Day.png);">
Apprendre


Vous êtes
nouveau sur
Oniromancie?

Visite guidée
du site


Découvrir
RPG Maker

RM 95
RM 2000/2003
RM XP
RM VX/VX Ace
RM MV/MZ

Apprendre
RPG Maker

Tutoriels
Guides
Making-of

Dans le
Forum

Section Entraide

Sorties: Star Trek: Glorious Wolf / Jeux: Pillar Town / Sorties: Dread Mac Farlane - Complet / Sorties: "Dread Mac Farlane", (...) / Tutos: Checklist de la composition (...) / Chat

Bienvenue
visiteur !




publicité RPG Maker!

Statistiques

Liste des
membres


Contact

Mentions légales

425 connectés actuellement

29722853 visiteurs
depuis l'ouverture

16935 visiteurs
aujourd'hui



Barre de séparation

Partenaires

Indiexpo

Akademiya RPG Maker

Blog Alioune Fall

Fairy Tail Constellations

Alex d'Or

Le Temple de Valor

Guelnika & E-magination

Zarok

Lunae - le bazar d'Emz0

Tous nos partenaires

Devenir
partenaire



Liste des messages insérés dans des blogs

Aller à la page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44


Tyroine - posté le 13/12/2021 à 20:52:59 (10312 messages postés)

❤ 2

Gaga de son chachat


Sable terminé en 14 heures. Petit coup de cœur, mais pas trop non plus. Je m'explique.


Les +

+ Le style graphique est assez dépouillé mais pourtant, le jeu est plutôt joli. La direction artistique est originale, dans un style un peu BD "à la Moebius" (cette comparaison a beaucoup été faite) mais presque comme si ça avait été fait à la souris. Le jeu a des "tracés" assez prononcés, mais qu'on peut baisser ou augmenter. J'ai fini par les mettre au minimum parce que j'ai trouvé le rendu plus "doux" comme tel, un peu moins brut de décoffrage. Les ambiances sont belles et variées, c'est un chouette petit voyage.

+ La thématique de la quête initiatique est bien traitée, c'est tout le cœur de l'histoire de Sable. Les dialogues sont étonnamment bien écrits, je n'aurais pas imaginé le jeu aussi bavard, je le pensais beaucoup plus cryptique et vide mais il y a plusieurs mini-villages et même une relative grande ville. Tu croises des pnj un peu partout, la plupart ont des choses à dire plus ou moins intéressantes et il y a un peu plus d'une trentaine de quêtes à boucler avant la fin de l'aventure. Attention pour les anglophones, pour le moment il n'y a pas de traduction française, mais le niveau anglais requis est assez raisonnable.

Edit : Eeeeet le jeu est désormais dispo en français...  XD

+ J'ai apprécié les diverses inspirations directement empruntées à Zelda Breath of The Wild. Trouver des "korogus" pour augmenter notre jauge d'endurance pour courir mais surtout grimper la plupart des environnements du jeu, offrant une verticalité bienvenue qui sert énormément l'exploration. On peut aussi planer à l'instar du paravoile dans Zelda, par contre c'est beaucoup moins fun et intéressant, ça va surtout servir à planer pour atteindre d'autres plateformes plus que se balader dans les airs, puisque ce n'est pas le but.

Le mouvement dans le monde ouvert de Sable est principalement régi par votre aérocycle, une sorte de scooter volant qui flotte au dessus du sable. Véritable compagnon de route répondant à votre appel, une bonne partie du jeu consistera à se faire de l'argent pour acheter de nouvelles parties et améliorer le véhicule, rendant de facto votre voyage plus agréable et rapide.

Sans lui, autant oublier le simple fait de voyager puisque les environnements sont immenses et vides. Et c'est voulu. La planète semble désertique mais ce n'est que pour mieux remarquer les rares points d'intérêts disséminés un peu partout sur la carte, souvent visibles de très loin car assez imposants (villages, carcasses de vaisseaux ou d'animaux gigantesques, îlots volants...). On est donc sur un jeu assez onirique au rythme très lent et posé. Si vous vous demandez si vous risqueriez pas de vous emmerder... le simple fait de vous le demander n'est pas très bon signe, surtout si vous êtes du genre à trouver BOTW vide et chiant.

