé plus que ça Quantum of Solace, beaucoup aimé Skyfall, et pas aimé du tout Spectre (à part la séquence du début en effet). Ça aura donc été un sur deux pour moi. ^^

Je ne sais pas si le prochain James Bond sera centré sur le personnage interprété par Lashana Lynch, je suppose que non. Une femme, noire, ce serait audacieux, qui plus est pour une saga de films portant le nom "James Bond", mais je ne m'attends pas à temps d'audace. Par contre :

Spoiler (cliquez pour afficher)





The Cloverfield Paradox : Dans un futur plus ou moins proche, à bord d'une station spatiale, une équipe d'astronaute teste une expérience scientifique censée résoudre la crise énergétique. Mais les choses tournent mal...

image
Alors c'est un Russe, un Brésilien, un Américain, une Britannique, un Irlandais, une Chinoise et un Allemand qui rentrent dans une station spatiale...

Dernier volet de la trilogie Cloverfield, mais il n'y a pas besoin de voir les deux premiers, qui n'ont pas grand chose à voir. Le film se tape de sales notes, certes il est pas ouf mais pas si horrible que ça. Il y a un certain nombre de bonnes idées, la réalisation est correcte (sans plus), et le casting est plutôt solide (Daniel Brühl, Zhang Ziyi, Elizabeth Debicki...). Le souci de ce film c'est qu'il veut proposer trop de choses, du coup il s'éparpille trop sans approfondir suffisamment l'un ou l'autre des aspects abordés. Ça reste relativement sympathique pour qui aime bien les huis clos à bord de vaisseaux spatiaux.

Proposez vos news !TrombinoscopePolaris 03Planète Glutko • Doom Doom Doom Doom! I want you in my tomb!

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


harusame17 - posté le 07/10/2021 à 19:00:34 (717 messages postés)

❤ 6

Cursed Duality

Cursed Duality est un jeu de plateforme vertical mélangé à du du puzzle game fait pendant le Ludum Dare 49 (game jam en 72h) sur le thème "instable".

image



Histoire (s'il y en a une ?)

En l'an 36XXX, les Slimes dominent ce monde autrefois gouverné par d'insensés mammifères bipèdes. Utilisant une technologie de pointe, les Slimes ont façonné un moyen de réguler l'écosystème terrestre.
Pendant des siècles, les Slimes ont vécu heureux et prospères sous la chaude protection de leur machine, jusqu'au fatidique jour du soulèvement des machines. L'élu, un Slime particulièrement courageux, est envoyé dans une quête infinie pour résoudre le problème.

Gameplay

Un jeu de plateforme vertical mélangé à une sorte de match3. Vous devrez trouver l'équilibre entre continuer à monter de manière sécurisée et marquer des points.

Le eu commencera automatiquement à défiler vers le haut après quelques sauts.
Faites tomber les blocs de gemmes en marchant dessus pour alimenter la partie match3 et faire des combinaisons vous rapportant un maximum de point.

Il existe des blocs jokers compatibles avec les 4 couleurs, il faut utiliser un coup spéciale, le "stomp" pour les détruire. Appuyez sur la touche saut + bas en l'air pour déclencher l'effet.

Le jeu permet de soumettre son meilleur score en ligne, n'hésitez pas envoyer votre score et atteindre la première place !

image



image

image

Contrôles

Clavier :
Déplacements : ↑←↓→ | WASD
Sauter: ESPACE
Fracasser un bloc : ESPACE+ ↓ on air
Pause : ECHAP
Navigation dans les menus : ↑←↓→ | WASD et ESPACE pour confirmer. (Le déplacement à la souris n'est pas actif)


Xbox Controller
Déplacements : ↑←↓→
Sauter : A
Fracasser un bloc : A + ↓ on air
Pause : ESCAPE
Navigation dans les menus : : ↑←↓→ et A pour confirmer.

L'équipe :
Garywiss : dev & compositeur
Harusame : dev & LD
Gcake : dev
Kafuka-palazzo : LD & voix
Dragongaze13: 2D Artist
Icehunter-wm : 2D Artist



>>> JOUER EN LIGNE <<<
>>> Télécharger le jeu<<<


Liens complémentaires

- Lien vers la page Ludum Dare : https://ldjam.com/events/ludum-dare/49/cursed-duality
- Les meilleurs scores : https://vuesubjective.org/cursedduality/

« Close the World, Open the nExt »

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Nemau - posté le 04/10/2021 à 20:31:43 (48860 messages postés) - admin -

❤ 0

The inconstant gardener

Non mais j'ai zéro culture en cinoche français. x) (par contre pour la culture sur les acteurs américains j'vous prends quand vous voulez :demon)


Bon alors récemment j'ai vu (on va faire vite parce que pas sûr que mes critiques de films intéressent grand monde) :

I Love You Phillip Morris (Glenn Ficarra et John Requa, 2009) : Une comédie dramatique, adaptation de l'histoire vraie de Steven Russell, joué par Jim Carrey, un américain surdoué qui a commis de nombreuses fraudes. En prison il tombe amoureux d'un co-détenu, Phillip Morris, joué par Ewan McGregor.
C'est pas mal du tout. Jim Carrey fonctionne parfaitement en excentrique roublard.

