Night.png);">
Apprendre


Vous êtes
nouveau sur
Oniromancie?

Visite guidée
du site


Découvrir
RPG Maker

RM 95
RM 2000/2003
RM XP
RM VX/VX Ace
RM MV/MZ

Apprendre
RPG Maker

Tutoriels
Guides
Making-of

Dans le
Forum

Section Entraide

Packs de ressources: Monstres des RTP / Jeux: Projet-Z / Packs de ressources: Tilesets médiévaux (...) / News: Et le grand gagnant est... (...) / Scripts: Texte ondulant et texte (...) / Chat

Bienvenue
visiteur !




publicité RPG Maker!

Statistiques

Liste des
membres


Contact

Mentions légales

71 connectés actuellement

26587716 visiteurs
depuis l'ouverture

1831 visiteurs
aujourd'hui



Barre de séparation

Partenaires

Indiexpo

Akademiya RPG Maker

Hellsoft

Planète Glutko

New RPG Maker

Le Comptoir Du clickeur

Le Temple de Valor

Tashiroworld

Tous nos partenaires

Devenir
partenaire



Messages postés par Iot
Nombre de messages référencés sur Oniromancie (non supprimés): 465

Aller à la page: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Posté dans Forum - Aëdemphia

Iot - posté le 26/09/2022 à 01:06:35. (1112 messages postés)

Je serais aussi intéressé pour tester la version beta, si c'est toujours possible :) A lire les retours je n'ai plus envie d'attendre...

Posté dans Jeux - Jim Blind

Iot - posté le 14/08/2011 à 22:04:25. (1112 messages postés)

La solution du jeu, mission par mission sous forme vidéo, est disponible ICI.

La solution est réalisée en Silver Agent (difficile), mais est facilement adaptable aux autres modes de difficulté.

Posté dans Forum - Nouvelles

Iot - posté le 18/12/2010 à 16:17:27. (1112 messages postés)

Hop, petit passage en coup de vent.


image


L'horloger




...Difficile tâche que de connaître l’heure exacte. L’horloger était confronté à un problème des plus ardus, et qui pourtant fait partie intégrante de sa profession. Mais voilà, l’imprécision est inévitable. Jamais la cadence de la trotteuse ne sera réglée avec exactitude, de sorte que, toujours, un intervalle de temps de plus en plus grand s’intercalera entre l’heure affichée et l’heure véritable, décrédibilisant la fiabilité de la mécanique vendue dans son horlogerie. Et s’il advient que l’aiguille se meuve à une vitesse de plus irréprochables, l’imperfection frappera l’horloge d’un léger retard ou d’une légère avance continûment conservés, ajoutant à la brume de l’inexactitude la conviction troublante d’avoir dans son salon une horloge qui strictement jamais ne donnera la bonne heure, tandis que son rôle est précisément de toujours la fournir. Chose d’autant plus vexante que a contrario la montre à la trotteuse déréglée, elle, fournira malgré tout, de temps à autres, l’heure parfaite ; mais bien sûr l’inconvénient étant qu’elle ne la fournira jamais à la même heure, de sorte que ses prévisions précises soient précisément imprévisibles. Même l’horloge parfaite, pur idéal de l’imagination, fantasme réprimé de l’horloger, sera imparfaite en ce sens qu’elle échouera à sortir de l’épais brouillard instauré par l’imperfection latente de ses consœurs imparfaites, qu’elle sera incapable de nous persuader que l’heure qu’elle affiche et qu’elle prétend exacte l’est effectivement, quand au contraire ses voisines ont au moins la perfection de remplir le rôle de l’imperfection qu’on leur attribut habituellement, pour arriver au fait que l’horloge parfaite ressemblera au final, à la plus imparfaite des horloges imparfaites. Mais le plus vexant, au fond, n’est pas tant de savoir qu’aucune horloge ne saurait remplir son rôle que de manière imparfaite, mais bien de prendre conscience que celles qui affichent l’heure exacte avec la plus grande régularité et le plus fréquemment sont précisément celles qui se sont refusées à essayer de l’afficher : l’horloger pensait bien sûr aux horloges arrêtées. Puisqu’en effet celles-ci affichent la bonne heure deux fois par jour toujours à la même heure, elles s’avèrent être les plus sujettes à jouer le rôle de l’horloge, pure, rêvée, dès lors que l’on réunisse en un même point suffisamment d’horloges arrêtées affichant des heures différentes pour qu’elles couvrent dans leur ensemble toute l’étendue des vingt-quatre heures de la journée. Mais, raisonna l’horloger, dans ces conditions surgit le facétieux problème de savoir quelle horloge fournit à un instant précis, l’heure exacte ; c’est ainsi qu’il entreprit d’écrire, sur chaque horloge, l’heure à laquelle l’horloge affiche l’heure exacte ; mais il se reprit avant même que besogne fut faite quand lui traversa l’idée selon laquelle l’heure à laquelle l’horloge arrêtée affiche l’heure exacte est précisément l’heure qu’elle affiche, de sorte que le problème d’obtenir l’heure exacte était finalement résolu dès lors que l’on possédait une horloge exacte de référence pour savoir à quelle horloge arrêtée se fier pour connaître avec toute confiance l’heure exacte. L’horloger était donc satisfait d’en être arrivé à la conclusion que son ambitieux problème était ramené à celui de trouver une horloge qui fournirait constamment l’heure exacte ; par chance, c’était précisément le problème qu’il venait de résoudre. Il savait dès à présent avec certitude qu’il était l’heure d’aller se coucher.

Posté dans Forum - Topic de Musique Classique

Iot - posté le 10/07/2010 à 10:56:22. (1112 messages postés)

Citation:

Mais écoutez, en bas il répète un do sans arrêt pendant tout le morceau...


On appelle pas ça une goutte de pluie, ou quelque chose dans le genre, parce que ça évoque une goutte d'eau qui tombe constamment ? *vieux souvenir de cours de musique*

Bon, un grand classique sinon :



Posté dans Forum - Aëdemphia

Iot - posté le 09/07/2010 à 11:20:28. (1112 messages postés)

Citation:

Rofl, deuxième coup et vous vous refaites avoir.



Merde, j'ai sauté les deux pieds dans le plat moi, la classe à Dallas :cig

Bien joué.

Posté dans Forum - Aëdemphia

Iot - posté le 08/07/2010 à 22:38:38. (1112 messages postés)

Très joli, comme toujours :)

Question prix, pour moi, si ce n'est que du virtuel, ce serait 10 voire 15 €. S'il y a un support matériel avec (genre CD, voire jaquette), ça pourrait aller jusqu'à 20 €.

Sinon, vouloir vendre le jeu, vu la quantité de travail fourni et la qualité quasi-professionnelle du jeu, ça me semble tout à fait légitime. Après c'est sûr, c'est un changement de politique important dans la création du jeu : c'est s'écarter un peu du monde amateur, tourné vers le plaisir et la passion, et s'orienter plutôt vers le monde commercial, plus froid : ) Mais d'un autre côté, un jeu payant peut aussi être vu comme une marque de maturité, de sérieux, qui n'en serait que plus positive pour son image. Donc bon pourquoi pas : )

Posté dans Forum - Projets, maps et screenshots

Iot - posté le 07/07/2010 à 11:01:21. (1112 messages postés)

Profite-bien de ta pause, en espérant qu'elle sera aussi prolifique pour Prolepse XY à ton retour :D

Ah, et j'avais loupé l'ouverture du site aussi. Très classe.