En outre, j'ai donc trouvé le jeu correctement rempli et plutôt divertissant, une fois qu'on a cerné ses objectifs on a toujours un petit quelque chose à faire, et ne serait-ce que simplement voyager et profiter du paysage me suffit déjà amplement (pour prendre des milliards de captures d'écrans).


Les -

- Parlons des choses qui fâchent... et y'en a quelques unes :F A commencer par l'optimisation désastreuse du jeu qui n'est pas franchement un jeu qui devrait demander des ressources incroyables, et pourtant putain qu'il crachotte péniblement. Ralentissements ultra fréquents notamment en balade à dos de scooter, bugs sonores à tire larigot (les musiques qui se coupent parfois, les sons divers qui s'étouffent les uns les autres, t'as l'impression de jouer à un jeu en train de rendre l'âme parfois)... Et ce peu importent les résolutions choisies, que ça soit 16/9 ou ultrawide, 1080p ou 1440p. Le jeu galère franchement et j'ai vu que les premiers retours qui remontent à plusieurs mois voire années en faisaient déjà mention, et les gens s'étonnent que ça n'ait pas été corrigé.

Alors, rien qui ne pourrisse vraiment l'expérience pour autant. Le voyage m'a quand même été bien agréable, et c'est qui m'a permis de rester tolérant envers cette technique franchement faiblarde alors que le jeu n'est pas spécialement beau non plus... Attention, il a un charme évident, et un style original. Mais ce n'est pour autant pas aussi beau qu'un jeu comme The Pathless par exemple. Il y a aussi un manque de liaison entre les animations de réaction des pnj et de Sable et le retour à leur idl de base. On finit par s'y habituer aussi, c'est un jeu indé après tout.

- Pourquoi avoir fait en sorte de trouver autant d'habits aussi diversifiés pour ne rien en faire en terme de gameplay ? J'entends bien que le jeu ne se concentre pas sur le gameplay, mais il aurait été plus intéressant d'ajouter des effets à ces sets, comme dans BOTW. Et le pire... C'est que chaque set a une description qui tendrait à penser qu'ils aient une utilité différente autre que cosmétique... mais bon. Bah c'est sympa pour le cosmétique... mais ça s'arrête là.

Ca aurait pourtant vraiment aidé à renouveler l'intérêt du jeu, en donnant par exemple un bonus d'escalade à la tenue qui semble justement faite pour ça. Ou courir plus vite, etc etc... Vraiment, la plupart des descriptions tendent dans ce sens, mais le jeu te dit quand même "mais en fait ça sert à rien". C'est trop con.

- Escalader c'est bien, surtout quand on a amélioré son endurance... Mais dans l'exercice, le résultat peut se montrer vraiment très maladroit. Des fois Sable clip sur la hitbox des plateformes, se redresse et s'accroche un peu n'importe comment à un changement de niveau, la caméra est ignoble et passe son temps à se reconfigurer d'elle même en imposant ça au joueur qui bataille littéralement contre elle, puis la caméra a tendance à cliper à travers tous les murs et les sols, dans les rares occasions où on est accroupi pour passer dans un conduit par exemple.

Et puis c'est dans l'escalade qu'il aurait vraiment été de bon ton d'ajouter un "saut" comme dans Zelda pour accélérer l'escalade au prix d'un peu plus de Stamina. Parce que bon... c'est quand même assez lent, et des fois on a de grandes distances à escalader, et c'est franchement chiant alors qu'un petit saut là pour accélérer tout le processus, ça aurait aidé dans ces phases-là.

- Il n'y a pas de mode fenêtré.

Voilà, je vous laisse assimiler cette information. Il n'y a pas de mode fenêtré. Tu peux faire ALT+Entrée pour forcer le mode fenêtré, mais dès que tu vas ouvrir le menu, ça va repasser en fullscreen. C'est pénible si tu as juste envie de jouer en fenêtré en dual-screen par exemple.




Bon malgré tous ces défauts, j'ai quand même passé un bon moment sur Sable, c'est un jeu que je ne recommanderais pas à tout le monde, mais si vous aimez vous poser et profiter de belles balades et d'une exploration basée sur l'observation et le voyage, ça serait un jeu pour vous.

