[RPG-MAKER.FR] Oniromancie: tout l'univers de RPG Maker en français - Tests de jeux RPG Maker - L'art du game-design, par Jesse Schell

Oniromancie: Tests de jeux RPG Maker - L'art du game-design, par Jesse Schell


Découvrir
RPG Maker

RM 95
RM 2000/2003
RM XP
RM VX/VX Ace

Apprendre
RPG Maker

Guides
Tutoriels
Astuces
Making-of


Comment ça marche?

Aëdemphia
Par Sylvanor

Fighting Robots Quest
Par Boulon

Geex
Par roys

Inexistence
Par Falco

La Légende d'Ibabou
Par Zaitan

Nylu
Par NanakyTim

Sarcia
Par Kaëlar

Super Mario RPG - Lost Souls
Par Omegabowser

News: Game design: ouvrir son jeu aux (...) / News: Des jeux et des screens / News: Alex 2019 : tests et nominations (...) / Jeux: Wendy Whedon / Sorties: Wendy Whedon /

Chat  

Bienvenue
visiteur !




publicité RPG Maker!

Statistiques

Liste des
membres


Contact

Mentions légales

133 connectés actuellement

10202706 visiteurs
depuis l'ouverture

3308 visiteurs
aujourd'hui

Groupe Facebook

Barre de séparation

Partenaires






TOP
GAMEMAKING


Les 5 plus
visités

Akademiya RPG Maker

Alex d'Or

Blog of Chaos17

BloGecko

ConsoleFun

Au hasard

RPG Maker Détente

BloGecko

Le Studio du Chat Vert

Les deux derniers

Zarok

Akademiya RPG Maker

Nos autres partenaires

Devenir
partenaire


Barre de séparation

Un site du réseau
War Paradise

Annuaires référenceurs




L'art du game-design, par Jesse Schell
Ecrit par mtarzaim

image

L'art du Game Design
100 objectifs pour mieux concevoir vos jeux

par Jesse Schell




Extraits : http://www.pearson.fr/livre/?GCOI=27440100949530



Disclamer
Bla blab bla ... critique ... bla bla bla ... amateur ... bla bla bla ... pas taper ... bla bla bla ... merci.
Bon, ça, c'est fait.



Pur 100
Toujours dans ma quête du game-design absolu (ou parce que j'ai certainement trop peu de vie sociale), je me suis enfilé un livre qui semble faire référence dans son domaine.

Jugez plutôt : cent objectifs sont exposés, disséqués et analysés, afin de produire le meilleur jeu possible, ou du moins, ne pas pondre une bouse.
Et avec une citation élogieuse de Will Wright en prime, il ne peut y avoir tromperie sur la marchandise.
D'autant qu'il s'agit d'un livre déjà édité, et apprécié, en anglais. Un gage de plus de sa pertinence (sinon, pourquoi traduire un truc naze ? ).

L'auteur en lui-même semble savoir de quoi il parle, puisque lui-même est game-designer, principalement pour Disney Interactive.
Bon, ok, le père Disney n'est plus vraiment connu pour ses production de qualité depuis la fin de l'ère 16 bits.
Mais qu'importe, car même si on peut légitimement douter des réussites commerciales du bonhomme, les exemples, méthodes et anecdotes qu'il donne restent tout à fait valables.
Il revient ainsi régulièrement au cours du livre sur sa création d'une attraction virtuelle pour Disneyworld : un jeu de pirate d'une durée effroyable de ... 5 minutes !
Je ne sais pas si vous réalisez.
Mais quand vous êtes capable de faire une expérience agréable d'un jeu en coop pour casual qui dure moins de 300 secondes, c'est que vous savez y faire un minimum.

L'auteur a donc, à mon sens, assez de légitimité pour parler de son sujet.
Niveau traducteur, c'est une équipe de trois personnes qui est aux fourneaux, dont deux game-designers bien de chez nous.

Le résultat est très réussi : c'est clair, simple, compréhensible et sans faute majeure, orthographique ou autre.
A part une digression sur le scénario de FF7; où on apprend qu'un groupe de rebelle affronte une megacorporation controlée par un "magicien maléfique", je n'ai pas relevé d'énormité indigne du dernier lecteur de Télérama.
Du bon boulot d'un point de vue éditorial, donc.

Mais nous ne sommes pas là pour parler paperasse. Ce qui nous amène, c'est le game-design.
Alors, parlons-en.



100 patates !
Le livre s'attache à passer le travail de game-designer à travers 100 objectifs.
Beaucoup trop ? Pas assez ?