Posté dans Forum - [Textes] Les mésaventures d'un forcené

Iot - posté le 07/07/2010 à 10:52:14. (1112 messages postés)

Citation:

aux ailes aussi blanches que les cheveux de Tyroine (\o/)


C'marrant, si je me rapelle bien d'une certaine photo avec une certaine peinture derrière... j'aurais plutôt dit les "chevaux" moi :D

Sinon c'est rigoulo : ) Il y a une suite ?

Posté dans Forum - Nouvelles

Iot - posté le 06/07/2010 à 19:05:32. (1112 messages postés)

Yop merci les gens :)

Bon, la suite.


______________________




image



2




...Les voyageurs avaient, durant leur répit, fréquenté quelque taverne que les convives ne quittaient qu'à une heure avancée de la nuit ; la légèreté de l'air extérieur cependant empêchait l'atmsophère de s'alourdir de trop en vapeurs d'alcools, permettant aux passants de profiter quelques instants des musiques, chants et distractions qui s'y produisaient à l'intérieur. Nombreuses fois, en rentrant dormir au palais où l'empereur leur avait généreusement préparé des chambres, ils purent, en passant sur les quais, observer l'Espérance qui mouillait depuis des jours dans l'eau de la grande baie, dans l'attente des préparatifs et chargements. L'eau de la crique était claire et limpide, calme, et seule l'eau du canal qui s'y déversait venait ici troubler continuellement le silence qu'imposaient les lieux. Rien alors ne pouvait laisser transparaître le saignement permanent dont souffrait la Mer ; rien, excepté un bruit morne et ténu que seuls des passants attentifs pouvaient découvrir au loin, et qui n'échappa pas aux voyageurs : la douloureuse complainte des baleines qui résonnait sourdement contre les montagnes, le ciel et la mer.
...A bord de l'Espérance, dès lors que le Soleil s'était levé, l'amiral dirigeait activement les préparatifs, et surveillait de près le bon chargement des vivres, outils et autres nécessités que des ouvriers chargeaient dans la cale du navire. Il savait que ce voyage serait peut-être sans retour, qu'il n'y aurait pas de deuxième chance ; il fallait donc impérativement étudier avec la plus grande attention possible les cartes, plans et remarques des pêcheurs qui connaissaient bien la zone. Du reste, il comptait sur un équipage de qualité pour parfaire l'expédition. Il en avait à ce propos rencontré récemment une partie, un groupe de voyageurs provenant des contrées de l'Est, qu'attendait impatiemment l'empereur, et qui jouissait d'une renommée hors-norme en terme d'expérience marine : maintes découvertes d'îles, d'archipels, d'océans entiers, étaient dues à leurs aventures, ainsi qu'à leur sens intime de la navigation et de l'exploration. Malgré les marques de festivités évidentes qu'affichaient leurs visages, ils avaient manifesté à l'amiral tout leur sérieux, leur conviction de leur engagement dans ce périlleux voyage qui tenait en haleine toute la ville entière, les campagnes alentours, et même les régions les plus éloignées de ce coin du monde. Car bien sûr, ce voyage n'avait rien d'ordinaire ; des mers et océans entiers dépendaient de son issu, dépendaient de ce Maelström Géant qui était apparu là-bas, au-delà de la grande baie, une nuit.
...Le Maelström Géant ! Oui, celui qui réquisitionnait tous les esprits, depuis qu'un pêcheur et sa barque y avaient été engloutis, un matin. Apparu par on ne sait quel maléfice, il avalait, avalait, milliers de gallons d'eau chaque jour, chaque nuit ; il étouffait dans ses entrailles poissons, animaux marins, et pêcheurs imprudents ; et en gagna bientôt le surnom de la Bouche du Diable. Là-bas, silencieusement, c'était la Mer qui disparaissait, son eau qui était aspirée vers les profondeurs inconnues de la Terre ; l'on croyait au début au plafond d'une caverne souterraine qui s'était ouverte, et qu'ainsi l'affreux tourbillon serait un jour repu, mais les faits manifestèrent le contraire : des jours, des semaines, puis des mois passèrent, sans que la faim du trou béant ne fusse satisfaite. Chaque jour, le niveau global de la mer baissait de quelque centimètre ; chaque jour, la Mer mourrait, lentement. La population le savait - intuitivement ? on l'ignorait - : c'était là les prémices d'une longue agonie de la Terre, disparition de la Vie ; et d'un seul homme, elle accepta, résignée, comme compréhensive, cette Nature qui se défilait sous leurs existences. Elle voulait simplement savoir, être présente au moment du deuil ; et c'est ainsi que bientôt, le peuple entier s'était réuni sur les quais pour assister au départ ô combien symbolique de l'Espérance, voguant vers le nombril de la Terre.

Posté dans Forum - Nouvelles

Iot - posté le 06/07/2010 à 11:24:55. (1112 messages postés)

Zebrot > Euh t'as trouvé la fin humoristique ?! :D C'est marrant ça, je l'avait faite lire à pas mal de gens, et ils avaient l'air tous authentiquement étonnés à la fin, et disaient plutôt que ça foutait un peu les boules.

Citation:

Déja que toute la nouvelle c'est vraiment vu et revu (je lis un livre, et ça se passe en vrai...)


C'est vrai, mais là ça va un peu plus loin quand même : ce qu'il lit, c'est mot pour mot ce qui va lui arriver (d'ailleurs, si tu relis les passages en italiques, c'est ni plus ni moins la suite de l'histoire, mais racontée à la première personne). Après bon ok, c'est pas non plus d'être originalité transcendante ; d'ailleurs en la relisant aujourd'hui, je me dis que j'avais peut-être un peu trop fumé de Lovecraft avant :F.

En tout cas merci pour la critique, c'est toujours agréable d'avoir des retours de lecture ^^

________

Bon sinon, la suite de la nouvelle actuelle devrait arriver prochainement :)

Posté dans Forum - Nouvelles

Iot - posté le 05/07/2010 à 21:24:14. (1112 messages postés)

Bon les gens ça faisait longtemps que je n'avais rien posté. En fait c'est pas que j'avais rien écrit, c'est que j'avais rien fini :p (et j'arrive toujours à rien finir en fait). Mais je me suis lancé dans une nouvelle un peu plus longue, une petite histoire quoi, que j'espère pouvoir mener à terme. Je la posterai donc ici au fur et à mesure, déjà parce qu'elle serait peut-être longue à poster d'un coup, et aussi parce que ça me motivera peut-être à la continuer (même sans commentaires de votre part, je verrai l'avancement :)).
Je n'indique pas le titre pour le moment.


