Oniromancie: Tests de jeux RPG Maker - Angel's Fury


Comment ça marche?

Aëdemphia
Par Sylvanor

Fighting Robots Quest
Par Boulon

Forstale
Par Ødd Clock

Geex
Par roys

Inexistence
Par Falco

La Légende d'Ibabou
Par Zaitan

Lije
Par Gaetz

LoveMaster
Par Cuddlefox

Sarcia
Par Kaëlar

Super Mario RPG - Lost Souls
Par Omegabowser

Alex d'Or 2017-18: règlement / News: MegaMaker : créez votre propre (...) / News: Test de Tinker Quarry / Sorties: Leave the Room / Jeux: Leave the Room /

Chat  (13 connectés)

Bienvenue
visiteur !








Statistiques

Liste des
membres


Contact

70 connectés actuellement

9170552 visiteurs
depuis l'ouverture

804 visiteurs
aujourd'hui

Groupe Facebook

Barre de séparation

Partenaires




TOP
GAMEMAKING


Les 5 plus
visités

Lunae, le baz'arts d'Emz0

Le studio du chat vert

Pixelandgame

Tashiroworld

HeyMakeGames

Au hasard

Condado Braveheart

LUMEN - Le jeu

Guêpe-Ride! - Webcomics

Les deux derniers

Lunae, le baz'arts d'Emz0

Le studio du chat vert

Nos autres partenaires

Devenir
partenaire


Barre de séparation

Un site du réseau
War Paradise

Annuaires référenceurs





Angel's Fury
Ecrit par Schoum

Angel's Fury


Maker : Kegeruneko

Type de jeu : RPG

Logiciel : RM03

Programmes nécessaires : Non




C’est au début du mois d’octobre 2005, que Kegeruneko sort exclusivement sur le forum de la Relite, le premier chapitre d’Angel’s Fury. Ce jeu se veut inspiré du manga Fullmetal Alchemist (mais ne connaissant pas ce dernier, je ne peux pas confirmer). Toute fois, ça reste un scénario riche en rebondissements. C’est avec un premier chapitre qui sait trancher directement dans le vif, sans bla-bla interminable, que l’auteur commence à conter son histoire.




L’histoire se déroule sur une planète imaginaire, dans une ambiance fantastique où chevaliers, magie et technologie se croisent. C’est dans ce mélange de genre, passé au shaker, que deux membres de l’élite militaire, spécialistes de la Génomie, vont enquêter sur une affaire de vol au sein d’un village en conflit avec un camp de ninja. Comme beaucoup de scénarios, quelque soit le domaine, c’est sur une base simple que va se développer une intrigue bien plus complexe par la suite.

Kegeruneko, l’auteur de ce jeu, a donné son pseudo au personnage principal, mais pas seulement. Il lui a aussi fourni, ainsi qu’à son compère, un certain charisme et des personnalités attachantes. C’est donc un duo plus que sympathique qu’on incarne. D’ailleurs comme dans beaucoup de duo, les deux personnages : Kegeruneko et Ratcliff, se complètent à merveille avec le téméraire héros parfois inconscient, et le personnage plus posé. Certains vont voir là dedans un cliché, et ils n’auront pas tort, mais rien de péjoratif là dedans.





image

Voilà ce qu’on appel un entrée fracassante.


Niveau réalisation ou graphisme, ce jeu n’invente rien. Néanmoins le fait d’être modeste, sans effet incroyable ou de « custom à gogo », le rend réaliste avec la possibilité de voir un titre complet et d’une durée de vie intéressante. Cependant, la qualité reste plaisante grâce à un mapping satisfaisant. Toutefois, on note un manque d’interaction avec les différents personnages non jouables, muets ou radoteurs, ou par rapport à des lieux vides, des portes fermées…. Mais à côté de ça, un système de quête annexe est présent dans la Capitale, ce qui permet d’atténuer la linéarité du jeu tout en laissant au joueur le choix d’accomplir ou non ces « missions ».


image

Menu custom destiné à ces quêtes annexes.



Autre particularité du jeu, c’est un système de salaire qui nous rappelle celui du grand Final Fantasy 8. Pour le moment il n’est pas question de promotion qui puisse augmenter cette paye, mais d’argent qui rentre dans les poches du joueur. Autre point sympathique, c’est l’épreuve de « Pierre, feuille, ciseau » empruntée quant à elle, au très célèbre Alex Kids. D’ailleurs ceux qui ont connut ce jeu, s’apercevront que ce n’est pas seulement le concept qui est emprunté, mais aussi les symboles et la musique accompagnant cela. Petit clin d’oeil fort agréable à un monument du jeu vidéo.