En tout cas, seule une petite minorité m'a semblé superflu (ou implicite à d'autres objectifs).
Rien à jeter au final, chaque élément apportant sa réflexion pertinente sur un sujet auquel on n'aurait pas forcément pris le temps de réfléchir.
On part de l'idée de jeu, et on étoffe sa conception au fur à mesure des objectifs, listant une par une les difficultés et surtout les questions que l'on peut rencontrer.
L'auteur construit ainsi peu à peu le diagramme ultime du game-design. Un schéma touffu mais tant que ça, pour peu que l'on en comprenne les rouages.

Mais les objectifs ne sont pas la seule force du livre. En réalité, ils n'en représentent que la moitié (pourcentage makeur <IMG SRC=" ).
Deux autres "informations" sont transmises au fil des pages.

La première se situe surtout au début du livre, où l'auteur s'attarde à réfléchir au game-design, à son histoire et à ses courants.
Il n'y a pas vraiment d'objectifs ici, mais une vision globale sur la création des jeux, ce qu'ils impliquent et ce qu'ils expliquent sur ce que nous sommes.
Cette partie permet de poser des mots sur des concepts ou des intuitions que nous avons tous, sur comment réaliser un jeu amusant.
Ce qui permet ensuite de clarifier les processus en question, et de dégager les principes sous-jacents dont nous n'avions pas forcément conscience.
Car pouvoir expliquer pourquoi une chose fonctionne ainsi, revient à avoir compris son fonctionnement réel.

La deuxième force "cachée" du livre est disséminée au fur et à mesure des pages. Il s'agit d'anecdotes.
Mais pas n'importe lesquelles, des anecdotes de game-design. Ca n'en a pas l'air, mais c'est un détail important à toute démonstration.
Car cela permet de valider par le vrai des concepts qui autrement resteraient ... des concepts.
Le game-design pour le game-design n'a pas beaucoup d'intérêt en soi. Ce n'est que face aux contingences de la réalité qu'il se révèle vraiment.
Des clients qui viennent fourrer leur nez dans vos niveaux, des joueurs qui s'ennuient, des collaborateurs qui ne collaborent pas, des bonnes idées qui se révèlent mauvaises, des budgets qui s'amenuisent, du temps qui s'étiole, etc.
L'expérience personnelle de l'auteur fait beaucoup dans l'illustration des objectifs abordés au cours des chapitres, confirmant la nécessité de leur prise en compte, à défaut d'une solution universelle.
Le lecteur gagne ainsi une expérience professionnelle à lire, et le voici plus au fait des difficultés de son futur emploi (ou de son actuelle passion).



Pour 100 objectifs, t'as plus rien
L'Art du Game-design est un livre bien fourni donc.
500 pages au garrot, avec des tableaux, courbes et screenshots (à la limite du lisible, la faute au système de publication je suppose).
Il a le mérite d'être relativement exhaustif, le laissant rien au hasard.
Même le hasard a droit à ses quelques chapitres, sur la nécessité d'en avoir mais pas n'importe où et pas n'importe comment.
De nombreux concepts sont abordés (collier de perles, courbe d'intérêt, diagramme inter-relationnel, ... ).
On en a pour son argent.

Mais il y a quand même un défaut dans toute cette générosité ...
C'est que ça décourage.

Eh oui.
Il en faut des connaissances pour faire des jeux. Et plus encore des jeux vidéo.
Il nous faut tour à tour enfiler la casquette de manager, créateur, scénariste, graphiste, ethnologue, musicien, psychologue, commercial, financier, acteur, réalisateur, programmeur, level-designeur, ergonome, biologiste, physicien, politique (!) et/ou économiste.
Parfois quelques uns de ceux là suffiront ... et parfois il nous faudra les endosser tous en même temps !
On comprend mieux l'importance du travail d'équipe, et combien il est difficile d'arriver à un bon jeu lorsqu'il faut lutter sur tant de fronts en même temps.
D'autant que la bataille se livre aussi au sein de nous-même, nos propres conceptions, préjugés et traits de caractère jouant parfois contre nous.

L'auteur met donc en avant la première qualité essentielle à tout bon game-designer : l'écoute.
L'écoute des autres, de leurs envies (surtout celles qui sont cachées et dont ils ignorent eux-mêmes l'existence) et l'écoute de soi.
Ne pas hésiter à prendre les problèmes de front, à rester le plus humble possible, à accepter les critiques et à s'intéresser à tout, car tout est matière à concevoir de meilleurs jeux.
Cela demande donc un énorme travail sur soi, le principe de l'homme-orchestre (je fais tout) se mariant difficilement avec celui du chef d'orchestre (je laisse les autres tout faire). Or, les deux sont nécessaires ...