______________________




image



1




...Ils poussèrent la porte ; et eurent le souffle coupé. Le palais dominait la rue principale, l'artère de la ville de Cohorman. Sur des lieux s'étendait cette longue avenue rectiligne, lacérée en son milieu par un mince canal d'eau claire, bordé d'arbres aux ombres généreuses. Tout autour s'étaient installés marchands et saltimbanques ; ils vendaient merveilles ou distrayaient continûment la foule désordonnée des habitants, qui s'écoulait et se vidait par des rues perpendiculaires de tailles variées, irrigant la ville entière. Tout au bout de l'avenue, faisant face au palais, se trouvaient les plus belles caravelles et les plus beaux navires guerriers, accostés aux quais, baignant dans l'eau de la grande baie. C'est de là-bas que se déversaient les multiples marchandises que la population admirait, convoitait, échangeait contre de l'or. C'est aussi de là-bas que quelques fois, un important ambassadeur débarquait de sa frégate, parcourait la grande avenue entouré de gardes et admiré des passants, puis gravissait les marches de l'imposant palais jusqu'à la porte d'où tout s'observait, avec une nouvelle urgente à l'esprit et l'emerveillement au coeur.
...L'empereur y avait reçu les voyageurs avec toute la pompe nécessaire, quand, dévalant à dos de chevaux le chemin sinueux qui ondulait sur la montagne, une des tours les avait vu arriver dans le parc arrière du palais : les hautes montagnes formaient un obstacle infranchissable pour l'ennemi, et ainsi acculé contre les parois rocheuses, loin du peuple, l'empereur pouvait profiter de toute la tranquilité dont il était digne, et accueillir ses hôtes comme il se doit. Après lui avoir divulgué les importantes informations qu'ils colportaient, ils furent vite conduits à des chambres où ils pourraient employer une nuit à la récupération de leur santé ; puis au matin, ils furent invités à visiter la ville. Il ne faisait nul doute qu'après tant de journées passées à chevaucher dans les montagnes arpentées, nos voyageurs ne désiraient rien d'autre que de revoir l'agitation citadine, la foule amicale des marchés, et les tavernes séduisantes des beaux quartiers. Ils avaient alors descendu la grande avenue et s'étaient arrêtés devant plusieurs étalages aux marchandises exotiques et farfelues, et y avaient discuté prix, rumeurs et femmes.
...C'était pour eux le début d'un long repos avant de poursuivre leur voyage, leur expédition, au-delà du détroit de Mornwell, là où les navires sombrent et les hommes meurent. Ils iraient dans quelques jours récupérer des mains de l'empereur leur autorisation à quitter le port à bord de l'Espérance ; mais avant, ils devaient profiter de ce dernier contact avec la civilisation, de ces dernières saveurs et douceurs de la vie dont ils étaient conscients de leur prochain abandon. Boire, s'amuser, côtoyer de jeunes femmes ; tout les y incitait. Dans les rues, les notes de musique virevoltaient, rebondissaient contre les façades et caressaient l'oreille des passants ; les feux allumés à la tombée de la nuit brillaient de lueurs charmantes, plaquant les ombres pittoresques des danseurs contre la pierre des murs ; partout, des chants passionnés, nostalgiques, répandaient dans l'air et dans l'esprit du peuple une douce ambiance de fin du monde, l'heureuse et innocente résignation d'un univers face à la lente mais certaine chute, déchéance de la Mer entière.

Posté dans Forum - Topic de Musique Classique

Iot - posté le 04/07/2010 à 12:20:41. (1112 messages postés)

Finlandia de Sibelius.



Posté dans Forum - Aëdemphia

Iot - posté le 15/05/2010 à 20:28:36. (1112 messages postés)

Ah, c'est j'avais pas encore téléchargé le patch à ce moment-là du jeu, autant pour moi :)

Posté dans Forum - Aëdemphia

Iot - posté le 15/05/2010 à 19:03:19. (1112 messages postés)

Bon, vu la customisation totale des graphs, je me suis senti "obligé" de refaire une enième partie, et bien je ne suis vraiment pas déçu.
Je m'attendais à que la complexité des graphs donne une impression de fouillis, et qu'en plein écran la résolution gâche tout, mais en fait c'est pas du tout les sensations que j'ai eues. Les décors sont vraiment... "enchanteresques" et on est un peu émerveillé à se balader dans un univers aussi onirique. J'ai été aussi très impressioné par les cinématiques (notamment celle d'introduction, parfaitement rythmée par la musique) qui permettent une immersion encore meilleure. C'est vraiment le jeu idéal pour s'évader :)

Bon malheureusement j'ai repéré quelques bugs, je les ai pas tous notés, mais en particulier dans le premier voyage en bateau, quand on va dire à celle qui propose des jeux d'argent qu'un mec dans la cabine d'à côté essaie de tricher, il y a un problème d'affichage de message (la boîte n'apparaît pas je crois). Attention aussi à l'emploi régulier de "des fois" à la place de "parfois", ça fait pas très sérieux littérairement parlant ^^

En tout cas félicitations pour être arrivé à une telle qualité de jeu, je ferai sûrement découvrir le jeu à des gens autour de moi ^^ Bon pour ma part, j'en suis à Némésyle, et j'y retourne :)

Posté dans Forum - Aëdemphia

Iot - posté le 02/05/2010 à 15:39:38. (1112 messages postés)

Wouhou très bonne nouvelle !
Bon faudra que je me réserve une plage horaire le week end prochain :D

Posté dans Forum - Projets, maps et screenshots

Iot - posté le 02/05/2010 à 15:30:47. (1112 messages postés)

Citation:

Dis-moi, Iot, tu es le même Iot que le Iot de Jim Blint ?


Vu (mince, faut un "e" ou pas ? :o) ma signature, on peut le penser, oui ^^ Merci.

Ah tiens moi non plus j'avais pas remarqué les sapins. Faut dire qu'ils sont moins visibles sur la version finale que sur les versions précédentes en fait ^^

Posté dans Forum - Projets, maps et screenshots

Iot - posté le 02/05/2010 à 13:09:10. (1112 messages postés)

Marrant l'évolution : au début ça fait très pâte à modeler, et à la fin tout est proprounet, des belles formes géométriques bien délimitées, des effets de lumière éthérés etc...
En tout cas les derniers screens sont très alléchants, bravo :)

Posté dans Forum - Les délires pseudo-littéraire de Wazé

Iot - posté le 25/04/2010 à 16:48:53. (1112 messages postés)

Huhu non, enfin ça s'est bien ralenti mais j'ai pas arrêté ^^ Disons que j'accumule les trucs inachevés en ce moment. Là je suis en train d'en écrire une différente, ce sera une sorte de "nouvelle dont vous êtes le héros" en fait ^^' J'espère bien la finir.

Posté dans Forum - Les délires pseudo-littéraire de Wazé

Iot - posté le 25/04/2010 à 13:31:30. (1112 messages postés)

J'ai pas compris la fin. Que vient faire là la dernière ligne du sms ? En quoi est-ce que ça constitue une chute ?

Sinon c'est correct, on sent un certain travail sur l'ambiance :) Peut-être faudrait-il essayer de faire des phrases un peu plus longues, pour réserver celles courtes aux moments plus "tendus".

Il y a quelque chose qui m'a assez dérangé par contre :

Citation:


Il s'arrêta et regarda sa chaussure. C'était un liquide rouge. L'homme continua, ce n'était pas vraiment important, sa maison était à quelques rues d'ici, il allait bientôt pouvoir se nettoyer sa chaussure.


Le mec il est en surstress, il voit une flaque de quelque chose qui s'apparente à du sang par terre, et tout ce qui l'angoisse, c'est de savoir quand est-ce qu'il va pouvoir nettoyer sa chaussure :\ J'ai trouvé que ça cassait un peu le rythme et l'ambiance.

Posté dans Screen de la semaine - Prolepse XY - Exploitation Minière

Iot - posté le 20/03/2010 à 15:57:02. (1112 messages postés)

Très très classe, bravo :)

Posté dans Forum - [RMXP] Jim Blind

Iot - posté le 14/03/2010 à 14:04:45. (1112 messages postés)

Zeus81 > Ah mince, je savais pas, ça. Du coup, vu la cradeur de la programmation, j'imagine que tu as vite compris d'où venaient tous ces bugs :F

MakOwne > C'est pas vraiment (même pas du tout) un rpg, mais merci :)

Posté dans Forum - [RMXP] Jim Blind

Iot - posté le 13/03/2010 à 18:49:07. (1112 messages postés)

Euh tu as "examiné la démo", c'est-à-dire ? :D Sinon le scientifique n'apparaît qu'une fois que l'alarme est enclenchée, c'est-à-dire quand le compteur de temps au début atteint zéro.