Pour continuer dans ces petites choses qui font de ce jeu un titre plus qu’intéressant, on remarque les tutoriaux amusant, où le créateur apparaît lui-même dans le jeu. Cela créer une espèce de rappel à la réalité, avec des situations où Kegeruneko (le maker) explique les manipulations à Kegeruneko (le héro du jeu). Un effet qui est accentué avec des répliques d’incompréhensions de la part du personnage que vous incarnez, face à des termes comme « Game Over », « Sauvegarder la partie »…




image

Phase de mini jeu obligatoire. N’oubliez pas de sauvegarder avant de vous y essayer.



La bande originale est modeste comme pour le reste. C'est-à-dire que rien n’a été composé sois même, et parfois, se sont des musiques bien trop utilisées dans le making qu’on entend, mais il n’empêche que leurs emplois est correctement ajustés aux situations.


Par contre, pour ce qui est des effets sonores, il est fort dommage d’entendre les monstres du jeu, lors de combats, emprunter la voix des héros pour appeler leurs magies. Il aurait fallut dupliquer dans la base de donnés, les différentes magies avec et sans le cri invocateur du guerrier, et les assigner correctement.

Autre gros défauts de cette première version de ce chapitre, c’est le fait que l’utilisation de la magie, appelé Génomie, soit complètement inutile. Elle n’ôte pas plus de HP à l’ennemie qu’un coup normal, et pourtant elle puise dans les MP du joueur. Donc c’est à des combats bourrins, sur fond de system de combat standard, qu’on a droit. Toute fois, il n’y a pas énormément de mêlées, alors ça ne choque pas trop.


Objectivement, ce jeu possède bon nombre de qualités qui fait de lui un titre intéressant. Sans forcement se retrouver devant un cocktail explosif d’effets visuels ou autres, il a le mérite de nous faire passer un bon moment.



Scénario: 15/20

Gameplay: 15/20

Ambiance sonore: 12/20

Durée de vie: 15/20

Graphismes: 13/20

Moyenne: 14/20


Les plus:

+ Des personnages attachants.

+ Une aventure pleine de suspens et de rebondissements.

+ Une progression dans le jeu qui coule tranquillement, sans énigmes ou combats susceptibles de nous bloquer.

+ Une durée de vie convaincante pour un premier chapitre.

+ Deux fins possibles pour cette première démo.


Les moins:

- Le rapport charsets et chipsets peut choquer par un manque d’homogénéité.


- Un titre qui ne gagnera pas le prix de la réalisation au prochain Alex ^^.






Télécharger le jeu

Aucun commentaire n'a été posté pour le moment.

Suite à de nombreux abus, le post en invités a été désactivé. Veuillez vous inscrire si vous souhaitez participer à la conversation.

Haut de page

Merci de ne pas reproduire le contenu de ce site sans autorisation.
Contacter l'équipe

Plan du site:

Activité: Accueil | News | Forum | Flash-news | Chat | Commentaires | Galerie | Screen de la semaine | Sorties | Articles perso | Livre d'or | Recherche
Jeux: Index jeux séparés | Top Classiques | Top Originaux | Les autres | RPG Maker 95 | RPG Maker 2000 | RPG Maker 2003 | RPG Maker XP | RPG Maker VX | RPG Maker VX Ace | RPG Maker MV | Autres | Jeux complets | Proposer
Rubriques: Le Wiki | Collection Oniro | Tutoriaux | Scripts | Guides | Gaming-Live | Tests | Making-of | Interviews | Articles perso | OST | L'Annuaire | Divers | Palmarès
Hébergés: Aëdemphia | Fighting Robots Quest | Forstale | Geex | Inexistence | La Légende d'Ibabou | Lije | LoveMaster | Sarcia | Super Mario RPG - Lost Souls
Ressources: Jeux | Programmes | Packs de ressources | Midis | Eléments séparés | Sprites
RPG Maker 2000/2003: Chipsets | Charsets | Panoramas | Backdrops | Facesets | Battle anims | Battle charsets | Monstres | Systems | Templates
RPG Maker XP: Tilesets | Autotiles | Characters | Battlers | Window skins | Icônes | Transitions | Fogs | Templates
RPG Maker VX: Tilesets | Charsets | Facesets | Systèmes
RPG Maker MV: Tilesets | Characters | Faces | Systèmes | Title | Battlebacks | Animations | SV/Ennemis