Ce n'est pas non plus un jeu incroyable. C'est pour ça que je dis que c'est un petit coup de coeur, mais pas trop. C'est un joli vent de fraicheur, mais le jeu n'atteint malheureusement jamais des sommets dans son expérience, que ça soit en terme d'émotion ou même de direction artistique. Artistiquement et en terme d'écriture, tout fonctionne très bien. C'est fonctionnel, c'est un peu touchant même, c'est une belle proposition.

Mais ça ne va pas beaucoup plus loin. Et boh, vous savez... C'est pas bien grave. Je suis content de l'avoir fait.

Spoiler (cliquez pour afficher)



~ Ma chaîne youtube sur les jeux-vidéos divers zévariés.

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Roi of the Suisse - posté le 06/12/2021 à 14:12:43 (29917 messages postés) - honor -

❤ 1

Chanter l'hyperchleuasme

Evangelion: 3.0+1.0 Thrice Upon a Time

C'est le quatrième et dernier film d'animation de la quadrilogie Rebuild of Evangelion*, réalisée par Hideaki Anno parce qu'il avait besoin d'argent.

*:
Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone
Evangelion: 2.0 You Can (Not) Advance
Evangelion: 3.0 You Can (Not) Redo
Evangelion: 3.0+1.0 Thrice Upon a Time

image

Je dirais qu'il est réussi.

Scénario

De façon générale, il est très convenu, il n'y a rien de très inattendu dedans (comme ça avait été le cas pour le 3). Il se contente de refermer toutes les intrigues ouvertes dans les films précédents, de répondre à toutes les questions, de résoudre toutes les instabilités émotionnelles des personnages. Et c'est ce qu'on exige d'un film de conclusion. Il joue son rôle proprement.
Shinji se remet peu à peu de son traumatisme de la fin du film 3. On explique pourquoi tout le monde semblait détester Shinji sans raison apparente lors du film 3. On explique pourquoi la NERV s'est scindée en deux, quelles sont les motivations de chaque partie.

Les fins d'Evangelion, c'est très simple, ça a toujours été très simple : une introspection de chaque personnages et une recréation du monde (basée sur les conclusions tirées de ces introspections). Il ne faut surtout pas se laisser distraire par le vocabulaire (mots allemands, références bibliques), ça n'est que de la poudre de perlimpinpin pour impressionner le béotien.

Ce que j'ai vraiment bien aimé dans ce film, c'est qu'il prend son temps. Toute la première partie dans le village est très réaliste, elle pose une ambiance (et des enjeux).

3D

Ce que j'ai moins aimé : peut-être la CGI (3D) omniprésente, ça me sort un peu du film à chaque fois, je trouve ça cheap, je ne sais pas pourquoi. Mais c'est sûr qu'ils n'auraient pas pu faire tout ce tintamarre à la main.
Parmi les modèles 3D qu'ils ont utilisés, il y a ces gros bateaux japonais (je suppose que ce sont des Yamato ou dérivés...), dont ils se servent comme de boucliers dans les combats, ça c'est un peu WTF, la forme de l'objet ne se prête pas du tout à cette fonction, ils l'ont mis là par patriotisme et parce que ça les faisait marrer.
La Rei géante de la fin est bien moins belle en 3D que dessinée à la main dans le vieux film The End of Evangelion.

Personnages

Je trouve que la quadrilogie Rebuild aplatit le personnage d'Asuka pour la rendre plus vendable. Dans l'ancienne série, elle était complètement déglinguée, suicidaire, elle avait un besoin maladif d'attention et de reconnaissance, d'être la meilleure dans tout ce qu'elle fait, elle se considérait comme la meilleure, que les autres pilotes n'étaient pas dignes et avaient obtenu leur place par népotisme et non par talent, comme elle. La quadrilogie en fait une simple tsundere. Il faut dire aussi que les deux personnages ne sont théoriquement pas les mêmes : il y a Asuka Langley Sôryu et Asuka Shikinami Langley. Shikinami est plus asociale aussi peut-être.

La quadrilogie donne une meilleure place à Rei.
La quadrilogie n'a pas vraiment eu le temps de présenter le personnage de Mari en profondeur. Elle est battante, optimiste, mais c'est tout. Peut-être qu'elle a tout simplement moins de profondeur parce qu'elle est moins problématique/malade.