100 peurs et sans reproche
Mais relativisons.
Oui, toutes ces listes de compétences à connaitre, de techniques à maitriser et de connaissances à communiquer semblent écrasantes.
Tant de domaines, tant de complexité, tant de spécialités ... cela parait inhumain.
Mais dans la réalité, n'importe quel gamer un tant soit peu expérimenté baigne déjà dans tous ces univers.
Nous avons aimé des jeux, nous les avons explorés, essorés, comparés à d'autres.
Nous avons remarqué que là ça marchait, mais que là ça ne marchait pas.
Nous avons compris ce qui était fun, que la répétitivité était mauvaise, que l'interface devait restée claire et lisible, que les héros rentraient dans un archétype héroïque nécessaire, que la musique avait autant son importance que les visuels, etc.

Nous n'avons pas que les jeux vidéo dans la vie, non plus.
Nous aimons les livres, les sports, les films, les autres, la magie, l'équitation, le bowling, la cuisine, ou que sais-je encore ?
Bref, nous profitons des expérimentations de nos prédécesseurs, quels qu'ils soient, et assimilons sans nous en rendre compte leurs réussites pour tenter de les reproduire sans y penser.
Comme si nous étions tous des peintres, travaillant dans le même atelier que les plus grands maitres, tentant d'imiter leur style tout en créant leur notre.

Donc, c'est vrai. Il est impossible de suivre au pied de la lettre tous les conseils de ce livre.
Que ce soit seul ou en groupe, amateur ou pro, les difficultés à gérer diffèreront, mais demeureront impressionnantes.
Pourtant, d'autres avant nous y sont parvenus, sans avoir notre expérience actuelle, nos outils et notre recul, se fiant à leur intuition et à leur idée de départ.

Finalement, ce n'est pas si compliqué. On veut tous que notre "expérience" soit la plus belle, enivrante et mémorable possible pour le joueur.
Tant qu'elle nous plait, il y a de très grandes chances qu'elle plaise à d'autres.

Personnellement, même si j'aurais été à peine capable de lister une dizaine d'objectifs seul, bien peu parmi les 100 m'ont réellement pris par surprise.
Même si je ne m'étais jamais posé la question, je sentais déjà que tel aspect était à envisager à tel moment, telle problématique se résolvait de telle façon ou que tel résultat provenait de telle cause.

L'auteur aborde lui-même cette "connaissance sans connaitre" en parlant du subconscient. Cette petite voix qui semble connaitre la réponse avant même qu'on la réalise consciemment.
Il préconise de la laisser parler et de l'écouter (elle aussi ! ), car c'est bien souvent elle qui solutionnera nos problèmes.

Ce livre est donc une lecture des plus utiles, quel que soit le jeu à créer ... ou le game-designer concerné.
Comme énoncée dans son accroche, débutant ou vétéran y trouveront le compte, découvrant ou précisant un aspect qu'il aurait négligé d'ordinaire. Mais pas forcément raté dans son exécution.
Moins qu'un game-design pour les nuls, c'est un outil de réflexion sur une activité bien plus complexe qu'il n'y parait, et pourtant tellement naturelle.
C'est également une bonne grille de contrôle à travers laquelle évaluer et mesurer son game-design, et faire les corrections nécessaires avant qu'il ne soit trop tard (et surtout trop couteux).
C'est enfin une plongée enrichissante dans le processus de création d'un jeu, vidéo ou non, y compris pour ceux préférant jouer au lieu de concevoir.
Un must-have pour toute bibliothèque de designers perfectionnistes, de gamers curieux, et bien sûr de game-designers.




Les + :
- C'est accessible
- Ca balaie l'ensemble des problématiques du game-design
- Ca met des mots là où l'intuition était le seul recours
- Ca marche pour tous types de jeux, vidéo ou non

Les - :
- C'est texte
- Ca peut décourager si on veut suivre à la lettre tous les conseils donnés



Immudelki - posté le 08/08/2011 à 00:44:49. (3356 messages postés) - staff

Xnivurognien souriant

Bon article :kirby

Pour ma part, c'est le meilleur bouquin sur les jeux vidéos qu'il m’ait été donné de lire. Une référence absolue pour la création des jv ;)

Mein Topic sur Oniro/Mein site pro/Mein Tumblr avec vos tronches/Mon cerveau


Joueur1 - posté le 08/08/2011 à 13:19:54. (940 messages postés)

Hum ?