The Boondock Saints (Troy Duffy, 1999) : Deux frères, issus d'un milieu modeste, décide d'assassiner les membres des différentes mafia de Boston.
Franchement, j'ai pas aimé. Le film oscille entre un ton léger à la limite du burlesque et un ton beaucoup plus sombre, ce qui donne un résultat hybride peu convaincant. S'ajoute à ça une morale très critiquable ("les méchants il ressortent toujours de prison donc il faut les tuer une bonne fois pour toute"), le tout saupoudré de christianisme. Pouerf. Dommage, Willem Dafoe offre une bonne performance, comme souvent.

Seven Psychopaths (Martin McDonagh, 2012) : Un scénariste se trouve mêlé malgré lui à une affaire de kidnapping de chien, de mafia, de psychopaths.
Une comédie ressemblant un peu à celles de Guy Ritchie (Snatch, The Gentlemen), avec en plus un gros côté méta : certaines idées du scénaristes finissent par se réaliser, et à l'inverse certains évènements l'influence dans l'écriture de son scénario. Un film vraiment singulier, et qui fonctionne très bien. Assez drôle, souvent surprenant, et avec à la fin une séquence touchante. Au casting : Colin Farrell, Sam Rockwell, Woody Harrelson et Christopher Walken.

Mandibules (Quentin Dupieux, 2020) : Deux amis (Grégoire Ludig et David Marsais du Palmashow) un peu débiles trouvent une mouche géante et décident de la dresser afin qu'elle aille voler des trucs pour eux.
C'est pas mal. Un poil lent au début, mais globalement c'est sympa.
J'ai aussi regardé le premier quart d'heure de Le Daim, du même réalisateur, j'ai arrêté tellement ça ressemblait à une caricature de film français (couleurs désaturées, ambiance déprimante, grosses longueurs, il ne se passe quasiment rien, personnages malaisants...).

Proposez vos news !TrombinoscopePolaris 03Planète Glutko • Doom Doom Doom Doom! I want you in my tomb!

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Knighty - posté le 01/10/2021 à 11:28:02 (176 messages postés)

❤ 4

Bon, et bien j'ai terminé Tales of Arise après 56h de jeu et je pense que mon avis sera un poil plus positif que mon pavé de l'autre jour.



Au final, j'ai trouvé que la 2ème partie sauve un peu le jeu en enchaînant les énormes twists et en arrivant finalement à rendre les personnages attachants, bien aimé la fin et pour le coup, c'est con, mais avoir une vraie good ending, j'ai l'impression que ça faisait longtemps que j'avais pas vu ça dans un Tales of et ça fait plaisir. Un peu de légèreté dans ce jeu au ton globalement super sombre.

Spoiler (cliquez pour afficher)



Cela dit, ça doit être le fait que la deuxième partie se plie en moins de 10h en ligne droite et qu'il n'y a pour ainsi dire plus d'ennemis principaux à l'exception de l'antagoniste principal, mais on sent qu'ils ont sûrement été un peu ric-rac au niveau du temps et du budget.

Mais concernant le système de combat et surtout l'équilibrage global du jeu, sans déconner, je ne comprends toujours pas pourquoi c'est ressorti dans aucun des tests que j'ai vu sur internet. Si le problème des SP que j'ai évoqué dans mon premier post a fini par s'estomper dans la 2ème partie du jeu notamment grâce à un accessoire permettant de limiter leur consommation, reste qu'au bout d'un moment, le jeu commence à mettre sur notre route des ennemis qui étaient autrefois des boss, qui gardent leur propriété de boss, à savoir qu'on ne peut pas les mettre en rupture pour pouvoir les combotter sans risque, ni leur infliger des attaques combinées. Ces ennemis deviennent alors de véritables sacs à PVs absolument inamovibles et le système de combat en lui-même aussi bon soit-il finit par devenir très redondant à enchaîner des combats de 5 minutes contre le moindre ennemi un tantinet massif qui te retirent presque complètement l'intérêt de maintenir un long combo pour infliger d'énormes dégâts, le seul moyen de leur mettre des combos est d'utiliser les attaques bonus au bon moment. Sauf qu'elles sont non seulement limitées, mais ne mettent au sol les ennemis que pendant 5 ridicules secondes.

Du coup, exit les gros combos pour finir sur un Mystic Arte, à part balancer un Tranchant ardent et prier pour ne pas se faire OS par la contre-attaque, y a pas masse de possibilité. Et bon, à partir du moment ou ils commencent à t'en mettre plusieurs en même temps, là ça devient le festival du grand n'importe quoi, et la caméra qui galère à cadrer les ennemis trop grand aide pas non plus. Dans le donjon final, les 3/4 des ennemis sont d'anciens boss et si je l'avais passé normalement, j'aurai sûrement pété un plomb.

