Vous êtes
nouveau sur
Oniromancie?

Visite guidée
du site


Découvrir
RPG Maker

RM 95
RM 2000/2003
RM XP
RM VX/VX Ace

Apprendre
RPG Maker

Guides
Tutoriels
Astuces
Making-of

Dans le
Forum

Section Entraide


Comment ça marche?

Aëdemphia
Par Sylvanor

Fighting Robots Quest
Par Boulon

Geex
Par roys

Inexistence
Par Falco

La Légende d'Ibabou
Par Zaitan

Nylu
Par NanakyTim

Sarcia
Par Kaëlar

Super Mario RPG - Lost Souls
Par Omegabowser

Packs de ressources: Pack d'effets (...) / Un musicien pour votre projet / Sorties: Dymunia - Prologue Demo / Jeux: EboleY - DEMO / Jeux: Arcadia's Legends /

Chat  

Bienvenue
visiteur !




publicité RPG Maker!

Statistiques

Liste des
membres


Contact

Mentions légales

1 connecté actuellement

10455314 visiteurs
depuis l'ouverture

96 visiteurs
aujourd'hui



Barre de séparation

Partenaires





Au hasard

Indiexpo

Eclipso

Kingdom Ultimate

RPG Maker Détente

Le Temple de Valor

Les deux derniers

Planète Glutko

Le Comptoir Du clickeur

Nos autres partenaires

Devenir
partenaire




forums

Index du forum > Vos créations > Scénario !!!

Aller à la page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


Lakitorai - posté le 16/03/2007 à 19:49:54 (2493 messages postés) - honor

❤ 0

Le makeur, ex-makeuse, qui passe de temps en temps sur le forum quand iels n'a rien d'autre à faire

Ce topic à pour but d'aider : à la fois les personnes qui n'arrive jamais à trouver d'idée sympa de scénar' pour leur jeu, mais qui sont super motivé ; et à la fois les personnes qui ont tout le temps des idées de scénario, et jamais le temps pour les réaliser (genre... moi ^^ !)

Alors ; comment ça fonctionne ? Très simple... . Vous avez une idée de scénario ; eh bien, vous la postez sur la section de ce forum (un peu plus bas, je vous donne des conseil sur la présentation :D), et vous attendez ! Vous attendez patiement et bien gentiment qu'un petit maker par l'odeur alléché, vienne vous dire que votre scénar' "c'est de la bombe qu'y arrache sa mère, même que Dan Brown y fait pas mieux !", et qu'il veut bien adapter votre scénario en jeu ! Et vous lui filez le scénar' ! Et si jamais le maker abandonne le jeu en cours de route, vous récupérez ledit scénario ! Enfantin, non ?

Néanmoins, il y a un petit réglement (comme ça, tout les copiteurs qui s'imaginait avoir trouvé la pannacé pour plagier en paix, en seront pour leur frais ^^ !), que je vous détaille ici et maintenant ...

- Règle n°1 : Le maker qui veut prendre le scénario présenté doit (et c'est pas une proposition hein, c'est une obligation !) prévenir le scénariste (par MP siouplait, histoire de pas trop surcharger le topic), qu'il veut bien s'occuper de son scénario ; ainsi que le site qui acceuille ledit scénario, que celui ci est pris ; et qu'il faudrait éditer le message en conséquence afin de prévenir les éventuels intéressé.

- Règle n°2 : Le scénariste à un droit de regard, et de rétractation sur son oeuvre !
Concrètement qu'es ce que cela veut dire ? Tous simplement que le scénariste peut demander à voir ce que devient l'oeuvre qu'il a écrite ; et si que jamais il trouve que ça se " barre en couille ! ", peut refuser que le maker continue à adapter son oeuvre. Dans se cas ; il doit le signifier audit maker (MP, email ; ce que vous voulez, du moment que vous en gardez une copie... pour les éventuels litiges) ; ainsi qu'au site hébergeur, qui mettra à jour le message présentant le scénario, encore une fois, histoire de prévenir tout le monde ^^.

- Règle n°3 : En cas de litige (maker qui ne comprend pas pourquoi le scénariste lui à retiré le scénar', ect.) ; vous faite appel à un médiateur !!! Et là encore, c'est une obligation les gars !! Modo, admin, duchnock, qui vous voulez ; du moment qu'il y ait un étranger au problème qui essaie de le régler ! Dans le pire des cas, vous pouvez toujours tentez d'em...nuyer un grand nom du making, pour qu'à titre d'expert, il vous donne son avis sur le travail accompli (je sais pas pourquoi ; mais je sens que je vais me faire assassiner, mais méchant là :D !) ...


Vala ! C'est assez court, mais je pense avoir dit le principal ^^ ! Au pire si vous avez des suggestions ; n'hésitez pas à me les faire, j'éditerais le message en conséquence ^^ !

Maintenant ; quelques conseils sur la présentation ... Oh, vous verrez, ils sont simples :


* Présentez votre synopsis comme vous le feriez pour un projet (n'oubliez pas que ça doit intéresser le maker potentiel ...), si vous avez prévu des rebondissements, n'hésitez pas à le préciser (sans faire toutefois faire de gros spoiler, n'oubliez pas qu'il y en a qui vont peut être y jouer !).

* Si vous avez des bases de background, pareil présentez les ! C'est toujours un petit plus de savoir dans quel genre d'univers votre aventure va se dérouler... .

* Et idem pour les perso !

Revala !! En fait, quand on y réfléchit ; la présentation est la même que pour un projet ! Sauf que là, c'est pas à vous de vous en occuper ^^ !!

Sinon ... bah bon scénario !!!