Posté dans Forum - [RMXP] Jim Blind

Iot - posté le 13/03/2010 à 14:18:44. (1112 messages postés)

Ah ^^
Dans le barrage, dans la petite maison où se trouve l'ordinateur à pirater, tu as essayé de mettre une grenade sur la grille au sol ?
Dans le labo, je suppose que tu n'as pas eu l'idée d'aller faire un tour dans la grotte de départ, une fois que le processus d'alerte est enclenché... :)

Posté dans Forum - [RMXP] Jim Blind

Iot - posté le 12/03/2010 à 21:21:25. (1112 messages postés)

Ah bah ça va, tu vois c'était pas si dur :D

Citation:


à Cloudnaya sur la première map au milieu de la flaque d'eau y'a un téléporteur top secret qui nous envoie à la fin du niveau.


Oh putin... ça c'est vraiment gênant par contre :S fichus raccourcis de bêta-tests.

C'est dans quels niveaux qu'elles te manquent les pastèques ?

Posté dans Forum - [RMXP] Jim Blind

Iot - posté le 01/03/2010 à 20:01:39. (1112 messages postés)

Ouaouh c'est génial ! On reconnaît bien ton style :D

Merci beaucoup ! :)

Posté dans Forum - [RMXP] Jim Blind

Iot - posté le 01/03/2010 à 16:35:35. (1112 messages postés)

Ah d'accord en effet j'avais pas du tout capté :D Je crois que ça fonctionne bien comme tu le dis, oui.

Pour le bug dont tu parles, on m'en avait déjà parlé oui, je l'ai corrigé :)

Posté dans Forum - [RMXP] Jim Blind

Iot - posté le 01/03/2010 à 10:28:02. (1112 messages postés)

Zeus > C'est étrange, la Ville fantôme me semble plus simple que Barrage pourtant. Il est plus long ok, mais niveau vie c'est plus confortable. Pour les chiens, il faut leur tirer dessus constamment, en restant le plus éloigné possible d'eux (pour ça, faut attendre le meilleur moment, c'est-à-dire quand ils sont le plus loin, pour les attaquer).
Dans la Factory c'est normal, la vitre s'ouvre vers le haut, donc elle se surélève quand tu l'ouvres, et se baisse quand tu la fermes. Mais bon, c'est vrai que ça peut porter à confusion.
Dans Cludnaya euh... c'est plus qu'étrange, mais ça m'a vraiment jamais fait ça. A noter quand même qu'il n'y a pas d'otages dans toutes les rues. Juste avant le passage à moto, il y a un otage à sauver ou pas ?

Zim > Tous les ennemis ne peuvent te tirer dessus que si tu es sur la même ligne qu'eux. Donc en règle générale, ils vont chercher à se décaler sur ta ligne, mais dans certains niveaux plus difficiles, ils cherchent au contraire à t'éviter lorsque tu restes loin d'eux (la Factory par exemple). Certains autres soldats ont des comportements plus bizarres.

EDIT : ah Zeus j'ai compris ce que tu voulais dire pour Cludnaya. En fait c'est normal, comme souvent dans les FPS, ce genre d'objectifs ne peut pas être rempli, il ne peut qu'être échoué. Donc il suffit juste d'arriver à la sortie du monde en ayant complété les autres objectifs, et tout marchera comme il faut (parce qu'en fait ça ne sert à rien de sauver tous les otages, il faut juste que tu n'assistes pas à de crimes, c'est-à-dire il faut juste sauver les otages que tu rencontres).

Posté dans Forum - [RMXP] Jim Blind

Iot - posté le 28/02/2010 à 10:54:09. (1112 messages postés)

Ah tiens un joli relevé de bugs. Ya pas longtemps, en y rejouant, je me suis aussi rendu compte qu'il en restait pas mal, en effet. Certains que tu cites me sont déjà connus, mais je n'arrive pas à les corriger (notamment les petits bugs de déplacement vers le haut, et les bugs graphiques du lance-flamme). Les autres, j'en prends note, et je corrigerai ça quand j'en aurai le temps et l'envie, merci :)

Citation:


dans une grotte on peut voir une pastèque que je n'ai pas eu, pourtant j'ai quand même eu 5 pastèques dans ce niveau, du moins c'est ce que le compteur m'affiche après si j'en ai vraiment eu 5 je m'en souviens plus


Ca par contre c'est normal (tu parles de la Toundra je suppose). Cette pastèque est en fait une pastèque à récupérer dans les Galeries (la map est commune aux deux mondes), mais il faut que tu détruises le mur de pierre depuis la Toundra pour pouvoir y accèder depuis les Galeries.

Niveau difficulté de jeu, c'est vrai que tous les échos que j'ai eus le disaient très difficile. Disons que ça fait du challenge ;) Sinon oui, je suis capable de finir le jeu à 100%. En agent et agent spécial j'aurai aucun problème, en silver agent à la rigueur je risque de buter sur deux ou trois mondes (notamment Cludnaya, qui est réellement difficile). Je vous ferai peut-être une vidéo de barrage en silver agent, pour vous montrer que oui c'est possible :D

Question soluce, j'avais fait un site (enfin, un truc à l'arrache en html) sur ifrance, mais vu que ça merdouillait franchement, je me suis orienté vers un blog que j'ai commencé la semaine dernière, où j'afficherai au fur et à mesure les solutions des mondes en silver agent (mais pas les pastèques, faut garder un peu de secret ^^). Concernant la malette dans la Factory, il faut l'obtenir dans le secteur tout à droite du monde (là où le sol est bleu uni). Elle se trouve dans un aquarium, dont il faut baisser la vitre grâce à une manette située pas loin dans une autre sallle.

En tout cas, une progression de 50%, c'est déjà bien !

Citation:


Mais ça ne m'a pas empêcher de trouver le jeu bien !


Venant de toi, ça me fait plaisir, merci ;)
(c'est pas que t'as une réputation de joueur difficile mais un peu quand même :D)


EDIT : chose promise, chose due. Voilà Barrage fait en Silver Agent, en obtenant un A à la fin, et une bonne marge de vie restante. J'aurai même pu ne pas mettre d'armure, tiens. =>[]
http://www.dailymotion.com/video/xcejza_jim-blind-barrage-en-silver-agent_videogames
(qualité pourrave, mais depuis que j'ai trifouillé les paramètres du logiciel de capture de vidéo j'arrive plus à trouver le point G du rapport qualité/poids, donc bon on fait avec ce qu'on a.)

Posté dans Forum - Créations de forêtnor Et Base avancée de L'APAAK

Iot - posté le 28/02/2010 à 10:22:32. (1112 messages postés)

Ouaoh, je suis impressionné, ya du talent ici :o
Les couleurs, le dynamisme... Les speeds sont vraiment très réussis je trouve. J'aime particulièrement l'espèce de début de BD en bas de la page 4 :)

Posté dans Forum - Projets, maps et screenshots

Iot - posté le 22/02/2010 à 11:21:18. (1112 messages postés)

Très très classe comme toujours !

Les persos ont un petit flou sympa dans le dessin, j'aime bien.

Posté dans Jeux - Jim Blind

Iot - posté le 28/12/2009 à 14:16:29. (1112 messages postés)

Euh... C'est une bonne question, je ne sais pas du tout.
Le meilleur moyen de savoir, c'est d'essayer je crois ^^

Posté dans Forum - Nouvelles

Iot - posté le 26/12/2009 à 18:11:44. (1112 messages postés)

Ah c'est possible :D
En fait j'ai tapé "maison hantée" dans google image et j'ai pris à l'arrache le premier truc qui correspondait à peu près à ce que je voulais ^^'

Posté dans Forum - Nouvelles

Iot - posté le 24/12/2009 à 18:53:21. (1112 messages postés)

Yop les gens ! Me revoilou pour votre cadeau de Nowel !! :noel
Une petite nouvelle bien différente des autres que j'ai écrites, qui j'espère vous plaira.

