Vous êtes
nouveau sur
Oniromancie?

Visite guidée
du site


Découvrir
RPG Maker

RM 95
RM 2000/2003
RM XP
RM VX/VX Ace

Apprendre
RPG Maker

Guides
Tutoriels
Astuces
Making-of

Dans le
Forum

Section Entraide


Comment ça marche?

Aëdemphia
Par Sylvanor

Fighting Robots Quest
Par Boulon

Geex
Par roys

Inexistence
Par Falco

La Légende d'Ibabou
Par Zaitan

Nylu
Par NanakyTim

Sarcia
Par Kaëlar

Super Mario RPG - Lost Souls
Par Omegabowser

News: Nouveautés de la communauté du (...) / Jeux: Final Fantasy 0 (version 2) / Jeux: Ludu / Packs de ressources: Ressources (...) / Tutos: Optimiser son jeu /

Chat  

Bienvenue
visiteur !




publicité RPG Maker!

Statistiques

Liste des
membres


Contact

Mentions légales

138 connectés actuellement

10510278 visiteurs
depuis l'ouverture

8 visiteurs
aujourd'hui



Barre de séparation

Partenaires





Au hasard

Zarok

Tashiroworld

Le Temple de Valor

Lumen

Guelnika & E-magination

Les deux derniers

Planète Glutko

Le Comptoir Du clickeur

Nos autres partenaires

Devenir
partenaire




Dark Brain (Rockmik) - jeu complet
Ecrit par Jewok

Dark Brain, la preview!

Et on continue notre série des preview avec un autre jeu que, pour ma part, j'attendais plutôt. Aujourd'hui donc je vous présente la preview de Dark Brain, réalisé par Rockmik.

Pour commencer, évitons tout malentendu. Dark Brain ou Dark Brain II? En fait, le jeu à été développé sous le nom Dark Brain II, mais à sa sortie se nome Dark Brain tout court. Cela dans le but d'occulter totalement l'épisode précédent, qui n'a strictement rien a voir avec cette version.

Alors tout d'abord, Dark Brain, c'est-ce que c'est?

 Une salle que l'on pourrais qualifier...d'intrigante et d'inquiétante...

Dark Brain est un jeu, complet, développé sous RPG Maker XP. Il s'agit d'un jeu d'aventure à tendance horrifique et psychologique. En gros, ça veut dire que vous évoluez dans un environnement lugubre et inquiétant, dont vous ne saisissez pas toujours la substance. Le personnage devra interagir avec cet environnement pour venir à bout des énigmes qui peuplent le monde de Dark Brain, s'aidant si il le faut des (très) rares personnages que vous rencontrerez. Le personnage que vous incarnez est un homme noyant ses soucis dans l'alcool, comme tant d'autre. On apprend lors de l'introduction que sa femme est partie se réfugier chez ses parents avec leur fille commune, demandant à son mari, pour condition à son retour, l'abandon de la boisson. Contrainte qui ne semble pas vraiment être respectée. On y apprend également que l'homme est écrivain, et rédige un livre sur les faits divers et autres rumeurs étrange circulant sur les environs. Dans le cadre de son travail, le voila donc qui débarque dans une riche propriété, limitrophe d'une forêt à l'horrible réputation.

La cinématique d'intro nous met déjà dans l'ambiance.

C'est sur cette bribe d'histoire que l'on débute une histoire pleine de trou, que notre curiosité ne manque pas de chercher à combler. La première chose qui m'a frappé en lançant Dark Brain, ce n'est pas, contrairement aux habitudes, ses graphismes, mais sa musique, superbement bien choisie. Dès l'écran titre, mes oreilles se sont dressées pour ne plus retomber. Les morceaux sont toujours bien choisis, musique d'ambiance envoûtante qui nous emporte doucement vers un monde cauchemardeux. Cela dit, parler de son nécessite d'aborder le premier point noir de cette preview. Car si les morceaux musicaux sont bien placés, ils bouclent et s'enchaînent très mal. Les cassures et silences sont donc fréquents, et cela à malheureusement pour effet d'effriter le cauchemar dans lequel le joueur s'est laissé conduire. Un petit détail qui ne suffit pas à altérer la qualité sonore du projet, mais qu'il conviens tout de même de souligner car il indisposera sans doute les puristes.