Notes de TLN : Ces règles peuvent paraître un peu strictes, mais elles n'ont pas pour vocation d'emmerder le peuple ; c'est juste pour éviter les conflits du genre "wai mais twa tu m'as piqué mon histoire et tu m'as même pas rien demandé, etoo". C'est pas bien compliqué à suivre alors vous pouvez vous y plier ;)

Un synopsis ça tient pas non plus en 5 lignes, donc on développe quand même un peu sans trop spoiler (et c'est à ça aussi qu'on reconnait le talent d'un scénariste). Mais on évite siouplait les clichés bâteaux genre "Y a un héros qui va sauver le monde, pis il va devoir affronter le super-méchant et sauver l'univers. Tout ça à peine âgé de 13 ans et encore plein de bouton alors qu'il a fait que glander toute sa vie".

Voilà, c'est tout ce que j'ai à ajouter :)


Edit de Laki : Et si vous avez des commentaire ou des suggestions à faire sur le topic ; y a une section dans la partie " Boite à idée ", venez plutôt poster là-bas, je me ferais un plaisir de vous répondre :;) !

"C'est ainsi que Vivec, qui avait été touché par la compassion d'Ayem, décida d'enseigner la magie du ventre à Molag Bal. Tous deux prirent leur lance, qu'ils comparèrent. A l'aide de ses dents, Vivec grava de nouveaux mots dans celle du Roi du Viol, afin qu'elle ne soit pas uniquement source de ruine pour les non initiés." - 36 Sermons de Vivec -14e Sermon-


Unikfingers - posté le 19/03/2007 à 11:55:23 (2150 messages postés)

❤ 0

Acts of kindness, like breadcrumbs in a fairytale forest...

Mmmm, sympa ce topic, je me permet d'y ajouter les rêgles d'or quant a l'écriture d'un scénario, on est pas forcement obligé de les suivre mais disont que c'est en soit un excellent tutorial pour novice.

(A noter que c'est un tuto écrit pour le cinéma mais qu'il n'en est pas moin pertinent)

COMMENT ÉCRIRE UN SCÉNARIO
* Règles de base les ressorts dramatiques
* Les 7 étapes de l'élaboration du scénario
* Scénario : le contenu
* Construction du récit - Efficacité
* Le story-board le film en dessins


Règles de base

Avant d'en arriver à écrire le SCENARIO proprement dit, on aura en principe d'abord rédigé un SYNOPSIS, document que l'on doit pouvoir "parcourir d'un coup d'oeil", c'est à dire 1 à 3 pages (selon la durée du film). Ce synopsis est le résumé de l'histoire, à ne pas confondre avec ce que les anglo-saxons appellent le STORY LINE, qui résume l'essentiel en quelques lignes.

Certaines phases sont parfois négligées - cela dépend des interlocuteurs des habitudes (variant d'un pays à l'autre, d'un studio à l'autre) et des exigences contractuelles de la production - à savoir la rédaction plus détaillée du récit appelée "OUTLINE"(en quelque sorte son ébauche), en 7 à 12 pages environ, et ce qu'on appelle "STEP OUTLINE", énumération numérotée de toutes les scènes ( une scène se compose de plusieurs plans, et une séquence de plusieurs scènes, quand ces deux dernières notions ne sont pas confondues.

À noter que "scene" en anglais correspond à "plan" en français, pour le cinéma, et à "scène" pour le théâtre ! ce qui peut être à l'origine de certaines confusions).

Il faut savoir qu'un PLAN dans un découpage pour le cinéma est l'unité constitutive du langage filmique, unité nettement plus petite (élémentaire) qu'une scène au théâtre (ainsi une scène pour le cinéma est-elle faite de plusieurs plans, en raison des cadrages qui changent souvent pour coller de près à l'action, pour l'exprimer). Cette succession numérotée des scènes peut se matérialiser par une phrase résumant chacune d'elles, parfois sur des fiches indépendantes qui peuvent être de couleurs différentes.

On parle aussi de SEQUENCIER, qui comme son nom l'indique a pour but de préciser le découpage en SEQUENCES. De là à préfigurer le découpage en s'efforçant que chaque phrase corresponde peu ou prou à une action, donc parfois à un plan, il n'y a qu'un pas qui est parfois franchi. On devine aussi l'intérêt pratique du séquencier, surtout s'il est vraiment précis et donc anticipe bien le futur découpage, en matière de dépouillement notamment. Ne pas oublier que dans le cas d'un film d'animation le découpage se concrétise aussi et surtout très vite par le STORY-BOARD (ou encore SCÉNARIMAGE) qui prend donc en charge cette gymnastique qu'est le DECOUPAGE et dont les vignettes au départ sont volontiers volantes, c'est à dire interchangeables, ce qui est très commode durant la phase d'élaboration du découpage, tout comme le peuvent l'être aussi les fiches de ce "step-outline".

Vient ensuite la phase du TRAITEMENT (ou TREATMENT) qui est une description détaillée des actions du film, ou DESCRIPTION NARRATIVE (15 à 45 pages) et qui peut déjà comporter plus ou moins de dialogues, quoi qu'on en dise, puis la CONTINUITE DIALOGUEE proprement dite, qui est cette fois un scénario complet (sans toutefois les prescriptions techniques de mise en scène), scénario donc divisé en séquences et en scènes, précédées des indications: extérieur, intérieur, jour, nuit, etc...

Une habitude intéressante qui nous vient du cinéma consiste à présenter le scénario sur deux colonnes : à gauche ce qui concerne l'image, à droite la description de l'action et des éléments sonores, dialogues, voix off, sons... (Seul inconvénient, cela rend la lecture plus ardue, plus technique!). Cette continuité dialoguée est aussi appelée MASTER SCREEN SCRIPT, ce qui soit dit en passant signale qu'il s'agit là d'un stade essentiel, lequel est suffisamment détaillé pour donner une idée précise du futur film.