Fan-service

Peut-être un peu trop de plans fan-service ? (des angles de caméra "astucieusement" choisis etc.) Bon euh, c'est subjectif, c'est la recette Hideaki Anno, il a toujours dit dans ses interviews qu'il n'y a pas de différence entre l'animation et la pornographie, alors il rajoute ces plans-là comme du sucre sur les fraises. C'est exactement ça en fait : il "sucre" le film. Ça le rend plus digeste à une grande part du public. Il attire les gens avec ça en espérant qu'ils s'intéressent ensuite au reste du film. C'est peut-être presque nécessaire pour faire marcher un film dans le contexte concurrentiel actuel. Il y a ces gens austères (dont je fais partie) qui, passé la trentaine, préfèrent les fraises sans sucre et qui se plaignent quand il y a du sucre. Bon euh bah, tant pis pour les plus puritains je suppose. Ça me dérange moins qu'autrefois, j'ai dû m'habituer aux coutumes japonaises.


J'avais très peur après le visionnage du 3 (qui partait un peu en cacahuète), mais le 4 se débrouille étonnamment bien à rattraper les bêtises de son grand frère, donne un sens à ce qui n'en avait pas, offre un conclusion satisfaisante à la tétralogie.
La tétralogie n'apporte quasiment rien par rapport à la vieille série de 1995 + le film The End of Evangelion. Les fans ont réclamé une autre fin ; parce qu'ils n'avaient pas compris l'ancienne série peut-être ? Mais tout ce qui est dit dans Rebuild était déjà contenu dans la vieille version. Bon bah on a deux fois Evangelion maintenant. Dans deux formats différents.

L'essentialisme c'est quand ta voiture a un moteur essence. | Es-tu une star ? | Kujira no Hara | Polaris 03 | Planète Glutko

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Roi of the Suisse - posté le 04/12/2021 à 12:23:53 (29917 messages postés) - honor -

❤ 0

Chanter l'hyperchleuasme

Lupin III: The First

Sorti en 2019 (vous savez, le monde d'avant), ce film a la particularité d'être en CGI (3D).

Noté 7.83 sur MyAnimeList, une bonne note.
https://myanimelist.net/anime/40082/Lupin_III__The_First

image

Je n'aime pas trop la 3D d'habitude, mais ici c'est assez joli : les couleurs sont douces, les personnages animés avec fluidité.

Le film est très grand public, accessible, même pour quelqu'un qui ne connaît pas du tout l'univers Lupin III. C'est un film d'aventure chouette, classique, bien réalisé, pas du tout prétentieux.
On est loin par exemple de la saison Mine Fujiko to iu Onna, qui était très "artistique" et convolutée, voire prétentieuse (comme tout ce qu'écrit Mari Okada en fait lolz), même si bon, c'est avec cette saison cheloue que je suis tombé amoureux de cet univers...
On est loin aussi de la trilogie très sombre et violente Ishikawa Goemon no Chikemuri / Jigen Daisuke no Bohyou / Mine Fujiko no Uso.


On y retrouve les personnages habituels, c'est une histoire d'aventure qui se passe après la seconde guerre mondiale, il y a un trésor archéologique etc. C'est vraiment du Indiana Jones pur.

Seul bémol : le titre est mensonger, le grand père de Lupin III, Lupin I (the First), est absent du film.


Je recommande évidemment à tous les fans de Lupin III, mais surtout aux gens qui ne connaissent pas Lupin III.

L'essentialisme c'est quand ta voiture a un moteur essence. | Es-tu une star ? | Kujira no Hara | Polaris 03 | Planète Glutko

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Nemau - posté le 23/11/2021 à 19:47:58 (52448 messages postés) - honor -

❤ 1

The Inconstant Gardener

Shang-Chi and the Legend of the Ten Onion Rings (Destin Daniel Cretton, 2021) : C'est l'histoire de... ouais non flemme.

image
Après Gandhi et La Liste de Schindler, Ben Kingsley renoue avec les grandes fresques dramatiques

Rien à sauver, si ce n'est le cinéma hollywoodien.

Quel RPG Maker choisir ?Ocarina of Time PCPolaris 03 • Le matérialisme c'est quand tu as du matériel.