Dites-moi si vous avez deviné la chute avant la fin, et si non, si vous avez compris la chute.





image




L'héritage







...Dans sa solitude, par cette interminable soirée pluvieuse, le vieil homme tuait le temps en redécouvrant les photographies des membres défunts de sa famille. Elles étaient d'ordinaire posées sur le secrétaire du salon, mais il n'y jetait quotidiennement que des regards furtifs, peu approfondis ; mais ce soir, les observant de plus près à la lumière de sa lampe à huile, milliers de souvenirs ténus lui revenaient en mémoire. Il voyait, derrière les traces d'une photographie usée, un portait de son père, en uniforme de militaire, un cigare à la main. Un brave homme, pensa-t-il. Mort à un âge avancé, dans des circonstances obscures, il avait oeuvré sa vie à entière à la prospérité de sa famille, avait dédié une éducation toute particulière à ses enfants, et leur laissait aujourd'hui un bel héritage : une grande masure en bordure de la cité. Ressassant ses souvenirs, le vieil homme regardait par la fenêtre, distrait, la pluie s'abattre violement sur les vitres. Le vent malmenait les arbres, et au loin, on entendait l'orage s'approcher. Oui, un bel héritage...
...Un détail lui revint à ce propos à l'esprit, quelque chose qu'il avait oublié pendant des années, et qui ressurgissait du fond de sa mémoire, en ce triste soir. Il était jeune, c'était il y a bien des années... Son père lui avait confié la position dans la bibliothèque d'un livre de famille, très ancien, que tous ses ancêtres avaient pris soin de transmettre de génération en génération. Un lointain écho de ses paroles persistait dans son esprit : "Tu ne devras le lire qu'une fois la fleur de l'âge passée - tu m'entends ? Seulement dans tes vieux jours. Il contiendrait un savoir très important, que tu devras transmettre à tes fils ainsi que je te le transmets à présent." De quel sujet traitait ce livre, il n'en savait rien. Son père lui-même ne l'avait pas encore lu lorsqu'il lui conifa son emplacement. Les pensées du vieil homme furent interrompues par un vif éclair, suivi d'un grondement sourd : l'orage se rapprochait. "Seulement dans tes vieux jours"... Las et fatigué, le vieil homme jugea que ce moment était peut-être bien venu. Il fouilla sa mémoire en quête de l'emplacement du livre, puis se leva, et se dirigea vers la bibliothèque, sa lampe à huile à la main.
...Après maintes recherches, retournant dans sa tête les indications de son père, il le trouva sur une haute étagère, intercalé entre deux gros manuscrits. Le livre ne payait pas de mine : il était affreusement âbimé, comme rongé par le temps ; les feuilles, bien qu'épaisses, tombaient en lambeaux de toute part ; et la couverture, dépourvue de titre, était complètement délavée et dérichée par endroits. Une odeur fétide de pourriture s'échappa d'entre les pages quand il fut ouvert. On eût cru qu'il avait traversé des siècles entiers. Dehors, le temps se déchaînait ; des éclairs sporadiques survenaient sur un fond sonore de grondement continuel ; et emportée par le vent, une branche d'arbre mort frappa bruyamment la fenêtre de la bibliothèque. Devant l'aggravement de la tempête, le vieil homme préféra retourner dans le salon, et s'installa dans son fauteuil de lecture, pour entamer le si précieux livre.

..."Mes muscles étaient pétrifiés. Je ne savais plus quoi penser. Mon esprit était paralysé, tant il se refusait à interpréter les informations qui lui parvenaient. La lecture de l'inscription m'avait ébranlé au plus profond de mon âme : des images défilaient devant mes yeux, des sons raisonnaient dans mes oreilles, tous les évènements récents s'entrechoquaient dans mon esprit sans que rien ne puisse en être tiré. Et puis petit à petit, le brouillard se levait, le flou se dissipait. Je commençai à comprendre, à comprendre l'incompréhensible. L'incompréhensible et absurde situation dans laquelle je me trouvais."

...Le vieil homme interrompit sa lecture. Au dehors, derrière le tambourinement de la pluie, il avait perçu le bruit d'un carosse et de chevaux, qui s'étaient immobilisés devant la masure. Il se leva et regarda à travers la fenêtre humide. Le carosse semblait arrivé à destination, il allait avoir de la visite - imprévue. Cependant, il ne put tirer beaucoup d'informations sur la nature de ses futures hôtes : le cocher était vêtu d'un épais pardessus et tenait un parapluie, le rendant méconnaissable ; quant aux passagers, se trouvant à l'étage, il ne pouvait distinguer à la lumière des becs-de-gaz que des silhouettes noires qui attendaient une accalmie pour sortir sous la pluie violente. Alors que le vieil homme se dirigeait vers le rez-de-chaussée pour les accueillir, il entendit à nouveau le roulement du carosse et les sabots de chevaux : ils étaient repartis - sûrement s'étaient-ils trompés d'adresse, pensa-t-il. De nouveau seul, il put reprendre sa lecture.

..."Il fallait que je parte. Loin. Que je m'enfuie, que je m'échappe de ces lieux. Au plus vite. Rassemblant les quelques forces qui me restaient, je me hâtai vers la porte béante qui me permettrait de quitter la pièce. Puis je me ressaisis : j'allai courir vers le piège grossier qui m'attendait. Je devais réfléchir et ne pas gaspiller mes chances : je possédais l'énorme avantage de connaître le jeu de l'adversaire. Stratégie. Il me fallait une stratégie. Je rebroussai chemin et j'empruntai la petite porte fermée, à l'opposé ; j'allais faire un détour certes, me rallonger inutilement, mais je me mis en tête qu'il était de toute nécessité que j'emprunte le chemin le plus contraire à l'intuition. Sur ces pensées, je longeai le couloir, hésitai quelques instants, puis optai une fois encore pour un autre chemin."

Un léger bruit résonna au rez-de-chaussée, mais le vieil homme n'y prêta guère attention.

..."Je ne tardai pas à rencontrer une cage d'escalier... la cage d'escalier qu'il fallait que j'évite. Je m'injurai moi-même devant ma bêtise. L'asburdité de la situation me déréglait les idées, et dans la hâte, j'avais dû, au comble du ridicule, tourner en rond. Descendre ? Je crains que je n'avais plus le choix à présent : stimulés par ce dont je redoutais le plus, mes sens me sommèrent de redoubler de vitesse, et dans la panique, je dévalai les marches."

...Un nouveau bruit, identique au précédent, retint cette fois-ci l'attention du lecteur. Mêlé aux grondements de l'orage, il lui était difficile de dire s'il était pur produit de son imagination, ou s'il existât vraiment. Après quelques moments de doute, il reprit sa lecture, quoiqu'aux aguets.

..."Je me trouvais à présent face à un long corridor. Cette situation m'était terriblement familière. Tremblant, je m'ordonnais de faire des détours, de m'éloigner au plus vite de ce couloir. "Ne pas refaire l'erreur une nouvelle fois" me dis-je avec un sourire nerveux, tant je ne comprenais qu'à moitié ce qui m'arrivait. J'optai alors pour contourner la pièce centrale. Je devais éviter à tout prix les sous-sols. Je savais certes qu'il y avait un soupirail suffisament grand et accessible pour que je m'y faufile et que je prenne les jambes à mon cou, mais je savais aussi que, choisissant cette voie, j'étais voué à l'échec. A mon grand dam, face à l'épouvante qui m'attendait si je restais plus longtemps ici, je dus "une fois de plus" pousser la vieille porte et fuir dans les caves. Tant pis. Je ferai plus vite. Je changerai d'itinéraire. Et je remonterai par le monte-charge, voilà mon plan."