Le DECOUPAGE TECHNIQUE ou SHOOTING SCRIPT est la continuité dialoguée cette fois avec toutes les indications techniques (Gros plans, Plans rapprochés, moyens, lointains, Plongées, Contre-Plongées, Panoramiques, Zoom avant, arrière, etc...) qui vont être matérialisées par le story-board, lequel est bien ici à sa place car les prescriptions techniques de mise en scène en font partie.

Les interactions entre les événements et les personnages sont difficiles à gérer si elles sont trop nombreuses et trop complexes, ce qu'elles sont dans la réalité et avec de vrais acteurs. On comprendra que le travail qui consiste à synthétiser totalement la mise en scène, à tout imaginer dans le moindre détail, à tout dessiner peut devenir très fastidieux s'il y a trop de paramètres (c'est à dire trop de mouvements, de gestes, de positions) à gérer dans un plan et d'un plan à l'autre (car il faudra raccorder les plans entre eux !).

Les 7 étapes de l'élaboration du scénario

1 - STORY LINE ou bref résumé = quelques lignes (souvent retranscrites dans les dossiers de presse, par exemple)

2 - SYNOPSIS = résumé de 1 à 3 pages

3 - OUTLINE = résumé de 7 à 12 pages

4 - STEP OUTLINE, ou SÉQUENCIER = énumération numérotée des scènes, 1 phrase par scène, ou découpage en séquences , donc moins détaillé

5 - TRAITEMENT ou TREATMENT = 15 à 45 pages. Description détaillée de l'action du film. ( à noter que ce terme "teatment" peut être utilisé pour désigner la note d'intention )

6 - CONTINUITÉ DIALOGUÉE ou MASTER SCREEN SCRIPT = une à deux pages par minute de film

7 - DÉCOUPAGE TECHNIQUE (SHOOTING SCRIPT) ou plutôt STORY-BOARD où chaque plan est illustré par un ou plusieurs dessins


Toutes ces étapes ne sont pas toujours utiles. Dans la pratique on se contente seulement de 1, 2, 5, 6, 7, parfois moins (à noter que le nombre des pages évoqué correspond à un film de long métrage, donc à plus ou moins 80 minutes mais cela, on s'en doute, est très théorique.)

Scénario : le contenu

Il parait logique que vous ayiez tout d'abord défini le CONCEPT qui régit le film, encore appelé MOTIF ou IDEE, c'est à dire l'intention contenant les idées principales autour desquelles s'organise le scénario. Si cela n'a pas été fait avant d'écrire l'histoire elle-même, il faudra tôt ou tard le faire.

Bien identifier le concept ne peut qu'aider à organiser efficacement la dramaturgie ( il faut savoir que dans à peu près tous les dossiers il convient de rédiger une note d'intention claire et séduisante qui militera en faveur du projet, ainsi que des résumés plus ou moins courts, synopsis, descriptions des personnages, etc...).

Mais commençons par penser à notre histoire sans nous préoccuper d'autre chose que de l'exprimer clairement, en un mot de faire en sorte que déjà elle intéresse le lecteur.

De quels moyens disposons-nous ?

Tout d'abord les PERSONNAGES, s'il y en a (on ne peut pas exclure totalement qu'il puisse ne pas y en avoir, il peut en effet exister des films abstraits, ou tout simplement des films qui ne montrent que des paysages ou des objets !).

Les personnages de l'histoire doivent être bien caractérisés, leur psychologique bien établie, puis ils doivent être dessinés, voir sculptés, ou modélisés (synthèse 3D). Tout comme s'il s'agissait de choisir des acteurs, ce à quoi ils vont ressembler est très important, ils doivent susciter notre intérêt, nous plaire (nous séduire, ou tout le contraire) car l'IDENTIFICATION aux personnages est une composante importante.

C'est une des voies privilégiées pour s'ouvrir à la DRAMATURGIE à laquelle nous allons bien sûr participer, en accepter les codes implicites, la logique interne, en un mot nous "en laisser compter" avec plaisir, peut-être même avec passion. Ainsi devrons-nous pouvoir éprouver des sentiments à leur égard, affection, tendresse, amour, complicité, enthousiasme, joie, déception, désaveu, haine, peur, répulsion...

Et comme c'est le cas pour de vrais acteurs, nos personnages doivent "PASSER LA RAMPE", posséder une bonne "PHOTOGÉNIE" s'ils sont autrement que dessinés (et même s'ils sont dessinés, c'est là qu'intervient l'indispensable talent du CREATEUR DE PERSONNAGES). Ils doivent posséder aussi et surtout ce charme qui touchera le spectateur (en un mot susciter une sorte de "COUP DE FOUDRE", ou "COTE D'AMOUR" !) pour que celui-ci soit attiré, envoûté, effrayé, et puisse s'identifier spontanément au personnage, trembler pour lui, voir même l'aimer ou le haïr, ne serait-ce qu'un instant... Bien sûr il faudra aussi, mais c'est une autre histoire, qu'ils servent le récit dans lequel et par lequel ils vont vivre, qui sera exprimé grâce à eux.

Construire les personnages est véritablement tout un art, toute une alchimie complexe et subtile; leur crédibilité dans la logique du récit doit être bien établie et suffisamment convaincante pour paraître naturelle, pour qu'ils puissent jouer ce rôle : nous entraîner dans leur jeu, nous convaincre de leur réalité, rendre crédibles et inévitables leurs actes, les événements auxquels ils participent, nous captiver...