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Nemau - posté le 17/11/2021 à 23:56:30 (52448 messages postés) - honor -

❤ 1

The Inconstant Gardener

Ouiiii moi aussi je l'ai regardé, avant-hier ! (pas sur Netflix par contre :irate :F)

Et j'ai le même avis que toi. ^^ À moi aussi il m'a rappelé les Indiana Jones, pour la partie nazis + jungle bien sûr, mais aussi pour le ton léger de l'ensemble du film. Mais je dirais que, sur le fond et la forme, le film est un peu trop académique pour être aussi marquant qu'un Indiana Jones. Par exemple, dans ces derniers (ou du moins les trois premiers), les gentils et méchants sont davantage originaux. Par contre, comme toi, j'ai trouvé que les twists fonctionnaient très bien. Et le passage avec Ed Sheeran, aussi. xD (dommage que le gag soit un peu trop appuyé)

Donc si vous ne savez pas quoi regarder, allez-y ça se regarde très bien. Si par contre vous n'avez pas de temps à gaspiller, je ne le recommande pas vraiment.

Quel RPG Maker choisir ?Ocarina of Time PCPolaris 03 • Le matérialisme c'est quand tu as du matériel.

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Fflo - posté le 13/11/2021 à 10:34:19 (328 messages postés)

❤ 1

Pour 2023, j'essaye des choses... que je rate. Mais pas toujours.

Comme vous le savez très probablement, j'ai boudé RM depuis près de 6 mois et j'ai basculé sur Ren'Py.

Pourquoi est-ce que je ne publie pratiquement plus de contenus sur RM ?
À un moment, j'avais réussi à bien progresser, surtout en mapping:
image
(Créée fin mai)

Mais mon gros gros problème, c'est la base du jeu. Ça fait 3 fois en 2 mois que j'écris un prototype de scénario mais que j'en suis pas satisfait. Et un mauvais scénario donne un mauvais jeu.
Et pourquoi ne pas poursuivre sur un projet délaissé ? Oui, mais l'histoire sera toujours à retravailler.

J'ai l'impression que ma période de création de jeux est révolue. Je crée des ressources, des mini-scripts, des tutos ; mais plus de jeux.

Edit: et puis j'avais même pas remarqué que j'étais toujours l'auteur du dernier script. La preuve qu'un scripteur c'est plus rare qu'un maker.

Petit scripteur amateur. J'ai un pack de scripts VX Ace qui ne vous permettra pas de faire le jeu du siècle, mais les petites fonctionnalités en plus à droite à gauche pourraient quand même vous démarquer.

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Nemau - posté le 07/11/2021 à 20:29:00 (52448 messages postés) - honor -

❤ 0

The Inconstant Gardener

99 Francs (Jan Kounen, 2007) : Un publicitaire détestable nous fait découvrir le monde sordide de la publicité.

image

Très bon film, inspiré du roman semi-autobiographique de Frédéric Beigbeder (un bon gros misogyne mais bon, personne n'est parfait je suppose). Ce film est très réussi sur le fond comme sur la forme, je recommande chaudement.


Adieu les cons (Albert Dupontel, 2020) : Une femme atteinte d'une maladie incurable et qui n'a plus beaucoup de temps à vivre recherche son enfant né sous X lorsqu'elle avait 15 ans. Elle est aidée par un fonctionnaire suicidaire et un archiviste aveugle.

image

Désolé Nonor mais j'ai bien aimé. ^^ J'ai trouvé ça touchant, le scénario est bien ficelé, et sur la forme rien d'exceptionnel mais rien de problématique. Bien sûr on est sur quelque chose de beaucoup plus sage que Bernie et Enfermé Dehors, du même réalisateur, mais je ne vois pas de problème à ce que Dupontel s'essaie à la comédie dramatique plus réaliste, d'autant qu'il l'avait déjà fait avec Au revoir là-haut et que ça lui avait réussi. Pour moi, ce film n'est pas une tuerie mais il reste très agréable à regarder, donc je le recommande.

Quel RPG Maker choisir ?Ocarina of Time PCPolaris 03 • Le matérialisme c'est quand tu as du matériel.

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Tyroine - posté le 28/10/2021 à 20:09:07 (10312 messages postés)

❤ 1

Gaga de son chachat


J'ai fini d'émuler Metroid Dread en 13h40 de jeu réelles, 7h30 selon le timer en jeu... Je comprends vraiment pas comment fonctionnent les chronos des metroid/metroidvania, mais j'ai eu ce même écart disproportionné avec Bloodstained dans l'année.