...Cette fois-ci, il était certain, il n'avait pas rêvé : un bruit sourt résonna du rez-de-chaussée. Le vieil homme resta dans l'attente, prêt à identifier une bonne fois pour toutes le prochain bruit suspect ; mais il n'entendait que le lourd martèlement des gouttes d'eau frappant les vitres. Désireux d'éclaircir le problème et de se rassurer, il posa son livre et marcha, lentement, guidé par la lumière de sa lampe à huile, vers l'escalier. Alors qu'il s'en approchait, il perçut, effrayé, des petits pas précipités qui, provenant d'en-bas, avalaient les marches. La peur lui noua l'estomac et lui empêcha tout mouvement ; jusqu'à ce qu'il entende le miaulement familier et rassurant de son chat. Voilà donc la bête qui avait réussi à lui faire peur à lui, ancien combattant ! Il se sentit quelque peu honteux, mais finalement bien plus réconforté : il regagna son fauteuil, certes difficilement - l'animal, avide de caresses, manqua de la faire tomber à plusieurs reprises - mais sous un nouveau jour. A peine assis, son compagnon lui sauta sur les genoux, et se mit à ronronner hardamment, comme pour rivaliser avec le grondement incessant du tonerre. Les conditions idéales pour reprendre le fil de son étrange histoire.

..."Je croyais connaître mon adversaire, mais maintenant au sous-sol, je me demandais plus que jamais sa réelle nature. Je l'entendais se déplacer au-dessus de moi d'une démarche affreusement singulière. Des pas forts, brefs, parfois rapides, parfois hésitants, comme aléatoires, résonnaient dans l'ombre de la cave. Etait-il seul ? Etaient-ils plusieurs ? Il m'était désormais impossible de trancher. La chose - ou les choses - qui me traquait déambulait frénétiquement dans les couloirs du rez-de-chaussée, semblait se heurter par moments à des murs, tomber de temps à autres, glisser, et produisait encore dizaines d'autres bruits qui m'étaient impossibles d'identifier, ou même d'associer à une quelconque action humaine raisonnable. Elle semblait errer comme perdue, mais tôt ou tard, elle trouverait l'entrée des sous-sols - cette pensée me fit entrer dans une peur-panique démentielle. Il fallait que j'atteigne le monte-charge ou le soupirail - au diable ma stratégie - et que je mette suffisament de distance entre cette chose et moi. J'ouvrai une porte, j'en fermai une autre. J'enchaînai rangées de bouteilles de vins, de tonneaux, couloirs. Un bruit sourd, caverneux, qui fit trembler le sol et s'entrechoquer les verreries, m'avertit que la... chose était au sous-sol. Il ne me restait plus que quelques minutes, voire des secondes, pour me sortir d'ici. Je n'étais plus loin du soupirail, mais hélas, dans mon empressement, ma lampe heurta un obstacle - une porte ou un tonneau, je ne savais pas - et s'éteint à moitié ; il ne restait plus qu'un faible éclat. Plongé dans une obscurité quasi-totale, tremblant de peur, j'étais totalement désorienté, perdu. Dans un dernier effort, je courrais. Je fuyais les pas maladroits et multiples qui se rapprochaient de moi. J'entrai dans un local. Je frémis. La petite salle qui sert de grenier à blé. Qui n'offre pas d'autres issues. J'étais pris au piège, définitivement. Je refermai la porte, et la vérouillai à double-tour. Je plaçai contre elle tout ce que je pus trouver. Des sacs, des vieux meubles. Mais c'était trop tard.
...La chose s'approchait, curieusement silencieuse, et commença à marteler la porte, avec des membres dont je n'osais pas même imaginer la forme ou l'apparence. Elle produisait des coups durs, secs, presque tranchants, mais d'autres étaient plus mous, et de plus en plus nombreux. Il me sembla qu'une armée de choses suppurantes grouillait en silence derrière la frêle porte en bois et allait, d'un instant à un autre, se jeter sur moi. Les coups devenaient de plus en forts, semblaient synchronisés avec mon pauvre coeur qui continuait de battre malgré tout, à bout de forces. Je crus entendre un râle. Un souffle rauque. Et la porte commença à céder. Une planche s'était cassée, un meuble avait chu, un sac s'était percé. C'était la fin. Je ne savais quelle immondice, quel être diabolique j'allais voir bientôt. Peut-être la Mort elle-même. Oui, j'en étais sûr. La Mort en personne était venue me chercher. Je le savais. Je m'y attendais. Mais malgré tout, elle m'a eu. J'ai hérité de la mort. JE L'AVAIS LU."


...Toutes les pages suivantes étaient blanches, le livre semblait prendre fin ici. Le vieil homme était quelque peu surpris par l'incongruité de l'histoire, et par l'intérêt de conserver un tel livre non lu avant la vieillesse. Il feuilleta de nouveau les pages, chercha un quelconque passage qu'il aurait manqué et qui clarifierait le contenu de cet étrange livre, mais ce fut en vain. Il n'y avait pas d'autres précisions. Il resta dubitatif quelques instants, puis accepta l'invitation aux caresses que lui fit son chat, en se roulant sur ses genoux, les quatre pattes en l'air ; il referma ainsi le livre et le posa sur la table, non loin de lui. C'est alors qu'un détail lui retint l'attention : tout à l'heure, lorsqu'il avait ouvert le livre pour la première fois, il lui semblait que la couverture était dépourvue de titre ; mais à présent, il y percevait clairement, éclairée par sa lampe à huile, une inscription. Etait-elle apparue par on ne sait quel moyen, ou ne l'avait-il tout simplement pas vue ; il ne pouvait dire. Pourtant, indubitablement, un titre en lettres capitales s'inscrivait sur le livre. Au même moment, un énorme fracas, similaire aux bruits suspects précédents, résonna du rez-de-chaussée, ainsi qu'une porte qui se brise, puis fut suivi d'un cri grave et angoissant ; le vieil homme en sursauta et le chat en fuit. Avec effroi, il relit la couverture. Triste héritage ou simple destin, elle portait l'inscription : "Un livre dont vous êtes le héros".

Posté dans Forum - Aëdemphia

Iot - posté le 24/12/2009 à 10:51:45. (1112 messages postés)

Génial, comme toujours :)
J'aime surtout le nouveau feuillage de la forêt de Séfanine.

Posté dans Forum - Projets, maps et screenshots

Iot - posté le 13/12/2009 à 15:11:03. (1112 messages postés)

Les screens sont toujours plus alléchants les uns que les autres.
Tu dois finir ce jeu (ou au moins une bonne démo :D).

Posté dans Forum - Projets, maps et screenshots

Iot - posté le 04/12/2009 à 20:06:08. (1112 messages postés)

L'espèce de vaisseau spatial avec des racines me fait penser au vaisseau spatial dans Pikmin, où sont entreposées les petites créatures ^^

Très sympa en tout cas, le screen du combat est alléchant.

Bonne continuation :)

Posté dans Forum - Nouvelles

Iot - posté le 28/11/2009 à 16:30:03. (1112 messages postés)

Verehn > Oui c'est vrai... Je m'en rends compte maintenant en fait.
Bon là je suis en train de réfléchir à une nouvelle sur le thème du miroir pour un concours au lycée, que je ferai probablement passer dans ce genre d'ambiance zeldaesque/villageoise, puis ensuite j'essaierai de me renouveler dans le style des scénarios.

Posté dans Forum - Nouvelles

Iot - posté le 28/11/2009 à 15:29:04. (1112 messages postés)

Citation:

Je te conseil pour rendre plus lisible et pour que le lecteur soit moi découragé quand il voit le gros paquet de lettre qui l'attend


Dis-moi, as-tu déjà ouvert un livre ? :D
Nan mais sauter des lignes à tout-va c'est le mal, je trouve au contraire qu'après ça en devient très désagréable à lire (plus structuré, etc...).