Boire c'est mal, notre personnage l'apprendra à ses dépends

Parlons maintenant de l'élément qui rend Dark Brain reconnaissable sans soucis de ses pairs. Ses graphismes. Panoramas composés d'un collage d'éléments photographiques, de textures, de dessins, ils oublient les normes habituelles de perspectives et d'ombre, pour bâtir un monde surréaliste et onirique. Au début, on n'accroche guère à ce style, loin de ce à quoi nous sommes habitués à voir. Mais après quelque minutes, le temps que notre oeil s'accommode au style, le temps de parcourir quelques endroits différents, et l'on change d'avis, pour finalement déclarer que cet aspect du jeux est une franche réussite. Comme dit plus haut, ce collage surréaliste devient alors un support visuel à notre lent cauchemar. Ces graphismes contribuent à éveiller une tension extrêmement subtile chez le joueur. De plus, cet assemblage permet à chaque endroit visité de dégager sa personnalité et son ambiance propre. Petit voyage dans l'histoire de l'Art, on y croisera aussi bien des sculptures amérindiennes, des peintures Romantiques ou d'un Kitsh plus moderne. Les décors y gagnent immédiatement en subtilité, en symbolique, bref, en profondeur. Le connaisseur y reconnaîtra ça et là des oeuvres à la signification très forte, mais alignées sans cohérence visible. Encore un fait qui viens s'ajouter à la bizarrerie du titre et apporter une brique de plus à cette ambiance unique.

Un premier plan qui viens recouvrir un décors d'un voile suplémentaire de mystère.

Les personnages que l'on rencontre ont chacun un caractère fort. On voit que Rockmik à travailler particulièrement cet aspect de son univers. Chacun possède ses bizarreries et ses drôleries, incohérence de plus dans un univers qui en accumule décidément un certain nombre. On découvre une famille aux moeurs étranges, et oui passé envoûtant, que chaque personnage nous dévoile au travers de dialogues, parfois guidés, parfois libres. A ce sujet, je me permettrais de souligner un nouveau défaut du jeu. Les dialogues me semblent en effet un peu brutaux, surtout dans leur dénouement. On a l'impression que Rockmik s'est laissé happer par son propre délire, avant de se ressaisir brusquement, ramenant le dialogue là où il aurais du arriver. On arrive donc à un style littéraire qui parfois se montre vague, d'autre fois directe, mais quoi qu'il en soit rarement agréable. Car si l'aspect sonore sait nous gâter malgré ses défauts, si l'aspect graphique nous envoûtent rapidement, si les personnages nous intriguent avec grâce, il n'en ai de même avec les dialogues, qui buttent contre l'écran et donne l'impression d'une voix off mal maîtrisée, ramenant le joueur à sa nature de joueur et le jeu à sa nature de jeu.

Des dialogues qui manquent de style. Vous remarquerez le système de mots clefs.

On notera que les moments les plus importants sont introduits par des cinématiques, patchworks de photos anciennes ou de dessins de la main de l'auteur. L'animation n'est pas au top, peu d'effets de transition, de fondus. Mais comme pour les graphismes, ce qui aurais été ailleurs un défaut se transforme rapidement en qualité, en un style maîtrisé et volontaire qui nous absorbe de nouveaux dans le jeux, là on les dialogues avaient éméchés notre attention. Ces cinématiques sont véritablement réussies et font appel à un certain nombre de référence. Je reviens sur l'animation car un point mérite d'être souligné. Elle se réduit en effet à son minimum, focalisant l'attention du spectateur sur les endroits clefs. On pourrais trouver ces cinématiques un peu cheaps, si la maîtrise du support n'était au rendez-vous. Avec une préférence personnelle pour la cinématique finale...

On regrettera un menu laid et inutile.

Parlons à présent du gameplay. Assez classique, il se limite aux bases du jeu d'aventure. Exploration et collecte d'indices, tant pour résoudre les énigmes qui vous bloquent le passage que pour résoudre la grande énigme que le scénario offre à vous. Il va falloir observer son environnement avec soins et tout fouiller si vous espérez progresser dans le jeu mais aussi dans l'histoire. Aucun combat, rien que de l'exploration et des allers-retours dans les lieux qui vous accueillent. Et des allers-retours, vous allez sans doute en faire. On peu dire que Rockmik a mis la pâté sur les énigmes, qui ne sont pas d'une simplicité évidente et devraient décourager les moins patients. Ici, vous allez en brûler du neurone. Si globalement on ne peu parler d'énigme très nombreuses, chacune se prépare longuement à l'avance et vous occupe un temps certains. Il est d'ailleurs fréquent qu'une énigme ne serve qu'a récupérer un élément pour résoudre une autre énigme.