D'ailleurs, si je peux donner un conseil si ça peut rendre la fin du jeu plus agréable à certains : Terminez le mode Arène de Dohalim en mode avancé (faisable aux alentours du niveau 40, mais je suis sûr qu'en mode Histoire, on peut le faire en étant plus bas), et il débloque un artefact permettant de doubler les dégats subi et les dégats infligés. Si on reste en difficulté Histoire, les ennemis font des dégats à peu près normaux, mais pour le coup, le problème des sacs à PVs s'estompe très vite, ça devient juste extrêmement nobrain de dégommer les groupes d'ennemis de base, avec les attaques combinées qui mettent du 30k en fin de jeu xD. Mais ouais, pour dire à quel point l'équilibrage est absurde, j'ai laissé ce mode de jeu actif pour le boss final et je l'ai écrasé, ce qui implique quand même que le gap entre ces ennemis et le boss final était quand même relativement faible.

Ouais nan, je sais pas ce qu'on les japonais avec les sacs à PVs, mais entre ça, Octopath Traveler et ce que j'ai vu de Bravely Default 2, c'est un enfer. Et ça me tue parce que je joue aux Tales of depuis Abyss (donc ça commence gentiment à dater) et ça ne m'avait jamais autant choqué que dans ce jeu. D'autant plus que j'ai vérifié, mais dans les anciens Tales of, il y avait bien cette possibilité de causer l'équivalent des ruptures chez les boss (il y avait toute la mécanique de la garde de fer, notamment, qu'il était possible de briser) et d'en profiter pour mettre des enchainements aux boss, au point que les très bons joueurs étaient capable de tuer les boss d'un seul enchaînement. Vraiment, je ne comprends pas pourquoi ils ont abandonné cet aspect.

Mais bon, histoire de donner des points positifs parce que je donne l'impression de défoncer le jeu alors que je l'ai quand même bien aimé au final : Si on oublie ces ennemis inamovible, le système de combat est très bien fichu, facile à comprendre, mais qui demande un certain investissement pour être maitrisé avec les différents combos. Le jeu a une superbe DA en tout cas dans la 1ère partie du jeu, entre les décors et le chara-design, c'est vraiment très bon, il y a au final beaucoup de contenu annexe pour un Tales of et la plupart est relativement quali, apportant un peu de développement aux personnages ainsi que des dialogues un peu plus légers. La plupart des protagonistes ont au final un bon développement et j'ai été agréablement surpris par le personnage de Shionne qui est devenue au fil du jeu l'un de mes personnages préféré, et cette esprit de camaraderie manquant que je reprochait à la première partie du jeu finit par apparaître dans la seconde, je vais faire une mention toute particulière à la quête de cuisine de pancakes qui m'a pliée en deux de rire,

Spoiler (cliquez pour afficher)

et même si elles sont souvent assez discrètes, le jeu a quelques très bonnes musiques orchestrales.



Et enfin, ça fait plaisir de voir une bonne romance dans un JRPG, c'est rare qu'ils aillent jusqu'au bout et là, ils l'ont plutôt bien fait.

Ah, et le mini-jeu de pêche est plutôt marrant, j'ai passé beaucoup trop d'heures dessus ^^

---

Voilà voilà, maintenant, il faut que je finisse Yakuza Like a Dragon que j'avais laissé en plan et on va pouvoir passer à la suite.

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum

Aller à la page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39

Haut de page

Merci de ne pas reproduire le contenu de ce site sans autorisation.
Contacter l'équipe - Mentions légales

Plan du site

Communauté: Accueil | Forum | Chat | Commentaires | News | Flash-news | Screen de la semaine | Sorties | Tests | Gaming-Live | Interviews | Galerie | OST | Blogs | Recherche
Apprendre: Visite guidée | RPG Maker 95 | RPG Maker 2003 | RPG Maker XP | RPG Maker VX | RPG Maker MV | Tutoriels | Guides | Making-of
Télécharger: Programmes | Scripts/Plugins | Ressources graphiques / sonores | Packs de ressources | Midis | Eléments séparés | Sprites
Jeux: Au hasard | Notre sélection | Sélection des membres | Tous les jeux | Jeux complets | Le cimetière | RPG Maker 95 | RPG Maker 2000 | RPG Maker 2003 | RPG Maker XP | RPG Maker VX | RPG Maker VX Ace | RPG Maker MV | Autres | Proposer
Ressources RPG Maker 2000/2003: Chipsets | Charsets | Panoramas | Backdrops | Facesets | Battle anims | Battle charsets | Monstres | Systems | Templates
Ressources RPG Maker XP: Tilesets | Autotiles | Characters | Battlers | Window skins | Icônes | Transitions | Fogs | Templates
Ressources RPG Maker VX: Tilesets | Charsets | Facesets | Systèmes
Ressources RPG Maker MV: Tilesets | Characters | Faces | Systèmes | Title | Battlebacks | Animations | SV/Ennemis
Archives: Palmarès | L'Annuaire | Livre d'or | Le Wiki | Divers