Comme le font de nombreux romanciers, il peut être utile d'établir des fiches sur les personnages, leur inventer une identité, un état civil, une vie quotidienne, une famille, un entourage, une psychologie... Il n'est généralement pas souhaitable de tout expliciter au spectateur, et même doit dont ménager des zones d'ombre qui elles aussi contribuent à tenir en éveil la curiosité.

Mais les personnages, si séduisants puissent-ils être, ne suffisent pas. Encore faut-il qu'ils aient quelque chose d'intéressant à faire, à dire, à exprimer... C'est d'ailleurs là qu'est le piège. Lorsqu'ils viennent d'ailleurs, de légendes, de romans, de la BD par exemple, ils ont déjà une existence et un passé, une popularité, de réelles qualités, mais cela ne suffit pas toujours à faire de bons films , loin de là ! Il en est de même des histoires qui ne transmettent pas facilement leur magie et résistent parfois à la nécessaire transformation. C'est dire le rôle combien important du scénariste...

Construction du récit - Efficacité

Pour soutenir l'intérêt du spectateur, selon "Ecrire un scénario" (ouvrage de Michel Chion déjà cité) et bien d'autres, ne pas le perdre en route, en un mot le captiver, établir une progression continue et bien construite est nécessaire.

Il faut en effet que toute scène AVANCE en répondant à d'autres questions qui ont été posées précédemment. Chaque scène et chaque plan doivent PROGRESSER et devenir meilleurs ou pires. Il en est de même pour les dialogues, chaque réplique doit faire avancer l'histoire, informer le spectateur sans en avoir l'air...

Etant admis qu'une progression dramatique est souhaitable, nécessaire, il est évident que l'on devra parvenir à un PAROXYSME ou CLIMAX de préférence dans le dénouement, celui-ci étant le point culminant de cette progression, l'aboutissement d'une série de crises, TEMPS FORTS (peaks, pointes) dont il est le plus important. N'oublions pas cependant que trop de temps forts risquent surtout de se nuire.... Tout est question de dosage par rapport aux enjeux, aux émotions exprimées dans le film, au rythme souhaité qui naîtra de la combinaison des mouvements internes aux plans et du MONTAGE que préfigure le DECOUPAGE, lequel installe déjà un rythme...

Pour "capturer" le plus tôt possible le spectateur on utilise ce qu'on appelle une ACCROCHE, ou encore AMORCE ou TEASER (aguicher), c'est à dire une entrée en matière qui doit être immédiatement captivante. Attention cependant à ce l'accroche ne soit pas trop spectaculaire ou trop forte pour ne pas dévaluer la fin ou ce qui suit. Elle doit être bien intégrée dans la progression dramatique. Cependant, il ne suffit pas d'avoir su éveiller l'intérêt du spectateur, encore faut-il le garder attentif jusqu'à la fin du film ! D'où la nécessité de cette progression, indépendamment de toute considération esthétique.

L'EXPOSITION qui est le lieu du film où il doit y avoir la plus forte concentration d'informations (celles-ci ne doivent surtout pas avoir l'air d'en être!) doit être dramatisée, c'est à dire parfaitement intégrée à l'action, et sa durée gagne à être limitée. (Pas de distribution gratuite de l'information, moins on explique, * mieux ça vaut. Le spectateur, nous l'avons vu, à une propension naturelle à anticiper ce qui va se passer, on peut jouer avec cette anticipation, le devancer, le surprendre).

* Le spectateur doit tout comprendre , même et surtout ce qui n'est pas explicité. Encore faut-il que ce soit possible !

Ceci dit, une histoire peut être intéressante même s'il n'y a pas de suspense. L'intérêt du spectateur doit être cependant maintenu en éveil, évidemment, même si personne n'est en danger dans le film. Un exemple me vient à l'esprit : "CRAC" de Frederic Back , film qui raconte une histoire toute simple, avec cependant dans un des rôles principaux le temps qui passe... ce qui est déjà un mécanisme narratif efficace, mais qui ne serait rien sans le charme de l'univers graphique, l'humour discret, en un mot l'exceptionnel talent de l'auteur qui maintient en éveil notre curiosité, et procure un plaisir visuel jamais mis en défaut.

EXEMPLE DE CONSTRUCTION TYPIQUE :

Citée dans le livre de Michel Chion, on y reconnaîtra les principes de construction devenus classiques, largement utilisés, de par le monde, ayant donc fait leurs preuves...

PREMIER ACTE : Un quart du temps du film. C'est l'introduction ("set-up") où toutes les données du film sont exposées, qui se termine par un coup de théâtre ("plot-point").

DEUXIEME ACTE : Deux quarts du film. C'est le développement dans lequel les problèmes semblent devenir insolubles, ou en tout cas sont exposés de telle façon que la curiosité du spectateur est aiguisée, donc en attente d'être satisfaite.

TROISIEME ACTE : Un quart du film. dénouement et solution, dont le "climax" ou paroxysme. En principe le dénouement doit naître des données de l'histoire elle-même, et pas d'une intervention miraculeuse autant qu'inespérée venant au secours du scénariste sinon du spectateur !

Le story-board

La mise en images du récit - c'est à dire quand on dessine le story-board - est une phase essentielle de l'adaptation. C'est à ce moment que les idées prennent leur forme définitive, celles sous laquelle elles seront perçues. Il n'y a pas là non plus de recette miracle: toutes sortes d'écoles cohabitent.

Dans nos pays où la bande dessinée fait partie de la culture, celle-ci influence fortement la façon dont les story-boards sont présentés. Ils ressemblent à des bandes dessinées, tout simplement. Ce n'est pas un avantage absolu, car nous sommes habitués à lire la BD, ce qui nous influence plus ou moins inconsciemment dans notre façon de lire un story-board, et le découpage utilisé pour les BD n'est pas transposable au dessin animé, dont le langage est avant tout, rappelons-le, celui du cinéma, à quelques nuances près.