Bon en tout cas la dernière nouvelle n'a pas l'air d'avoir beaucoup de succès :D Bon ok elle est très spéciale... Je crois que je vais revenir à un style plus classique comme au début, ça me réussi mieux ^^'

Posté dans Screen de la semaine - Ange Bertha

Iot - posté le 03/11/2009 à 17:13:59. (1112 messages postés)

Bravo à Immu, superbe map ! :)
Celle de cucureil est aussi très bien.

Juste pour snurb3 qui me fait un peu pitié à poster dans le vent, alors que l'effort est notable : pour un début c'est plutôt pas mal ! Certes il y a encore beaucoup à améliorer, mais il n'y a pas besoin d'avoir des talents en graphismes démesurés pour qu'un style custom plaise à des gens (y'a qu'à voir Off, ou encore mon jeu). Il faut juste que tu rendes le style un peu plus "mature", que tu améliores le mapping comme on te l'a déjà dit, et que tu fasses plusieurs environnements dans le même style, pour créer une ambiance générale. Tu vas t'améliorer et tu auras sûrement des gens qui te soutiendront ;)
Juste une petite remarque supplémentaire : les ombres allongées c'est très bien, mais si tu multiplies tilesets et éléments de tilesets, ça va vite de gonfler de faire des ombres sur tout. Je te conseillerais plutôt de faire des ombres comme dans les RTP, c'est-à-dire comme si le Soleil était à la verticale.
Voili voilou.

Posté dans Forum - Nouvelles

Iot - posté le 03/11/2009 à 16:58:21. (1112 messages postés)

Oui je me doutais un peu que ceux qui connaissent bien le truc allaient se douter de quelque chose ^^ Mais qu'il y ait des éléments dans le texte pour le trouver, c'est volontaire bien sûr.






Allez hop une petite autre, dont j'aimerais remercier M. Sarkozy pour l'inspiration :D

J'ai essayé de faire dans un ton un peu différent, m'enfin vous allez vous en rendre compte je pense ^^'



image



Le bon laitier et la bonne laitière





...Un sac rempli de pièces d'or passa d'une main à l'autre, et l'on chargea les bouteilles de lait sur la petite caravane. C'était la transaction quotidienne qui se tenait au bon ranch du bon laitier et de la bonne laitière, qui caracolaient en tête de vente et de distribution de lait. Le bon lait qui venait du bon ranch n'avait en effet rien à envier au lait qui provenait d'ailleurs : il était adulé par la population dans toute la région, bénéficiait d'une popularité qui lui garantissait un succès éclatant pour les décennies à venir. Car le bon ranch n'était pas un ranch comme les autres. Point de vaches ou de brebis, mais uniquement un bon laitier et une bonne laitière qui élevaient leur lait avec amour - oui, élevaient. Dès sa naissance, ils le mettaient dans des bouteilles et les installaient sur les bancs d'une école improvisée à l'intérieur du bon ranch, dont l'instituteur n'était personne d'autre que le bon laitier. Là, on pouvait élever le lait en bonne et due forme, et lui insuffler la culture et l'éducation qui lui donneront cette saveur si particulière et si plaisante, une fois qu'il sera suffisament mûr pour se transvaser dans les intestins de la peuplade environnante.
...Le bon laitier se plaisait ainsi à enseigner à son lait les mathématiques, pour maîtriser le volume de sa bouteille, le français, pour plaire aux clients cultivés, l'histoire de la population laitière, pour s'inscrire convenablement dans la lignée de ses ancêtres, ou encore l'anatomie humaine, pour se fondre à merveille dans l'oesophage et le côlon des buveurs de lait. Mais l'éducation intellectuelle ne suffisait pas pour faire du lait un bon lait ; c'est ainsi que le bon laitier mit en place des cours d'éducation physique, offrant à son lait des disciplines sportives les plus variées possibles, afin qu'il soit bien consistant et empli de protéines. Le lait pouvait alors s'adonner à des footings à des heures réglementées dans l'enceinte du bon ranch, à faire des étirements et des exercices de souplesse dans le gymnase improvisé dans l'ancienne étable, ou même s'essayer à l'équitation, bien qu'enseigner le cheval à du lait s'avéra une épreuve difficile. Ces divers cours assuraient alors une éducation exhaustive du lait - à la fois intellectuelle et sportive - et leur promettait un charmant avenir ; mais le stress leur prenait parfois, augmentant le risque majeur du lait : de tourner.
...Que le lait tourne était la pire chose qui pouvait arriver : dans ces conditions, l'on était obligé d'exclure le lait de l'école - d'où l'expression : mal tourner - et de jeter toutes les bouteilles de lait gâtées, qui déplairaient fortement aux dresseurs de fromage. La bonne laitière avait alors trouvé une excellente solution pour parer à ces problèmes : douée pour la flûte, elle leur jouait tous les soirs des sonates et des sérénades pour les détendre au mieux possible, et préserver leur capital bien-être. Ils étaient ensuite doucement reconduits à leurs dortoirs - le lait est malheureusement incapable de retourner chez lui tous les soirs par ses propres moyens - qui n'était rien d'autre que le grenier d'une vieille étable réhabilitée. Là ils pouvaient subvenir à leurs besoins et dormir suffisament la nuit pour être d'attaque au petit matin, quand ils étaient reveillés par la bonne laitière. Toutes les conditions étaient alors réunies pour élever le lait dans les meilleures conditions possibles ; quand on connaît les techniques du bon laitier et de la bonne laitière, il n'y a point d'étonnement à voir le bon ranch en tête du top 5 mensuel du meilleur lait.

...Seulement, une concurrence innatendue émergea dans le coeur des buveurs de lait. Un ranch, qui pratiquait encore des méthodes dépassées pour produire leur lait - c'est-à-dire s'encombrer de veaux et de vaches - effectuait une percée lente mais confiante, qui pouvait demeurer incompréhensible si l'on ne se penchait pas assez sur le phénomène. Certes, la production de lait en était restée à un stade peu avancé dans ce ranch, mais les techniques de vente et de communication, elles, étaient au contraire de tout dernier cri. Les fermiers de ranch avaient en effet mis sur pieds toute une industrie parallèle pour louer leur lait aux quatre coins de la région. Ils avaient construit une maison de presse qui publiait chaque semaine, un nouveau numéro de leur magazine féminin "Au bon lait de chez nous", dont l'intérieur abritait toutes sortes de conseils de diététique, de recettes de cuisine à base de lait qui raviraient les femmes avoisinantes. Les hommes n'étaient pas non plus laissés sur le carreau, question clientèle visée : la maison de presse imprimait régulièrement des magazines pin-up's destinés aux mâles en rut, désirant se rincer l'oeil devant des photos de splendides bouteilles de lait. Des cartes postales du ranch rendaient fidèlement l'ambiance laitière et campagnarde qui y régnait - les meuglements en moins -, et des calendriers obcènes sur lesquels des vaches dénudées posaient se vendaient à tout-va.
...Le nouveau ranch avait ici trouvé un filon inexploité du commerce laitier ; et ainsi, en quelques semaines, il pouvait chatouiller le bon ranch dans les sondages et cotes de popularité. Inutile de préciser que cela mettait en rogne le bon laitier et la bonne laitière : la caravane auparavant quotidienne qui venait acheter leur bon lait ne passait désormais qu'un jour sur deux, mettant bien trop à mal leur budget et leurs petites recettes. Un malheur n'arrivant jamais seul, le lait se trouvait de plus en plus dissipé ces derniers temps. Le bon laitier avait remarqué que l'attention en cours chutait dangereusement, surprenant régulièrement son lait à rêvasser. Au dortoir, il advenait que certains soirs y fussent bien agités. Plusieurs fois la bonne laitière dut intervenir, pour leur flanquer de torrides fessées afin qu'ils se calmassent quelque peu ; chose qui d'ordinaire ne se produisait jamais. Alors, des disputes naquirent dans le couple, chacun accusant l'autre de bâcler son travail ou d'y mettre moins d'ardeur ; jusqu'au jour où le bon laitier décela dans les bouteilles des relans d'alcool - tout s'expliquait alors.
...Face à cette arrivée inopinée de l'alcool dans leur bon ranch - un mauvais coup des producteurs du nouveau ranch sans aucun doute ! -, le bon laitier et la bonne laitière organisèrent des conférences sur les hauts dangers de l'alcool, pour extraire de leurs envies la consommation de ce terrible liquide. Mais ce fut en vain. Bien que l'alcool fut rapidement congédié de tout récipiant ayant élu domicile dans le bon ranch, il semblait que ses néfastes effets, eux, persistaient dans les esprits influençables du bon lait ; et plus que jamais l'envie était à la débauche, à l'orgie et au bon plaisir. Il fallait épurer les mentalités de la nouvelle génération de lait, les expier de tout pêché afin que le bon ranch remonte dans l'estime de la population.