Un exemple d'énigme, les indices necessiteront une recherche attentive. On appréciera le décorum.

Certains s'en montreront déçus, mais il serait mentir que d'affirmer le contraire, Dark Brain est un jeu court. Il se bouclera entre 1h pour les plus rapides, 3h pour les plus lents, buttant sur les énigmes. Cependant, là aussi rockmik maîtrise ce paramètre. Car l'ensemble du jeu n'est pas sans rappeler un exercice de style littéraire qu'est la nouvelle. Une histoire courte mais intense, à l'intrigue limitée et pourtant envoûtante. On ne s'ennuie vraiment pas dans ce voyage dans le noir.

Le temps que vous passerez sur chaque énigme est la principale inconnue à la durée de vie de Dark Brain.

M'en voici donc arriver à la conclusion de cet article. Dark Brain me semble donc une réussite en de nombreux points, même si certaines ombres demeurent. Loin d'empêcher le bon déroulement du jeu, elle gênent tout de même le joueur, et pourraient en rebuter certains. Cependant, il s’agit surtout d’aspects techniques. Le fond est vraiment maîtrisé en général, que ce soit au niveau du scénario, de la mise en scène ou des recherches conceptuelles. Et c'est là d'ailleurs le grand vent frais qui vient rafraîchir un making transpirant. Rockmik n'a pas hésité à sacrifier une partie de son public, afin d'affirmer ses choix, et d'accéder ainsi à une oeuvre réfléchie, qui tient la route. Si Dark Brain ne marquera pas autant que la Soul, il ne s'empêchera sans doute pas d'être applaudis par un auditoire lassé des rpg traditionnels et enfantins. Et d'être blâmé par les fan de ces mêmes jeux.

Dark Brain devrais sortir demain, samedi 30 juin, et participer aux concours des Alex d'Or. il sera disponible dans la foulée sur Oniro.


lycaon - posté le 25/05/2008 à 16:17:30 (9 messages postés)

❤ 0

super jeu franchement vivement sa sortie :lol


MB097 - posté le 18/01/2010 à 21:57:53 (471 messages postés)

❤ 0

Sbibitatabi... Bonjour!!

:lei:lei:lei:lei:leiCe jeu à l'air très sympa et très bien réalisé . Les couleur son juste un peu tout le temps les même ce qui rend le jeu graphiquement répétitif (voir lourd désolé). Mais je sais qu'il est quand même très bon alors bravo =):lei:lei:lei:lei:sfrog:batm:lei:lei:lei:lei:lei:lei:lei:lei:lei:lei:lei:lei:lei

Ma galerie =) http://www.rpg-maker.fr/index.php?page=gallerie&auteur=15373

Suite à de nombreux abus, le post en invités a été désactivé. Veuillez vous inscrire si vous souhaitez participer à la conversation.

Haut de page

Merci de ne pas reproduire le contenu de ce site sans autorisation.
Contacter l'équipe - Mentions légales

Plan du site:

Communauté: Accueil | News | Forum | Flash-news | Sorties | Chat | Commentaires | Galerie | Blogs | Articles perso | Screen de la semaine | Palmarès | Livre d'or | Recherche | Interviews | OST | L'Annuaire | Divers
Apprendre: Le Wiki | Tutoriels | Guides | Gaming-Live | Tests | Making-of
Télécharger: Programmes | Scripts | Packs de ressources | Midis | Eléments séparés | Sprites
Jeux: Index jeux séparés | Top Classiques | Top Originaux | Les autres | Collection Oniro | RPG Maker 95 | RPG Maker 2000 | RPG Maker 2003 | RPG Maker XP | RPG Maker VX | RPG Maker VX Ace | RPG Maker MV | Autres | Jeux complets | Proposer
Hébergés: Aëdemphia | Fighting Robots Quest | Geex | Inexistence | La Légende d'Ibabou | Nylu | Sarcia | Super Mario RPG - Lost Souls
Ressources RPG Maker 2000/2003: Chipsets | Charsets | Panoramas | Backdrops | Facesets | Battle anims | Battle charsets | Monstres | Systems | Templates
Ressources RPG Maker XP: Tilesets | Autotiles | Characters | Battlers | Window skins | Icônes | Transitions | Fogs | Templates
Ressources RPG Maker VX: Tilesets | Charsets | Facesets | Systèmes
Ressources RPG Maker MV: Tilesets | Characters | Faces | Systèmes | Title | Battlebacks | Animations | SV/Ennemis