Le risque de se laisser séduire par les vignettes comme on l'est par celles d'une bande dessinée existe réellement, et c'est pourquoi d'autres présentations ( verticale de haut en bas par exemple) sont tout à fait défendables. Un des problèmes majeurs que peut poser le story-board, c'est que nous surévaluons l'importance réelle de ce qui est dessiné tout simplement parce que nous regardons les images le temps qui est utile à sa compréhension, et ce temps qu'on peut allonger à volonté est vraiment très différent de ce qu'il sera à l'écran !

La présentation façon BD présente cependant l'avantage d'une lecture facile, notamment pour des lecteurs qui ne sont pas à l'aise face à une présentation trop technique. Ce qui conduit à penser qu'on pourrait envisager de distinguer une présentation "client" servant à présenter le projet à différentes instances - elles sont nombreuses en cours de montage financier par exemple! - d'une présentation plus technique avec toutes les considérations "utilitaires" qui s'imposent.

Plusieurs types de story-board coexistent. Il arrive que l'on choisisse de dessiner tout d'abord un story-board artistique, ou en tout cas qui exprime les intentions de l'auteur, puis un story-board technique, anticipant parfois la phase dite de lay out ( l'appellation familière de story-board "lay-outé" est assez explicite !).

Pour cette dernière utilisation qui peut être très technique il me semble que présenter un seul plan par page, donc éventuellement une seule image si le plan n'en nécessite pas plusieurs est une bonne solution. Cela permet d'inclure dans cette page toutes les prescriptions techniques concernant le plan. De plus la saisie informatisée de toutes ces informations, y compris les images, commence à être sérieusement envisageable aujourd'hui, même si elle n'est pas encore passée dans les habitudes.

Le recours à l'informatique pour assurer une gestion exhaustive de toutes les informations contenues dans le story-board est tout à fait envisageable. Mais il ne devrait pas se borner à favoriser seulement les réutilisations de décors et d'animations, qui si elles sont effectivement une source d'économie sont aussi une réelle cause d'appauvrissement, quand il ne s'agit pas de figures de style qui utilisent volontairement la répétition.

En effet notre oeil repère particulièrement bien ce qui est répétitif, tant il est habitué à l'infinie diversité de tout ce qui est naturel et vivant. Ainsi l'utilisation de cycles doit-elle être savamment dosée, et l'on a remarqué qu'au delà de deux fois et demie la répétition est repérée et perçue comme gênante, n'en déplaisent aux chantres de la série bas de gamme qui sont légions...

Depuis à peu près deux décennies, les deux dernières du siècle du siècle) on a vu s'organiser une "industrie européenne du dessin animé" surtout préoccupée de séries TV se déclinant surtout en quantités. De nouvelles solutions d'organisation et de codification de la production et du travail pour s'adapter aux contraintes de la série et de sa rentabilité ont été tentées avec plus ou moins de bonheur.

Cela concerne aussi la façon d'envisager le découpage - donc le langage, donc aussi le story-board sans oublier la scénarisation qui ne saurait échapper à cette logique.

Est-il nécessaire de rappeler que dans la majorité des productions (il en est de même des formations) on a tendance à privilégier au détriment des autres composantes * un semblant de perfectionnisme graphique et un langage convenu où des règles élémentaires (sujet, verbe, complément!) seraient scrupuleusement pour ne pas dire religieusement respectées, tout ceci s'apparentant à une sorte d'accadémisme spontané, recourant évidemment aux poncifs du genre - ce qui ne veut pas dire que le beau est au rendez-vous, même si de prétendues règles de l'art sont respectées (ce mot "art" n'est pas tout à fait à sa place, si ce n'est dans son acceptation très réductrice de l'exercice des techniques d'un métier !).

* parmi les autres composante , on peut citer l'histoire elle-même, les idées et messages véhiculés, le récit ou ici scénario, le langage filmique ou découpage, la qualité des personnages, leur psychologie, l'invention, et aussi les autres qualités artistiques tant plastiques que graphiques, l'art du mouvement, l'univers sonore, la musique...

...But I don't believe, and I'm not consoled I lean closer to the fire, but I'm cold


Jewok - posté le 19/03/2007 à 12:35:58 (6572 messages postés) - fondateur

❤ 0

ça te dérange si je te pique ça pour le foutre dans les tutos sur le site Unik? Je pense que ça y aurais plus la place.

jewok tu vaux vraiment rien comme meuf


Unikfingers - posté le 19/03/2007 à 13:16:16 (2150 messages postés)

❤ 0

Acts of kindness, like breadcrumbs in a fairytale forest...

Oui, je t'en prie, tu peux toujours changer les terme en rapport avec le cinéma pour rendre tout ça plus crédible ;)

...But I don't believe, and I'm not consoled I lean closer to the fire, but I'm cold


Saturnome - posté le 19/03/2007 à 23:54:46 (2507 messages postés)

❤ 0

-

Roh, on peut faire terriblement plus simple et moins cliché que ça et s'en tirer très bien, une telle organisation s'avère utile qu'avec des équipes de grande taille :D La construction typique est à savoir mais pas à utiliser impérativement ..! Par contre il y a plein de trucs vrais la-dedans.


Castor-killer - posté le 20/03/2007 à 10:23:28 (402 messages postés)

❤ 0

L'homme qui murmurait à l'oreille des castors...