Les extraits que tu fournis sont effectivement intéressants :)

"Il y avait bien une lumière au bout du tunnel... et c'était un lance-flammes" (Terry Pratchett)


Naked-Snake - posté le 08/08/2011 à 14:13:00. (8468 messages postés)

"Hey ! Dallas ! Follow my lead !" - Hoxton

Tiens, ça tombe bien, je compte le lire dans le cadre de mes études, et je l'ai commandé la semaine dernière. Mes profs me l'ont recommandé.

Dans les moins j'ajouterais son prix (40€ quand même), mais si on compare aux autres bouquins un minimum spécifiques comme celui-ci, on se rend compte que ça tourne aussi autour du même prix, donc je suppose que c'est le prix standard...

Une ènième chaine livestream | Page Facebook de 8 Bit Runner


William Samy - posté le 09/08/2011 à 12:15:53. (488 messages postés)

revenant des vivant.

Je suis tombé dessus par hasard en librairie, ce livre est génial. Très complet. Mais ce qui peut être décourageant c'est de découvrir une multitude d'aspects du game-design auxquels on avait même pas songé, ceux que nous décortique JS à travers ses 100 objectifs. Ce livre nous rend en tous cas plus clairvoyant sur ce qu'est le Jeu et la conception d'un jeu quel qu'il soit. Et c'est très cultivant, ça sert pour plein d'autres choses de la vie :sonic.
Perso je ne doute pas de la crédibilité de ce livre et de son auteur, il est quand même une figure emblématique de l'industrie du jeu et est reconnue comme l'un des 100 plus grands innovateurs du début du XXIème siècle (il paraît). Ca va un peu au-delà de notre petit Samuel Ronce et de son livre sur RPG Maker :D

EDIT: Bel article :D

Galfart.fr || « L'humanité souffre exactement autant aujourd'hui qu'elle a toujours souffert, elle l'a raffiné et s'illusionne sur son état... c'est la seule différence... » R.Steiner


Moutarde - posté le 09/08/2011 à 13:33:42. (411 messages postés)

Hippopotame patate.

J'ai pas très bien compris pourquoi tu allais à la ligne toutes les deux phrases...

-> 1f4v. + mu51qu3


mtarzaim - posté le 09/08/2011 à 17:16:51. (2926 messages postés)

Anaxagoras -500 BC

Citation:

J'ai pas très bien compris pourquoi tu allais à la ligne toutes les deux phrases...



En fait, je vais à la ligne toutes les phrases. :sfrog


Parce que dans la petite fenêtre de saisie d'Oniro, ça fait de gros pavés. Mais que sur un écran 16/9, ou 4/3, ou iPhonien, ça fait une mise en page différente, puisque le site se redimensionne.

Donc, voilà.
T'aurais un écran CRT 14 pouces, t'aurais pas de problème. 8-)

Spoiler (cliquez pour afficher)


Citation:

Ca va un peu au-delà de notre petit Samuel Ronce et de son livre sur RPG Maker



Ce n'est pas le même sujet, mais j'ai aussi ressenti cette différence de feeling entre les deux livres, celui-ci faisant plus pro que celui sur RPG Maker.

Projets terminés : DIX Life Precious - TheFrogStudio.Net


Azaki - posté le 09/08/2011 à 17:18:34. (13139 messages postés)

Nazi Nietzschéen

Pour la lisibilité ?

Sympa l'article.

EDIT: grillé.

DeviantArt || My Anime List || Fan de Zeus81, de Kp! et de Karel|| Découvrez Kévin Kelly ! || Mother 4 || Fan de Zim(s) et d'Omenides, dit "le porteur de don et d'espoir" || Nietzsche ta mère. || "Azaki qui modère. J'aime bien. Ça fait un peu white Omenides Nietzschéen. " - Ephy || "En fait, la production d'Indinera, c'est le penchant RM de la littérature fantastique pour adolescentes qu'on a vu fleurir ces dernières années dans les supermarchés." - Åvygeil


Moutarde - posté le 09/08/2011 à 17:30:57. (411 messages postés)

Hippopotame patate.

Ben je suis même pas sur du 14 pouces, je suis sur mon BlackBerry, donc une résolution 320*240 et un écran 1,9 pouces \o/
C'est justement affreusement galère à lire, vu que la taille des phrases est carrément aléatoire, je trouverais ça plus clair si tu formais de vrais paragraphes au lieu de faire juste des "faux". Ça n'empêche que le contenu est bon, évidemment, c'est juste royalement chiant à lire :F

-> 1f4v. + mu51qu3


Tampaxor - posté le 10/08/2011 à 13:35:37. (10274 messages postés)

Le bouquin a l'air pas mal, ne serait ce que pour la culture générale Je vais le commander à Noël tiens.