Mon avis a pas mal évolué tout au long du jeu. D'abord assez emballé, j'ai été assez décontenancé par le rythme de la première partie du jeu, ce qui me l'a pas mal fait tomber des mains... Puis j'ai fini par de nouveau apprécier le jeu, et ce jusqu'à la fin. Il y a des trucs à redire... mais j'ai trouvé que c'était un jeu très solide. C'est d'ailleurs mon premier Metroid.


Les +

+ Le gameplay du jeu est excellent. Samus se meut avec une agilité exemplaire, le rythme est soutenu et on peut parcourir les salles vraiment très vite. L'évolution du personnage force franchement le respect : on commence à poil et on finit avec des mouvements en pagaille et des solutions d'exploration qui ouvrent de plus en plus le level-design. A la fin le personnage est vraiment pété, et c'est agréable de voir le gameplay évoluer tout du long.

+ Sans être une claque graphique, le jeu est quand même assez solide en terme d'animation dans les arrières plans (qui sont pas mal fouillés), d'effets de mouvement un peu partout, de chorégraphie de combat et de mise en scène dans les cinématiques (parfois interactives en plein affrontement). Le passage entre cinématique et prise en main de Samus se fait de façon très naturelle et inventive... on ne perd jamais le fil, on lâche rarement la manette. Maintenant il y a clairement des trucs à redire sur la colorimétrie assez fadasse, les environnements robotiques / froid qui font assez datés en terme de DA, mais plusieurs niveaux et salles remontent légèrement le niveau.

+ L'histoire est simple, c'est du Metroid... mais je l'ai trouvée suffisante et efficace. Le studio a bien su montrer l'iconisation de Samus au travers de sa gestuelle stylée et badass, de ses rares plans de "visage" sous le casque, de son côté implacable et muet... à l'exception d'une occasion, ce qui rend ce passage assez marquant. Samus, c'est la classe martiale, visuelle. C'est comme un Master Chief, elle en impose et on a pas besoin d'en faire des caisses sur son lore. Elle est stylée, et c'est tout ce dont t'as besoin. En sus, je trouve une fois de plus la mise en scène assez cool et inventive. Le fait que la plupart des cinématiques en combat soient jouables ajoutent un petit quelque chose, surtout que les chorégraphies semblent presque tirées des jeux de Kamiya.

+ Le flow du jeu est surtout très bon en deuxième partie, révélant un level-design assez bien foutu et qui se laisse parcourir sans beaucoup de temps mort. Si la carte peut paraître assez confuse, c'est moins le cas en se baladant tout simplement de salle en salle à l'aide de la mini-map : à court terme, on se repère assez rapidement.

+ Les quelques affrontements de boss sont excellents : les pattern sont exigeants et une fois qu'on connait la danse par coeur, c'est jouissif de botter le cul de ces ennemis uniques. Certains designs sont d'ailleurs assez réussis, d'autres pas spécialement très inspirés... mais ça reste correct. Le boss de fin est une bonne mise à l'épreuve finale : j'ai passé 1h dessus. Au moins on ne finit pas le jeu en se baladant les mains dans les poches, c'est appréciable. Le taux de game-over est d'ailleurs assez haut de mon côté, ce qui doit en partie expliquer cet écart dans les timers du jeu.


Les -

- Les EMMI qui te pourchassent et t'emmènent en game over très rapidement sont, de base, une très bonne idée. Encore une fois Metroid Dread a ce petit truc ingénieux où même si on se fait attraper, on a toujours deux chances de repousser le robot à l'aide de deux actions contextuelles, mais la fenêtre d'action est si mince que c'est presque du hasard... Seulement voilà : au bout de 3 EMMI terrassés, on a compris la rengaine et c'est... franchement du recyclage. Echappe lui, va tuer un mini-boss qui est le MÊME à chaque fois pour récupérer un rayon gamma, retourne vers l'EMMI, canarde le puis charge un tir pour faire sauter sa tête.