Je sais pas pourquoi je le sens pas très bien ce topic. Pleins de débutants vont poster leur idée de scénario dès qu'ils en auront une, un truc fait en 10min, et ils se feront casser comme quoi il aura pas lu toutes les règles...:(
Enfin, on peut avoir l'espoir que quelque talentueux scénariste passe par là et mette un scénario terrible !
PS : très bon tuto. Mais le boulet de base ne prendra même pas la peine de le lire, vu sa longueur...


dams999 - posté le 20/03/2007 à 10:31:58 (862 messages postés)

❤ 0

Ghost Hound- Y a tant à découvrir...

Bonne idée le tutos, pour tout ceux qui ont un jeu sans histoire^^.

Les vrai passionnés prendront je pense la peine de lire tout ceci, pour ce qui est du reste, esperons effectivement qu'il ne vont pas remplir ce topic d'historiette de 3lignes en pensant avoir l'idée du siècle, qui travail leur scenar avant de poster^^.

Coming back on RmXp.


Zephiel - posté le 26/07/2007 à 17:51:54 (282 messages postés)

❤ 0

Monstre cannibale et dangereux(ou larve le jour)

Bonjour!^^

Je m'excuse de remonter le topic,mais j'ai un scénario à offrir:)

Il s'agit d'une aventure héroïc-fantasy,inspiré à la fois légèrement et énormément du célèbre livre de Tolkien,"Le Seigneur des Anneaux".

J'ai la trame principal en tête et un résumé de cette trame(mais qui a de forte chance d'être modifié^^).

Au départ je voulais écrire un long texte,mais en découvrant rpg maker je me suis dis qu'un jeu serait bien plus fun^^

Il y a quatre personnages principaux,voici leurs grandes lignes de caractère.

Sarumpsons est un Elfe élancé,aux longs cheveux bleux. Il atteint l'âge de 300 ans(majorité Elfique) au début de l'histoire. Partant du stade d'antihéros,froid et profiteur,il murira au cours de l'aventure,même si sa froideur ne s'évaporera pas totalement!^^

Freud,Elfe,je l'avoue très inspiré des personnages Aragorn et Legolas,de 253ans est,lui,un héros téméraire,puissant,sensible,mais trop naïf.

Guendre,parfait sosie des magiciens Merlin et Gandalf,il possède une grande sagesse,il est courageux mais sait réfléchir,le personnage est fait pour être mystérieux,j'évite donc d'allonger sa présentation.

Et une fille qui doit garder un voile de mystère!^^

Avec le scénario,il y a matière à faire des systèmes de faction/réputations,le jeu se déroulant lors d'une guerr de tout les instants,le style A-rpg s'adapterait certainement mieux aux genres.

Pour l'instant c'est un peu cliché,mais si vous voulez que je vous envoie ça,envoyez moi un mp^^(et si ça vous interesse,j'écrtis en intégralité^^)

Bon voilà,j'avais pas trop de temps,alors j'espère que j'ai quand même était clair et que j'ai bien vérifié mon orthographe:D

Merci d'avoir lu.

Ben pourquoi une signature? C'est pas un contrat!


draft - posté le 27/07/2007 à 16:02:14 (1783 messages postés)

❤ 0

Saint patron des seins plats au neuf.

Le tout n'est pas d'avoir des personnages "cool", le principal est le scénario... j'ai moi-même régulièrement des idées de persos sympa, mais sans scénar on va souvent droit dans le mur. Tu devrais commencer par le commencement.

La vie la mort c'est dur à vivre.


Azrael - posté le 27/07/2007 à 16:28:18 (10090 messages postés)

❤ 0

Hold my beer

Citation:

antihéros,froid et profiteur


Un anti-héros ça peut être froid et profiteur ôO? Pour moi c'est plutôt un mec qui n'en a rien à foutre de rien, style Gaston Lagaffe.
Et on peut encore mûrir à 300 ans? A mon avis à cet âge on a déja acquis énormément d'expérience et on ne change plus sa manière d'être pour une aventure passée en compagnie de gens qui plus est plus jeunes...

Jouez au Bizon. Nao.


Kon - posté le 27/07/2007 à 17:21:53 (3971 messages postés)

❤ 0

Gaston Lagaffe= Anti-héro?

Les anti-héros sont parfois des jeu m'en foutiste mais ils peuvent être des gens méchant ou froid. Pis je peux qualifier n'importe quel personnage de anti-hero tant qu'il est contre l'avis du héros non?

Citation:


Le tout n'est pas d'avoir des personnages "cool", le principal est le scénario... j'ai moi-même régulièrement des idées de persos sympa, mais sans scénar on va souvent droit dans le mur. Tu devrais commencer par le commencement.



Regarde ici


draft - posté le 27/07/2007 à 18:11:24 (1783 messages postés)

❤ 0

Saint patron des seins plats au neuf.

Huhuhu, certes, mais je dois avouer que j'ai du faire un truc similaire au début pour mon projet (à l'époque où j'avais encore un perso principalXD), mais depuis j'ai un peu changé ma façon de faire. Je développe ET l'un ET l'autre, en m'aidant de mes personnages pour améliorer mon univers, et l'inverse.

Je me suis mal exprimé, il est en effet important d'avoir des persos sympa, mais en aucun cas au détriment du reste (sinon on tombe sans l'achétype du Shônen-fleuve type, y'en a qui aiment celà dit :p).

La vie la mort c'est dur à vivre.


Azrael - posté le 27/07/2007 à 18:18:01 (10090 messages postés)

❤ 0

Hold my beer

Kon a dit:

Pis je peux qualifier n'importe quel personnage de anti-hero tant qu'il est contre l'avis du héros non?


Han mais rien à voir quoi O_O . Un antihéros c'est un type qui est tout simplement l'opposé de la caricature du héros (gentil, beau, fort, etoo).
Maintenant c'est vrai qu'il peut être froid et profiteur, c'est juste que j'ai plus de mal à le concevoir.