...C'est le bon laitier qui trouva la solution la plus adaptée, lui semblait-il, au problème. Il fit ainsi quérir un bon sage qui vivait de par les hautes collines boisées, dans une quelconque grotte, pour enseigner à son lait la philosophie et le sens de la vie. Immergée dans de bons préceptes et de bonnes maximes, son âme ne devait en sortir que lavée de cet insipide besoin de breuvage maléfique. Le bon laitier avait alors planifié dans l'emploi du temps de son lait, d'abord deux heures hebdomadaires à l'étude de la sagesse, puis deux heures quotidiennes une fois le rythme acquis. Malgré l'alcool, le lait était attentif pendant ces cours, car le bon sage était un bon pédagogue ; tellement bon que les mentalités changèrent en quelques semaines. Sous ses bons conseils, le lait avait divorcé avec sa drogue quotidienne, et s'était réhabituer à une conduite plus pesée. Dans le dortoir, la débauche du samedi soir était finie ; le bon laitier et la bonne laitière pouvaient enfin dormir cette nuit-là ; mais les meilleures conséquences de l'enseignement du bon sage fut une amélioration significative de la saveur du lait, et par conséquent un regain de popularité opportun. Alors que le nouveau ranch avait dépassé, ces dernières semaines, le bon ranch dans le top 5 des meilleures ventes, voilà que le bon ranch reprenait de la graine. Il était fin prêt à bouter l'usurputeur hors du classement, et à remettre la main sur sa place si longuement conservée.
...Hélas, l'avenir n'y consentit pas. L'autre matin, un caravanier, alors qu'il attendait comme à son habitude devant le bon ranch pour acheter quelques bouteilles, ne vit personne arriver, ni le bon laitier ni la bonne laitière. Etonné d'un tel manquement à leur habitude, il s'était quelque peu inquiété et avait décidé de s'introduire dans le bon ranch pour éclairer cet épais mystère ; c'est ainsi qu'il fut amené à reconnaître l'abandon total du bon ranch, curieusement vidé de ses bouteilles et de ses occupants. Mais un singulier détail n'échappa pas à l'homme quand, de l'enceinte du bon ranch, il apperçut du lait s'écouler lentement par le dessous de la porte d'un silo à blé, disposé en marge des autres bâtiments ; attisé par la curiosité, il s'en alla approfondir la situation, et commis l'erreur de tourner la poignée de la porte. Le silo à blé était empli de lait, de milliers de litres de lait, qui jaillirent vivement par la porte désormais ouverte, aspergeant et jetant au sol le caravanier, qui tarda alors à se remettre de ses émotions ; mais quand fut chose faite, il tomba des nues. Dans la mare qu'avait formée le lait déversé, baignaient le bon laitier et le bon sage. Tous deux, noyés !
...La nouvelle fit grand bruit de par la région. Le bon ranch privé du bon laitier, c'était une aubaine pour tous les autres producteurs de lait, et plus particulièrement pour le nouveau ranch, dont les occupants cachaient leur joie non sans difficulté. Leur hégémonie sur le marché du lait était maintenant sans équivoque, et allaient pouvoir conquérir le ventre de la population sans grand mal. Néanmoins, celle-ci était tout de même affectée par la mort du bon laitier et par la disparition de la bonne laitière, et voulait en savoir plus sur les circonstances du drame, ainsi que de l'identité des assassins. Ce n'est que l'avenir qui put les informer. Il se trouva en fait que les enseignements du bon sage furent très bons, presque trop bons, car il avait éveillé la consience du lait, et notamment la conscience d'être asservis par les êtres humains. Le lait, habité par le désir de vengence, avait alors mis au point un plan démoniaque, celui de noyer les bons laitiers dans sa propre substance. Mais il fallait un complice humain pour se faire ; il le trouva dans la bonne laitière. En effet depuis des mois, la bonne laitière n'en était que trop lasse d'être bonne, et avait ainsi trahi son mari en se faisant complice du nouveau ranch, ajoutant par exemple du cidre doux dans les bouteilles de lait ; aussi avait-elle participé, avec la complicité du lait, à l'éviction du bon laitier et du bon sage du monde vivant. Puis, elle avait disparu. Quels furent ses motifs se demanda la population, nul le sut. Ils étaient pourtant bien simples : un jour, une fois l'affaire close, elle avait regagné la région, et, forte des services rendus au nouveau ranch, elle était devenue rédactrice en chef du magazine pin-up's de la maison de presse. Débarassée du bon laitier et de ses obligations, elle pouvait à présent s'adonner à satisfaire son rêve le plus profond : poser nue à côté des ses consoeurs les vaches pour le calendrier annuel.

Aller à la page: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Haut de page

Merci de ne pas reproduire le contenu de ce site sans autorisation.
Contacter l'équipe - Mentions légales

Plan du site

Communauté: Accueil | Forum | Chat | Commentaires | News | Flash-news | Screen de la semaine | Sorties | Tests | Gaming-Live | Interviews | Galerie | OST | Blogs | Recherche
Apprendre: Visite guidée | RPG Maker 95 | RPG Maker 2003 | RPG Maker XP | RPG Maker VX | RPG Maker MV | Tutoriels | Guides | Making-of
Télécharger: Programmes | Scripts/Plugins | Ressources graphiques / sonores | Packs de ressources | Midis | Eléments séparés | Sprites
Jeux: Au hasard | Notre sélection | Sélection des membres | Tous les jeux | Jeux complets | Le cimetière | RPG Maker 95 | RPG Maker 2000 | RPG Maker 2003 | RPG Maker XP | RPG Maker VX | RPG Maker VX Ace | RPG Maker MV | Autres | Proposer
Ressources RPG Maker 2000/2003: Chipsets | Charsets | Panoramas | Backdrops | Facesets | Battle anims | Battle charsets | Monstres | Systems | Templates
Ressources RPG Maker XP: Tilesets | Autotiles | Characters | Battlers | Window skins | Icônes | Transitions | Fogs | Templates
Ressources RPG Maker VX: Tilesets | Charsets | Facesets | Systèmes
Ressources RPG Maker MV: Tilesets | Characters | Faces | Systèmes | Title | Battlebacks | Animations | SV/Ennemis
Archives: Palmarès | L'Annuaire | Livre d'or | Le Wiki | Divers