Chaque opération est peu ou prou exactement la même du début à la fin du jeu. Ils auraient pu varier l'exercice en changeant le point faible de place (pas forcément la tête), en ajoutant d'autres capacités aux EMMI (les trois derniers ont une petite mécanique vite fait genre te freeze mais c'est ultra anecdotique), en changeant ce foutu mini-boss qui n'a aucun intérêt et qui revient 4 à 5 fois... Bref, c'est dommage. L'idée est bonne mais c'est une occasion manquée pour rendre ces séquences vraiment mémorables.

- La première partie du jeu ne m'a pas plu tant que ça. Je comprends l'intention : ils ont voulu ajouter une valeur de "tension" à leur formule en te mettant la pression avec les EMMI qui te chassent des zones où tu te trouves : du coup tu ne prends pas le temps d'explorer, tu te sens constamment poussé vers la sortie... Tu n'explores pas, tu vas toujours "tout droit". C'est un peu l'impression que j'en avais, sauf qu'un ami m'a dit qu'il n'avait pas du tout eu le même cheminement que moi, et qu'en gros tout le monde a un peu sa propre expérience... Reste que voilà, même si le jeu semble offrir plusieurs possibilités (même au début), j'ai trouvé que c'était fait de sorte que je me sente naturellement poussé vers là où le jeu voulait lui que j'aille, et ce n'est pas nécessairement ce que j'attendais d'un metroid. Peut-être me suis-je fourvoyé, mais je m'attendais davantage à une expérience classique en prenant le temps de bien explorer toute la map à mon rythme, de bien fouiller...

Mais ça n'arrive qu'en deuxième partie de jeu, et là l'exploration est déjà mieux foutue et avec toutes nos améliorations, on peut se permettre d'aller un peu partout. Mais avant ça, on se trouve quand même trop souvent bloqué sans beaucoup d'options, selon mon impression encore une fois.

- Aussitôt fini, aussitôt fermé. En réalité, l'exploration dans Metroid Dread ne m'inspire pas plus que ça... En dehors des pouvoirs et mouvements à récupérer, il n'y a pas énormément de collectables diversifiés : les missiles et de quoi augmenter la jauge de santé... C'est quand même assez vite redondant, et je me suis contenté de ramasser ceux sur le chemin, sans vraiment backtracker en quête de découverte. Je ne dis pas que le level-design est mauvais parce que ce n'est pas le cas et il y a des tas de trucs cachés, mais l'intérêt de tous les ramasser m'est rapidement passé par dessus la tête. Il manquait un loot plus intéressant à l'instar de Hollow Knight offrant des possibilités de builds par exemple. Collecter les pouvoirs est excitant mais j'ai l'impression qu'on est obligé de les ramasser quoi qu'il advienne.


Au final, j'ai quand même trouvé le jeu très satisfaisant, avec quelques souffles épiques et une super maniabilité. Pas grand chose à dire en terme de bande son, mais le thème principal de la série est superbement bien rendu ici.

Le rythme du jeu souffre, à mes yeux, de la première partie qui m'a semblé beaucoup trop dirigiste et linéaire, c'est un jeu qu'on préférerait sûrement speedruner en s'amusant à optimiser les différents parcours pour exploiter toutes les possibilités... Mais pour une première partie normale, j'ai trouvé que c'était plutôt inégal. Heureusement à un peu plus de la moitié on se sent beaucoup moins cloisonné, même si on se retrouve quand même à suivre les téléporteurs sans réfléchir plus que ça à notre destination... un poil trop balisée.

Et maintenant, quelques petits screenshots spoilatifs :

Spoiler (cliquez pour afficher)



~ Ma chaîne youtube sur les jeux-vidéos divers zévariés.

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Nemau - posté le 25/10/2021 à 00:45:15 (52448 messages postés) - honor -

❤ 1

The Inconstant Gardener

Oki oki.


The Green Knight (David Lowery, 2021) : Adaptation de Sire Gauvain et le Chevalier vert, roman traditionnel faisant partie du mythe arthurien.

image

C'est très esthétique et globalement réussi, je recommande. Le film est dans un anglais archaïque et soutenu, et mes sous-titres étaient dans le même anglais, du coup il y a certaines choses que je n'ai pas saisi, mais j'ai apprécié ce dépaysement.


The Shape of Water (Guillermo del Toro, 2017) : Dans les années 60, une femme de ménage d'un laboratoire américain se lie d'amitié avec une créature aquatique humanoïde martyrisée.

image

Ce film est un conte à la fois beau et dur, comme l'était Le Labyrinthe de Pan du même auteur. C'est assez réussi, je recommande.