Jouez au Bizon. Nao.


Lünn - posté le 27/07/2007 à 19:08:07 (4171 messages postés)

❤ 0

Zephiel, le problème c'est que je ne vois pas de scénario justement dans ton post. Ce sont des descriptions de personnages, qui je pense ne sont pas très originales, ce qui n'est pas forcement un problème, on peut utiliser des univers peu originaux et avoir un bon scénario. (Personellement si je lis "elfe élancé...etc" je change de topic en général, overdose d'heroic fantasy sans doute).
Mais même si tu t'inspires de Tolkien, ce que beaucoup de monde aime, et bien il te faut un scénario solide.
Commence par trouver un petit synopsis qui résume les péripéties, et si tu arrives à résumer ton histoire en 10 lignes, c'est déjà un très bon point.


Zephiel - posté le 28/07/2007 à 19:17:02 (282 messages postés)

❤ 0

Monstre cannibale et dangereux(ou larve le jour)

Ok je vois:D

Merci pour vos remarques,je vais revoir tout ça et faire une vrai présentation:)

Ben pourquoi une signature? C'est pas un contrat!


scrapi - posté le 28/07/2007 à 19:21:10 (6557 messages postés)

❤ 0

Céréales killer

Les noms des perso n'ont absolument rien à voir avec un quelconque language elfique, meme pas du Sindarin :F, les perso perdent donc toute crédibilité.
va te louer le Silmarillion, imprègne toi et puis reviens causer un peu de tout ca.


Zephiel - posté le 28/07/2007 à 19:24:58 (282 messages postés)

❤ 0

Monstre cannibale et dangereux(ou larve le jour)

Eh bien Scrapi les noms sont non-Elfiques,en effet...mais je n'aime pas les prénoms de Tolkien,et je ne connais aucune des langues qu'il a inventé.

Je me serais bien procurer le Silmarrion si je l'avais trouvé,mais ce n'est pas le cas...^^

Ben pourquoi une signature? C'est pas un contrat!


scrapi - posté le 28/07/2007 à 19:33:52 (6557 messages postés)

❤ 0

Céréales killer

Sur ta planète y a pas de Fnac ???


Zephiel - posté le 28/07/2007 à 22:05:47 (282 messages postés)

❤ 0

Monstre cannibale et dangereux(ou larve le jour)

1. Présentation des Races
Elfes: Aussi appelé peuple de l’Est,cette race est dotée d’une longévité conséquente,et les êtres la composant sont souvent d’une beauté rafraîchissante. Les Elfes sont souvent religieux,mais ne croyant pas tous aux même dieux,ils se battent souvent entre eux. Ils sont tous très grands,mais pas non plus géants.

Hommes: Les humains ont une grande faiblesse d’âmes,mais ils sont physiquement très solide,enfin,pour la plupart d’entre eux.

Nains: Gros,maigres,bourrins,alcooliques…bref,de superbes alliés!

2. Personnages
Je ne tient pas à m’attarder sur cette longue partie,je vais donc donner des noms importants et clarifier le tout dans la suite.

Sarumpsons,Freud,Guendre et Seyphira sont les quatre héros.

Vosh,Arcana,Mikwell,Gaher,Vlad,Harud,Xalloné,Sulfurion et enfin Thrör sont les principaux personnages secondaires.

3. Synopsis intégral
L’histoire commence à Mürdrh,Sarumpsons,semi-antihéros (froid, profiteur, fourbe, mais avec un bon fond.)doit aller accomplir son service militaire à Rollande,où il surprendra une grave discussion sur les « sept ordres militaires mondiaux » alors qu’il était de garde au tour du château royal. Une dispute entre le roi(Sulfurion) et son fils Freud survient,et ce dernier s’enfuit par une fenêtre et retombe sur le héros! Ne voulant pas combattre,Sarumpsons fuit au Sanctuaire avec Freud,où il rencontrera le sage Guendre. Le sage veut avertir les villes voisines qu’un conflit se prépare,mais sur les lieux tout,ou presque du moins,est brûlé. Nous voilà parti pour une épopée composé de batailles titanesques,de morts,d’amour,de haine,une histoire qui virera du rouge sang au bleu larme. Nos héros devront capturer la puissance des arcanes,s’unir avec de puissants dieux,détruire un château,tuer une créature revenu des fin fond ce l’Arche,et protéger cette même Arche(rien à voir avec le contexte catholique).

Je sais que pour l’instant c’est vraiment cliché,à savoir que j’ai préféré abréger mon résumé énormément pour ne pas gâcher tout si jamais quelque un me prends…l’Arche est le bâtiment où repose ceux qui n’ont pas mérité le repos est sa destruction libèrerait un taux d’énergie suffisamment puissant pour éradiquer toute forme de vie…pourtant c’est loin d’être l’objectif de nos ennemis. L’histoire se termine « mal ».

Voilà,j’espère en avoir dit assez(je ne présente pas les religions,ce n’est pas super important.)

Merci pour vos commentaires^^

@scrapi: non,y en pas près de chez moi^^

Ben pourquoi une signature? C'est pas un contrat!


Draken Typhon - posté le 29/07/2007 à 01:35:35 (2874 messages postés)

❤ 0

Zephiel a dit:


Bonjour!^^

Je m'excuse de remonter le topic,mais j'ai un scénario à offrir:)

Il s'agit d'une aventure héroïc-fantasy,inspiré à la fois légèrement et énormément du célèbre livre de Tolkien,"Le Seigneur des Anneaux".

J'ai la trame principal en tête et un résumé de cette trame(mais qui a de forte chance d'être modifié^^).