Chaîne Youtube | Twitter | Facebook | Blog | Fruity Loops, nouvelles bases | Fruity Loops, les VST | SoC | Flickr


Sama Rium - posté le 10/08/2011 à 20:07:51. (28 messages postés)

mtarzaim a dit:




Citation:

Ca va un peu au-delà de notre petit Samuel Ronce et de son livre sur RPG Maker



Ce n'est pas le même sujet, mais j'ai aussi ressenti cette différence de feeling entre les deux livres, celui-ci faisant plus pro que celui sur RPG Maker.



Ce n'est pas non plus le même objectif.

Retrouvrez moi sur http://sam-blog.net


mtarzaim - posté le 11/08/2011 à 14:22:02. (2926 messages postés)

Anaxagoras -500 BC

Sama Rium a dit:



Ce n'est pas non plus le même objectif.



Ce n'est pas non plus le même prix (16 euros contre 40 pour ce bouquin), ni le même format (handbook contre gros pavé).

D'ailleurs, ça me fait penser que j'ai aussi une critique de ton livre dans ma besace.

Spoiler (cliquez pour afficher)

Projets terminés : DIX Life Precious - TheFrogStudio.Net


Le Nomade - posté le 12/08/2011 à 17:51:14. (203 messages postés)

Procrastinateur vétéran

Cet article me fait penser qu'il faudra que je le finisse un de ces jours. En tout cas ce bouquin j'en recommande chaudement la lecture. Bien évidemment ,il ne faut pas le prendre pour dogme mais il est relativement exhaustif dans les thèmes qu'il aborde et offre une excellente base de réflexion sur les problématiques du game design.


Jess 007 - posté le 14/08/2011 à 16:33:26. (771 messages postés)

Ralf, déterminé.

Ouais je pense que je vais me l'acheter tiens. Déjà quand je suis chez moi, je lis l'aperçue (sympa ça d'ailleurs).

SITE de Kipatord - Kipatord - Le Mal s'emballe (demo)


kayser - posté le 16/08/2011 à 21:47:50. (1112 messages postés)

Kayz'

Bon article Mtarzaim.
Mais t'as oublié un truc de taille dans ta liste des +


Ce bouquin est BEAUCOUP moins cher qu'un semestre à SupoFionGame. (et compagnie)

Mais pourtant équivalent. (sympatoche mais assez léger, cette discipline ne se théorise pas des masses, mais +1 pour "ce qui tourne autour")
Nan j'déconne, c'est pas équivalent car plus agréable de lire peinard un livre à son rythme que d'entendre un mec le recracher à une classe de "fiston à son papounet". ;)

Kayz' du projet Koruldia >> http://www.koruldia.com

Suite à de nombreux abus, le post en invités a été désactivé. Veuillez vous inscrire si vous souhaitez participer à la conversation.

Haut de page

Merci de ne pas reproduire le contenu de ce site sans autorisation.
Contacter l'équipe - Mentions légales

Plan du site:

Communauté: Accueil | News | Forum | Flash-news | Sorties | Chat | Commentaires | Galerie | Blogs | Articles perso | Screen de la semaine | Palmarès | Livre d'or | Recherche | Interviews | OST | L'Annuaire | Divers
Apprendre: Le Wiki | Tutoriels | Guides | Gaming-Live | Tests | Making-of
Télécharger: Programmes | Scripts | Packs de ressources | Midis | Eléments séparés | Sprites
Jeux: Index jeux séparés | Top Classiques | Top Originaux | Les autres | Collection Oniro | RPG Maker 95 | RPG Maker 2000 | RPG Maker 2003 | RPG Maker XP | RPG Maker VX | RPG Maker VX Ace | RPG Maker MV | Autres | Jeux complets | Proposer
Hébergés: Aëdemphia | Fighting Robots Quest | Geex | Inexistence | La Légende d'Ibabou | Nylu | Sarcia | Super Mario RPG - Lost Souls
Ressources RPG Maker 2000/2003: Chipsets | Charsets | Panoramas | Backdrops | Facesets | Battle anims | Battle charsets | Monstres | Systems | Templates
Ressources RPG Maker XP: Tilesets | Autotiles | Characters | Battlers | Window skins | Icônes | Transitions | Fogs | Templates
Ressources RPG Maker VX: Tilesets | Charsets | Facesets | Systèmes
Ressources RPG Maker MV: Tilesets | Characters | Faces | Systèmes | Title | Battlebacks | Animations | SV/Ennemis