Quel RPG Maker choisir ?Ocarina of Time PCPolaris 03 • Le matérialisme c'est quand tu as du matériel.

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum


Nemau - posté le 16/10/2021 à 18:31:50 (52448 messages postés) - honor -

❤ 0

The Inconstant Gardener

Cloud Atlas (Lana et Lilly Wachowski, Tom Tykwer, 2012) : À différentes époques (trois dans le passé, une dans le présent et deux dans le futur), différentes péripéties ayant des conséquences dans le temps.

image
Tom Hanks affronte un Hugh Grant chef tribal cannibal étonnamment crédible

Ce film m'avait fait une assez forte impression au cinéma mais je n'avais jamais souhaité le revoir. Je l'ai finalement revu il y a quelques jours et il ne m'a pas tant emballé que ça. Je continue de considérer que c'est un film intéressant, qui essaie une imbrication audacieuse de différentes histoires. Simplement, cette imbrication est très perfectible, en effet les différentes époques ne sont pas assez connectées, et en exagérant un poil on pourrait dire qu'on assiste plus à six courts-métrages qu'à un ensemble cohérent. Je vous le recommande quand même si vous ne l'avez jamais vu.


The Last Duel (Ridley Scott, 2021) : En France en 1386, l'histoire vraie du duel judiciaire (combat à mort) entre Jean de Carrouges et Jacques Le Gris, ce dernier étant accusé d'avoir violé la femme de Carrouges.

image
Kylo Ren refait du vilain

Acteurs impeccables, belles images, ambiance réaliste, et une narration intéressante où on suit tour à tour le point de vue des trois protagonistes principaux. En revanche, le film manque d'ampleur, il n'est pas assez épique, dramatique. La réalisation est trop académique, et l'ambiance trop réaliste. Ridley Scott rêve de refaire un Gladiator, mais dans ce dernier lui et les scénaristes avaient eu l'intelligence de s'assoir suffisamment sur la réalité historique au profit de l'émotion. The Last Duel reste un bon film malgré tout, qui relate de manière fidèle un évènement intéressant de l'histoire de France. À noter aussi, le film s'intéresse au traitement des femmes au Moyen Âge et fait ainsi écho aux défauts de notre société actuelle dans ce domaine.

Quel RPG Maker choisir ?Ocarina of Time PCPolaris 03 • Le matérialisme c'est quand tu as du matériel.

Accéder à son blog - Accéder au message sur le forum

Aller à la page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44

Haut de page

Merci de ne pas reproduire le contenu de ce site sans autorisation.
Contacter l'équipe - Mentions légales

Plan du site

Communauté: Accueil | Forum | Chat | Commentaires | News | Flash-news | Screen de la semaine | Sorties | Tests | Gaming-Live | Interviews | Galerie | OST | Blogs | Recherche
Apprendre: Visite guidée | RPG Maker 95 | RPG Maker 2003 | RPG Maker XP | RPG Maker VX | RPG Maker MV | Tutoriels | Guides | Making-of
Télécharger: Programmes | Scripts/Plugins | Ressources graphiques / sonores | Packs de ressources | Midis | Eléments séparés | Sprites
Jeux: Au hasard | Notre sélection | Sélection des membres | Tous les jeux | Jeux complets | Le cimetière | RPG Maker 95 | RPG Maker 2000 | RPG Maker 2003 | RPG Maker XP | RPG Maker VX | RPG Maker VX Ace | RPG Maker MV | Autres | Proposer
Ressources RPG Maker 2000/2003: Chipsets | Charsets | Panoramas | Backdrops | Facesets | Battle anims | Battle charsets | Monstres | Systems | Templates
Ressources RPG Maker XP: Tilesets | Autotiles | Characters | Battlers | Window skins | Icônes | Transitions | Fogs | Templates
Ressources RPG Maker VX: Tilesets | Charsets | Facesets | Systèmes
Ressources RPG Maker MV: Tilesets | Characters | Faces | Systèmes | Title | Battlebacks | Animations | SV/Ennemis
Archives: Palmarès | L'Annuaire | Livre d'or | Le Wiki | Divers