Au départ je voulais écrire un long texte,mais en découvrant rpg maker je me suis dis qu'un jeu serait bien plus fun^^

Bon voilà,j'avais pas trop de temps,alors j'espère que j'ai quand même était clair et que j'ai bien vérifié mon orthographe:D

Merci d'avoir lu.



C'est super comme concept. tu peux m'en tirer un synopsis de 80.000 mots pour la semaine prochaine ? Je dois voir un éditeur mardi.

Transparence .. clé de la Démocratie, de l'égalité du Peuple et de la Paix dans le Monde..


Azrael - posté le 29/07/2007 à 14:03:50 (10090 messages postés)

❤ 0

Hold my beer

Citation:

va te louer le Silmarillion, imprègne toi et puis reviens causer un peu de tout ca.


Mais comment il est chiant, ce bouquinXD. J'en ai lu quelques pages au milieu du truc pour voir si ça me brancherait de le louer à la bibli et j'ai oublié aussitôt, entre le style de Tolkien que j'ai déja du mal à me farcir et la vingtaine de noms à coucher dehors par paragraphe je serais devenu taré O_O .

Jouez au Bizon. Nao.


Zephiel - posté le 29/07/2007 à 15:15:55 (282 messages postés)

❤ 0

Monstre cannibale et dangereux(ou larve le jour)

Draken Typhon a dit:


C'est super comme concept. tu peux m'en tirer un synopsis de 80.000 mots pour la semaine prochaine ? Je dois voir un éditeur mardi.



L"idée principale est en place dans ma tête et le résumé est au-dessus(trop abrégé peut-être?). Si tous tes posts furent aussi constructifs que celui-ci,ton éditeur doit sans doute te recevoir pour écrire un documentaire?

Ben pourquoi une signature? C'est pas un contrat!


Saheyus - posté le 29/07/2007 à 21:49:08 (759 messages postés)

❤ 0

Tu as pris les pages du milieu???
Malheureux! Ne jamais prendre les pages du milieu d'un livre de Tolkien! Et encore moins juger l'oeuvre selon l'impression retirée. C'est un sacrilège de faire cela. Le Silmarillon, tout particulièrement, étant conçu comme une receuil de textes mythologiques, est fait pour immerger progressivement le lecteur (l'introduction, avec Illuvatar, étant en ce sens particulièrement réussie). Evidemment que les pages du milieu ont dû te donner la nausée. Enfin, dommage que Tolkien n'aie jamais vraiment achevé ce livre... je suis sûr que c'est la structure qui lui posait problème, d'ailleurs. Heureusement, son fils a fait un travail correct.
Je ne dis pas qu'il faut aimer Tolkien (même si c'est une faute de goût que de ne pas l'aimer ^-^), mais certains livres ont une structure telle, particulièrement dans le domaine touchant à la fantasy (au sens imagination), qu'on ne peut les prendre en cours de route. Lire le Silmarillon avant d'avoir lu le SdA serait aussi une erreur à mon avis.

Notez l'habile manoeuvre pour raccrocher mon propos au sujet du topic (scénario, plus SdA). Désolé d'être HS, d'ailleurs, mais je me devais de réparer cette injustice.



Florent - posté le 29/07/2007 à 22:05:16 (3153 messages postés)

❤ 0

Cela dit quand le style est lourd pénible et encyclopédique (un peu comme Dune) la structure n'y est plus pour rien.
Peut être la faute à de mauvaises traduction mais j'en doute.


Lünn - posté le 29/07/2007 à 22:05:18 (4171 messages postés)

❤ 0

C'est vrai que j'ai aimé Le Silmarillon.
Il y a des passages sanglants et d'autres plus doux comme la légende de Tinuviel.
C'est tellement vaste, le seigneur des anneaux est résumé en quelques pages...

Aller à la page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

Index du forum > Vos créations > Scénario !!!

repondre up

Suite à de nombreux abus, le post en invités a été désactivé. Veuillez vous inscrire si vous souhaitez participer à la conversation.

Haut de page

Merci de ne pas reproduire le contenu de ce site sans autorisation.
Contacter l'équipe - Mentions légales

Plan du site:

Communauté: Accueil | News | Forum | Flash-news | Sorties | Chat | Commentaires | Galerie | Blogs | Articles perso | Screen de la semaine | Palmarès | Livre d'or | Recherche | Interviews | OST | L'Annuaire | Divers
Apprendre: Le Wiki | Tutoriels | Guides | Gaming-Live | Tests | Making-of
Télécharger: Programmes | Scripts | Packs de ressources | Midis | Eléments séparés | Sprites
Jeux: Index jeux séparés | Top Classiques | Top Originaux | Les autres | Collection Oniro | RPG Maker 95 | RPG Maker 2000 | RPG Maker 2003 | RPG Maker XP | RPG Maker VX | RPG Maker VX Ace | RPG Maker MV | Autres | Jeux complets | Proposer
Hébergés: Aëdemphia | Fighting Robots Quest | Geex | Inexistence | La Légende d'Ibabou | Nylu | Sarcia | Super Mario RPG - Lost Souls
Ressources RPG Maker 2000/2003: Chipsets | Charsets | Panoramas | Backdrops | Facesets | Battle anims | Battle charsets | Monstres | Systems | Templates
Ressources RPG Maker XP: Tilesets | Autotiles | Characters | Battlers | Window skins | Icônes | Transitions | Fogs | Templates
Ressources RPG Maker VX: Tilesets | Charsets | Facesets | Systèmes
Ressources RPG Maker MV: Tilesets | Characters | Faces | Systèmes | Title | Battlebacks | Animations | SV/Ennemis